Al-Sissi : La réforme économique nous a permis de réaliser des taux de croissance positifs

Test Acount Mercredi 23 Septembre 2020-18:29:16 Actualités
Le Président Abdel-Fattah Al-Sissi
Le Président Abdel-Fattah Al-Sissi

La 75ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies a débuté, mardi soir, de façon virtuelle pour la première fois, et ce à cause de la pandémie de Covid-19. Cette semaine diplomatique avait commencé par la célébration des 75 ans de la création de l'ONU. Le Secrétaire général Antonio Guterres a appelé à davantage de multilatéralisme international.

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a, à cette occasion, lu le communiqué de l'Egypte, et dans lequel il a tenu à souligner que cette session de l'AG de l'ONU se tenait dans des circonstances particulières et importantes, vu la propagation alarmante du Covid-19 et les défis que cette pandémie impose, ainsi que les pertes économiques et humaines pénibles qu'elle a causées jusqu'à présent, a noté le Chef de l'Etat.

"L'Egypte, vu son histoire et sa situation en Afrique et son appartenance au monde arabe, islamique et méditerranéen, saisit l'occasion - en tant que membre fondateur de l'ONU - pour présenter certaines démarches, d'autant que le monde est appelé à adopter une même ligne d'action pour mettre en vigueur les résolutions internationales", a fait savoir le Président, tout en affirmant l'importance de la présence de la volonté politique nécessaire pour concrétiser les missions onusiennes et les résolutions internationales. Le Président a souligné vouloir saisir également l'occasion pour présenter sa vision quant à la politique qu'il faut adopter pour améliorer l'efficacité du système mondial multilatéral.

Il est également important, a ajouté le Président Al-Sissi, de se dresser face aux pays qui commettent des infractions au Droit international, ou aux résolutions onusiennes, et d'une façon particulière celles du Conseil de Sécurité.

Et le Chef de l'Etat de déplorer : "Il est fâcheux de voir la communauté internationale fermer les yeux sur le soutien apporté par certains pays aux terroristes, que ce soit par des fonds, des armes ou en leur accordant le refuge et les plateformes médiatiques et politiques, ou bien encore en les aidant à en facilitant le déplacement des mercenaires terroristes vers les zones de conflit, notamment la Libye et avant elle la Syrie".

En ce qui concerne la Libye, le Président a affirmé que l'Egypte s'engage au volet du règlement politique, sous la conduite de l'ONU et en vertu des accords de Skhirat et des décisions de la Conférence de Berlin et de la Déclaration du Caire. "Ce fut une initiative politique conjointe et globale qui met un terme au conflit en Libye et comporte des étapes précises et un calendrier clair concernant le rétablissement dans l'ordre et la formation d'un gouvernement consensuel qui serait à la hauteur des aspirations du peuple libyen", a renchéri le Président Al-Sissi.

Les séquelles de la crise libyenne ne se limitent pas au niveau local, mais affectent également les pays voisins et influent négativement sur la stabilité internationale, a fait remarquer le Chef de l'Etat. "L'Egypte est déterminée à appuyer les Libyens pour se débarrasser des 

en relation