Adolescence: Un cerveau à deux vitesses

Ghada Choucri Mercredi 23 Octobre 2019-16:10:09 Jeunesse
 Adolescence: Un cerveau à deux vitesses
Adolescence: Un cerveau à deux vitesses

Tout comme le corps se métamorphose avec la puberté, le cerveau de l’adolescent subit de profonds chamboulements et a besoin d’être protégé. Chez l’adolescent, le cerveau est comme coupé en deux pendant son développement. “D’un côté, le système limbique est déjà très mature. C’est lui qui est à l’origine de toutes les habiletés sociales, qui permet un décodage subtil des émotions et comportements d’autrui. Bref, qui favorise et facilite les relations. Tandis que d’un autre côté, les structures préfrontales, impliquées dans le contrôle de ses propres émotions, dans les capacités de raisonnement et de réflexion, restent encore très immatures. Il faut attendre l’âge de 25 ans environ pour que ces zones deviennent pleinement matures”, décrit Laurent Vercueil, neurologue au CHU de Grenoble et chercheur à l’Inserm.

Voilà pourquoi les ados vivent collés serrés à leurs copains, se montrent impulsifs, ont souvent des comportements incohérents qu’ils sont eux-mêmes incapables d’expliquer. Sur le plan cognitif, le cerveau de l’adolescent est de plus en plus performant. Grâce à de nouveaux câblages qui se mettent en place, des aires cérébrales éloignées se relient entre elles. De plus, la vitesse de conduction de l’influx électrique entre les neurones augmente, permettant d’accélérer la circulation de l’information d’un bout à l’autre du cerveau. “Cependant, celui de l’adolescent reste encore un peu moins efficient que le cerveau adulte, notamment en ce qui concerne le maniement de la pensée critique et l’aptitude à remettre en question des postulats”, constate le médecin.

Favoriser les échanges

Communiquer! “Ce conseil peut paraître très convenu. Et pourtant, il est essentiel de créer toutes les occasions (repas, activités sportives, jeux de société) pour parler avec son ado et surtout le faire parler de ce qu’il vit. Ses copains, sa vie au lycée, ses conduites à risque, ses transgressions… Ainsi, on l’aidera à mettre des mots sur ses actes et à leur donner de la cohérence. Il s’agit en quelque sorte pour les parents de suppléer son cortex préfrontal, le temps que celui-ci devienne mature!” précise Laurent Vercueil.

Protéger son sommeil

Le week-end, laissez dormir votre ado afin qu’il comble en partie sa dette de sommeil. La semaine, tentez de réguler l’usage des écrans tard le soir au lit, même si ce n’est pas facile, afin de ne pas trop retarder l’endormissement. “Le sommeil est indispensable au cerveau. Pendant que nous dormons, les neurones de l’apprentissage s’activent à nouveau et renforcent les connexions entre eux”, explique le neurologue.

L’exercice remue-méninges

À cet âge, le cerveau raffole des challenges et des énigmes. Proposez à votre ado le célèbre problème des 9 points: il s’agit de relier 9 points (disposés 3 par 3 sur 3 lignes) en traçant seulement 4 lignes droites, sans lever le crayon. Un petit indice: pour le résoudre, il faut “sortir du cadre”. Une occasion de travailler sa capacité à remettre en cause les postulats!

en relation