Nestle

«Code Afrique», en faveur des jeunes filles du continent brun

Ghada Choucri Mercredi 16 Mai 2018-23:58:58 Jeunesse

Le ministère de la Jeunesse et du Sport a lancé la Conférence africaine pour les jeunes filles, «Code Afrique». L’objectif est le développement du continent brun, et ce, à travers la technologie. La Conférence est soutenue par l’Organisation Internationale de la Francophonie, (OIF) et en coopération avec Microsoft et le programme de développement des Nations Unies.

40 jeunes filles y participent à la Conférence représentant 9 pays africains francophones. A savoir: le Congo, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée, le Maroc, le Rouanda, le Sénégal, la Tunisie et l’Egypte.

La Conférence a été lancée le 11 mai et s’étendra jusqu’au le 16 mai, au Centre de l’éducation civile d’Al-Jassirah.

Ont assisté à la Conférence, le conseiller Ibrahim El-Khouly, représentant du ministère des Affaires étrangères, Mme Aram, représentante de l’OIF, Samar Halawa, représentante de Microsoft et Mme Manal Youssef, chef de l’administration centrale des projets et la formation des jeunes au ministère de la Jeunesse et du Sport.

En lançant son mot d’inauguration, Mme Manal Youssef a réaffirmé le rôle clé que joue l’Egypte en Afrique afin de développer la jeune génération. A noter que la conférence s’inscrit dans le cadre de la coopération entre le ministère des Affaires étrangères en Egypte et l’OIF. Partant de la conviction du rôle que jouent les nouvelles technologies quant au développement durable.

Le but donc de la Conférence est d’aider les jeunes Africaines à trouver des solutions aux problèmes de leurs sociétés avec l’aide de nouvelles technologies.

De son côté, le conseiller El-Khouly a indiqué qu’il était important d’investir l’énergie et l’enthousiasme de la jeune génération, ainsi que la coopération entre les gouvernements et les institutions dans le but de renforcer les relations entre les pays africains.

Pour Mme Aram, elle a remercié l’Egypte et tous ceux qui ont contribué au «Code Afrique», tout en réaffirmant l’intérêt qu’accorde l’Organisation à réaliser les objectifs du développement durable, et ce, à travers de jeunes filles francophones au continent brun. Selon elle, la conférence est également une opportunité à ces jeunes filles de surmonter les problématiques de leurs sociétés par le biais de la technologie, mais aussi dynamise leurs participations et crée un espace d’échange d’idées dans un cadre de multiculturalisme.

Selon la représentante de l’OIF, l’Organisation adopte la culture du digital pour l’exécution des projets dans tous les domaines. Alors que les jeunes filles francophones se caractérisent par la créativité et la compétitivité.

Partage l’opinion, M. Abdel Hamid Ezzat, représentant du programme de développement des Nations Unies. Selon lui, la prospérité du continent brun dépend du lien entre les outils de la technologie et le développement durable.

en relation