Dans le monde des métiers... il y en a de tout! (2)

Nevine Ahmed Vendredi 19 Avril 2019-12:36:22 Chronique et Analyse
  Al-hannachin
Al-hannachin

Au début de l'année 1841, le système de monopole a été abrogé en Egypte, et l'on commença à imposer un autre qui a fait prévaloir la liberté économique. Ceci dit, l'on verra remonter à la surface ce qu'on appelait dans le temps : les secteurs ou communautés de métiers. Il y a eu, donc, différentes communautés à la lumière de différentes industries qui se répandaient, comme l'industrie d'huile, celle relative à tout ce qui a trait aux tissus, filature et tissage, ou encore les industries relatives à la construction, comme les menuisiers, les fabricants de tapis, outre les communautés des métiers jugés "bizarres" ou insolites comme "Al-messalekati" (le déboucheur de pipes), "Al-Hammar" (le vendeur d'ânes) ou "Al-chobokchi" (le vendeur de pipes). Dans son livre "Les communautés de métiers au Caire", l'auteur, Dr Nabil Al-Toukhy, jette la lumière sur certains métiers très bizarres, mais bien connus jusqu'à la seconde moitié du 19ème siècle. L'auteur explique que les artisans étaient organisés d'après la communauté dont ils dépendaient. Il raconte que chaque communauté avait une forme hiérarchique, avec à sa tête le cheikh du métier, suivi du patron, puis de l'apprenti. Chaque communauté avait ses mœurs et coutumes et se centralisait dans un quartier spécial, où tous ses pratiquants résidaient. D'habitude, le quartier portait le nom du métier, comme par exemple, "Al-Nahassine" (les fabricants et batteurs du cuivre), "Al-Sagha" (les orfèvres) ou "Al- Haddadine" (les forgeurs).

 

Les Arabes copient certains métiers égyptiens

Jusqu'à un temps proche, il y avait un certain nombre de métiers qui avaient leur renommée. Certains ont tari avec le temps, alors que d'autres ont tenu jusqu'à présent.

Certains de ces métiers ont commencé en Egypte, puis se sont transférés vers les pays arabes, sous d'autres noms. En voici quelques-uns :

1- "Al-Mechahélati" (L'accélérateur)

Comme le mot en français l'indique, il devait désigner ce dispositif qui permet d'accélérer quelque chose. Le mot "mechahélati" en arabe signifie celui qui accélère les choses. Par le passé, cette personne désignait celle qui donnait les ordres aux personnes travaillant à la cuisine, les incitant à préparer rapidement les repas.

Avec le temps, le "mechahelati" ou l'accélérateur est devenue cette personne qui connaît à fond tout ce qui a trait au travail dans les organismes publics. Pour les Egyptiens, c'est cette personne qui se rend chaque matin à l’un des organismes publics et présentent ses services aux gens qui s'y rendent, pour leur simplifier les procédures routinières, moyennant une somme d'argent. Cette personne devrait être dynamique, organisée et elle devrait avoir impérativement les capacités de finir les différentes procédures, en faisant éviter aux gens les longues queues.

Dans les pays arabes, qui ont emprunté ce métier, on l'appelle "Al-moaqeb".

2- "Al-komsari" (L'inspecteur, organisateur et vendeur de tickets)

Avec souvent une voix rauque, "Al-komsari" crie aux passagers leur demandant de présenter leurs tickets pour qu'il puisse les inspecter. Il est également chargé de vendre les tickets à ceux qui n'en ont pas encore achetés ou ceux qui ne possèdent pas d'abonnements. "Al-komasari" se charge également de crier pour annoncer le nom de la station où s'est arrêté le bus et celui de la station suivante, pour alerter les passagers. Ce métier était très connu par le passé, avant l'utilisation à présent de tickets électroniques, et d'enregistrement électronique annonçant dans le micro les noms des destinations où s'arrêtera le bus. En Irak, on l'appelle"al-saken".

3- "Al-sannan" (Le rémouleur)

Dans le passé, le rémouleur hurlait dans les rues pour demander qui désirait aiguiser ses couteaux. A présent, ce métier est sur le point de disparaître et le rémouleur est remplacé par un aiguiseur électrique. Ce métier devient, plus ou moins florissant dans le temps du Grand Baïram.

4- "Al-khatba" (L'entremetteuse)

Ce métier était très répandu dans le passé. Les jeunes contactaient l'entremetteuse pour arranger des rencontres entre jeunes hommes et jeunes femmes, et leur faciliter de faire connaissance les uns avec les autres pour se marier.

"Al-khatba" ou l'entremetteuse devait avoir une personnalité diplomatique et devait être crédible. Un métier qui a petit-à-petit disparu, avec l'évolution technologique et le changement de mode de vie.

5-  "Al-hannachin" (Les extracteurs de serpents)

Leur métier est de faire sortir les serpents et les scorpions d'où ils se cachent. Ils doivent être courageux, rigoureux et forts. Ne fléchissant d'un pouce, les "hannachin" récitent certaines paroles rimées avant de faire sortir le reptile. Ils se répandent dans les milieux désertiques et les villages, où les serpents peuvent se trouver cachés dans le sable, dans les maisons désertées ou près des champs.

Le top des métiers les plus insolites au monde !

De la nounou pour panda au verbicruciste, il existe des dizaines de métiers plus incroyables les uns que les autres. Le site électronique de RTL en a donné un rapide aperçu.

1- Verbicruciste

Il n’en existe plus beaucoup. Les verbicrucistes sont les personnes qui font des mots-croisés. Non, les verbicrucistes fabriquent les mots-croisés que vous remplissez. Une activité complexe qui demande une bonne connaissance de la langue, de la culture générale et de l’expérience.

2- Testeur de toboggans

Avis aux grands enfants : vous pouvez être rémunéré pour vous amuser. Certaines grandes sociétés emploient une personne pourtester les toboggans du monde entier. Son travail consiste donc à voyager, essayer de nouveaux toboggans dans des parcs aquatiques et les noter en fonction du "splash" à l’arrivée ou de l’adrénaline provoquée à la descente.

3- Pousseur du métro japonais

En France, à Paris, certains pensent vivreun enfer dans le métro le matin. Ils se trompent. Au Japon, il y a les "pousseurs". Comme leur nom l’indique, ces personnes sont chargées de littéralement pousser les gens à l’intérieur des rames de métro. Concrètement de les "tasser", pour que tout le monde entre.

4- Nounou pour pandas

Passer sa journée à faire des câlins, nourrir et bichonner des peluches vivantes : le rêve de beaucoup. En Chine, il est possible de faire tout cela avec des pandas. Le Centre de recherche et de protection de panda géant recherche régulièrement des "panda-sitter".

en relation