Barrage Annahda : La percée bien vue par les experts

Ingi Amr Mercredi 13 Juin 2018-13:40:17 Actualités nationales
Barrage Annahda
Barrage Annahda

A la suite du Sommet du Caire entre le Président Abdel Fattah Al Sissi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui a annoncé que son pays s'engageait à ne pas porter atteinte au quota d’eau du Nil de l'Egypte, l'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie préparent la tenue de la prochaine réunion à neuf, prévue, au Caire, les 18 et 19 juin, sur le Barrage éthiopien Annahda (Barrage de la Renaissance). La réunion à neuf regroupera les trois ministres des Ressources hydrauliques, les trois ministres des Affaires étrangères et les trois directeurs des services de renseignements. Il est aussi prévu que les experts concernés par le dossier du Barrage éthiopien poursuivent leurs concertations avec le bureau français de consultation qui doit modifier son rapport préliminaire sur les répercussions de la construction du barrage sur les pays en aval du Nil (Egypte et Soudan). Rapport qui sera soumis à la réunion à neuf.

Le ministre des Ressources hydrauliques, Dr Mohamed Abdel Aati, a souligné l'importance de la visite de haut niveau du nouveau Premier ministre éthiopien dans le renforcement de la coopération entre les deux pays.

D'autre part, les experts et spécialistes affirment que le sommet du Président Al Sissi avec le PM éthiopien constituait un progrès concret dans la crise du Barrage Annahda.

"Nous sommes optimistes. La visite du PM éthiopien au Caire est un indice d'une percée dans la position de l'Ethiopie vis-à-vis du dossier du Barrage de la Renaissance. Position qui impliquerait une conscience des besoins de l'Egypte. La visite a réussi, à l'échelle diplomatique, à rapprocher les points de vue dans le dossier du Barrage", a précisé le chef du département des ressources naturelles à l'Institut des études africaines à l'Université du Caire, Dr Abbas Charaki.

"La situation ne permet point de perdre du temps surtout que la construction du barrage est sur le point de s'achever. Une coordination est impérative pour un accord officiel lié à la technique de fonctionnement du barrage avec le maximum de profit pour l'Ethiopie et le minimum de préjudice pour l'Egypte", a-t-il souligné.

Pour sa part, l'expert en ressources hydrauliques, Dr Nader Nour Eddine, valorise les efforts déployés par les parties concernées du dossier Annahda, durant la récente période. Efforts ayant visé à "dégeler" la situation et la transformer vers une "vision nouvelle et commune" pour parvenir à une solution finale aux questions en suspens.

en relation