Nestle

ANE : Troisième et dernier jour du référendum sans incident

Test Acount Lundi 22 Avril 2019-22:03:57 Actualités
ANE : Troisième et dernier jour du référendum sans incident
ANE : Troisième et dernier jour du référendum sans incident

Jusqu’au dernier jour du référendum, les Egyptiens ont continué à affluer vers les urnes afin de s’exprimer sur l’avenir de leur pays. Le vote sur les amendements de la Constitution s’est déroulé au niveau des gouvernorats au troisième et dernier jour du référendum, a déclaré à l’agence MENA le conseiller Lachine Ibrahim, président de l’Autorité nationale des élections  (ANE). Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 09H00 hier lundi et aucune plainte n’a été reçue sur le déroulement du processus électoral, voire les électeurs ont fait la queue devant les bureaux avant le début du scrutin, a-t-il a jouté lors d’une conférence de presse. Il est à noter que 61 millions 344 mille 503 citoyens étaient appelés à voter au référendum organisé sur trois jours sous une supervision judiciaire totale de 19 mille 339 juges.

D’autre part, le président du Club des juges d’Egypte, Mohamed Abdal Mohsen, a déclaré lundi que la cellule de crise centrale chargée de suivre le processus référendaire sur la révision constitutionnelle n’avait reçu aucune plainte de la part des juges responsables des différents bureaux de vote au troisième jour du référendum. Le conseiller Mohamed Abdel Mohsen, président du Club des juges, suit le processus électoral pour s’enquérir de la situation des magistrats chargés de surveiller le référendum sur les amendements constitutionnels, a affirmé, à la MENA, le porte-parole du Club, Reda Mahmoud Al-Sayed. Le président du Club des juges d’Egypte a ajouté que les magistrats accomplissaient leur devoir national à travers une supervision judiciaire du référendum. En effet, la cellule de crise centrale du Conseil des ministres a repris lundi ses travaux pour suivre le troisième et dernier jour du référendum sur la révision constitutionnelle.

Le Premier ministre, Dr Moustafa Madbouli suivait de près le déroulement du scrutin, à partir de cette cellule de crise centrale, afin de s’assurer que le soutien logistique soit fourni à tout moment du référendum.

La cellule de crise comprend des représentants de tous les organes concernés de l’Etat dont des représentants des ministères de la Défense, de l’Intérieur, de l’Approvisionnement, de l’Electricité, des Transports, du Développement local, de la Santé, de la Solidarité sociale, de l’Aviation civile et du Tourisme, outre de la compagnie holding de l’eau potable et du drainage sanitaire.

en relation