Au Mali, au moins 24 soldats et 17 djihadistes tués dans des combats

Walaa Al-Assrah Mercredi 20 Novembre 2019-13:42:29 Actualités Internationales
Des soldats maliens près des lieux d'une explosion, à la base du Mécanisme opérationnel de coordination de Gao 18 janvier 2017, Gao, Mali
Des soldats maliens près des lieux d'une explosion, à la base du Mécanisme opérationnel de coordination de Gao 18 janvier 2017, Gao, Mali

L’armée malienne indique qu’une nouvelle attaque attribuée à des djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi 18 novembre dans l’est du pays. Cette attaque intervient alors que la France annonçait de lourdes pertes infligées à ces jihadistes en novembre, selon l’AFP. “Les “terroristes” (les djihadistes dans le vocabulaire de l’armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats de lundi, et une centaine de “suspects” ont été capturés”, a dit l’armée malienne sur les réseaux sociaux. Les forces maliennes et nigériennes menaient une opération conjointe lundi contre les djihadistes quand une patrouille a été attaquée à Tabankort, a dit l’armée malienne. Les forces maliennes “déplorent 24 morts, 29 blessés et des dégâts matériels. Côté ennemi l’on dénombre 17 terroristes tués, une centaine de suspects appréhendés”, a-t-elle rapporté. Les prisonniers sont aux mains des forces nigériennes, a-t-elle dit. Dans un précédent communiqué, l’armée malienne a indiqué avoir reçu le soutien de la force française antijihadiste Barkhane dans la contre-offensive contre les jihadistes.

 

La version des faits livrée par l’armée malienne peut difficilement être recoupée. Les zones en question sont quasiment inaccessibles sans s’exposer gravement. Tabankort est une zone connue pour le trafic de drogue. La violence au Mali est aussi multiforme, alimentée par de nombreux trafics. Auparavant, l’armée française avait annoncé la mort ou la capture d’une trentaine de djihadistes en novembre, lors d’une vaste opération conjointe avec les forces burkinabè, maliennes et nigériennes aux confins du Burkina Faso et du Mali, et lors d’une autre opération des seuls commandos français dans l’est du Mali samedi 16 novembre.

en relation