Nestle

Wall Street portée par des chiffres solides sur l’économie américaine

Lundi 04 Juin 2018-15:11:03 Economie
Wall Street
Wall Street

Wall Street a terminé dans le vert vendredi à la faveur de chiffres encourageants sur l'économie américaine, concernant l'emploi notamment, qui éclipsaient les craintes de guerre commerciale ouverte.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,90% à 24.635,21 points, a rapporté l’AFP. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 1,51% à 7.554,33 points. L'indice élargi S&P 500 a grimpé de 1,08% à 2.734,62 points. Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 0,48% quand le Nasdaq a pris 1,62% et le S&P 500 0,49%.

"Au-delà du soulagement sur la situation en Italie, qui n'aura a priori pas à faire face à de nouvelles élections, le marché (a réagi vendredi) aux données meilleures que prévu" sur l'économie américaine, a avancé Karl Haeling de LBBW. En mai, les Etats-Unis ont créé 223.000 emplois, soit bien plus que prévu, le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau en 18 ans, et le salaire horaire moyen a augmenté de 2,7%.

Les dépenses de construction ont par ailleurs fait un bond spectaculaire en avril et l'activité économique dans la région de Chicago est montée en mai à son meilleur niveau depuis le début de l'année.

"Si certains doutaient encore de la possibilité que la Réserve fédérale augmente ses taux en juin, ils devraient être convaincus", a souligné Christopher Low, économiste pour FTN Financial.

La perspective d'une hausse des taux de la banque centrale américaine ébranle parfois les investisseurs car cela renchérit le coût du crédit.

Mais la réaction du marché est selon M. Low restée positive vendredi car les courtiers de Wall Street ont déjà largement intégré l'idée d'une remontée des taux à la prochaine réunion de la banque centrale dans deux semaines. La solidité des statistiques diffusées vendredi permet en tout cas "aux investisseurs de se dire que la croissance devrait continuer à être solide malgré toutes les tensions commerciales qui se développent", a estimé M. Haeling. Au lendemain de la confirmation de nouvelles taxes sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance de l'Union européenne, du Canada et du Mexique, le président américain Donald Trump a crispé un peu plus ses partenaires commerciaux en suggérant des accords séparés avec le Canada et le Mexique pour remplacer le traité de libre-échange nord-américain (Aléna) qui lie les trois pays depuis 1994.

Les Européens ont aussi lancé vendredi leur première riposte à l'OMC.

en relation