Nestle

A Tanis, un trésor toujours caché

Dalia Hamam Jeudi 20 Septembre 2018-15:44:47 Archéologie
Sphinx provenant de Tanis portant les cartouches de Sheshonq Ier - Musée du Louvre
Sphinx provenant de Tanis portant les cartouches de Sheshonq Ier - Musée du Louvre

C'est une ville pleine du trésor impeccable. A 130 kilomètres du Caire se trouve la capitale de l'Egypte pendant la troisième période intermédiaire précisément à la 21ème et 22ème dynastie égyptienne, dans le nord est du Delta à Charqueya.

Les ruines de l'ancienne Tanis forment un ensemble de 177 hectares. Le Nord du site est occupé par le grand temple d'Amonqui est entouré par l'enceinte de Psousennès I(1043-991) et par la nécropole royale des Rois de Tanis. Ce fut Claude Sicard qui identifia le premier en 1722 le site après bien des investigations menées dès 1707, pensant que l'ancienne Zoan, cité dans la Bible, devait se trouver dans cette région.

Selon le site Antikforever, les premiers travaux de topographie et de cartographie datent de 1799/1800 et furent réalisés par Henri Cordier, Déodat Guy Silvain Tancrède Gratet de Dolomieu et Pierre Jacotin. Pour exemple Jean-Jacques Rifaud ramena de Tanis deux grands sphinx de granite rose qui sont heureusement aujourd'hui au muséedu Louvre. Beaucoup d'autres pièces furent vendues à différents musées: Saint-Pétersbourg, Berlin, British Museum etc... Plus tard, au début du XXe siècle, Sir Alan Henderson Gardinersema la confusion en écrivant son article "The Delta residence of the Ramessides".

Le site est assez riche et nous livre de nombreuses ruines d'un certain nombre de temples, dont le principal temple dédié à Amon, un temple dédié à Horuset une très importante nécropole royale datant de la Troisième Période Intermédiairequi contient les seules sépultures royales pharaoniques retrouvées intactes avec le tombeau de Toutânkhamon(1336/35-1327) de la vallée des Rois. Beaucoup de pierres utilisées pour construire les différents temples à Tanis furent apportées de la vieille ville Ramesside de Qantir, l'ancienne Pi-Ramsès.

Les tombes comportent des blocs au nom de Ramsès II(1279-1213) et de ses successeurs. Des architraves, des colonnes, des colosses furent débités et retaillés pour former les parois internes des sépultures décorées pour les nouveaux souverains. De même la plupart des obélisques viennent de Pi-Ramsès. On peut encore distinguer aujourd'hui les principales parties du temple grâce à la présence de ces grands monolithes effondrés. Ils forment d'ailleurs cet aspect spectaculaire du site de Tanis. Les archéologues en ont dénombré une vingtaine. En 1845, Karl Richard Lepsius, lors de sa visite du site, dénombra 14 monolithes visibles sur l'emplacement du grand temple. Il y releva les cartouchesle plus souvent de Ramsès IImais aussi quelques uns de son fils et successeur Mérenptah(1213-1203).

en relation