Nestle

Au Sénégal, les manifestations étudiantes font écho à mai 68

Lundi 04 Juin 2018-14:33:54 Bonjour l'Afrique
Heurts entre des étudiants de l'université de Dakar et les forces de police, le 16 mai 2018 au Sénégal
Heurts entre des étudiants de l'université de Dakar et les forces de police, le 16 mai 2018 au Sénégal

Les manifestations qui agitent les campus du Sénégal depuis la mort d'un étudiant de Saint-Louis le 15 mai font écho aux mouvements étudiants de mai-juin 68 à Dakar, qui avaient fait vaciller le pouvoir du président Léopold Sédar Senghor, d’après l’AFP.

Plus de deux semaines après le décès de Mouhamadou Fallou Sène, 25 ans, tué par la balle d'un gendarme, les étudiants l'Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis (nord) poursuivent leur mouvement de grève pour "réclamer justice" et la démission de plusieurs ministres, ont-ils annoncé vendredi.

Le président Macky Sall, probable candidat à un second mandat lors de la présidentielle de février 2019, a lâché du lest en annonçant une augmentation des bourses. A Dakar, contrairement à Saint-Louis, le mot d'ordre de grève a été levé.

En 2018, comme il y a 50 ans, c'est pour réclamer des bourses d'un niveau suffisant que les étudiants sont descendus dans la rue, affrontant les forces de l'ordre à coups de pavés et dressant des barricades.

En 1968, dans un contexte international d'opposition à la guerre du Vietnam et à l'apartheid, les étudiants de Dakar accusent Senghor, au pouvoir depuis l'indépendance en 1960, d'être un "valet de l'impérialisme".

en relation