Biden prend la tête d’une Amérique en crise(s)

Marwa Mourad Mercredi 20 Janvier 2021-13:35:55 Actualités Internationales
Des policiers anti-émeutes devant le Capitole, à Washington le 6 janvier 2021
Des policiers anti-émeutes devant le Capitole, à Washington le 6 janvier 2021

Le démocrate Joe Biden entre ce mercredi à la Maison Blanche, au moment où plus de 3.000 Américains meurent chaque jour du Covid, près d’un million s’inscrivent chaque semaine au chômage et des dizaines de millions doutent de sa légitimité, selon l’AFP. “Ce qui est unique pour Biden, ce n’est pas tant que le pays soit en crise, mais c’est le nombre de crises simultanées” qu’il aura à affronter dès les premiers jours de son mandat, relève la politologue Mary Stuckey de l’Université d’Etat de Pennsylvanie. Certaines, pandémie et récession, sont conjoncturelles et liées. D’autres, divisions politiques et raciales, ont leur logique propre et ancienne. Mais il faudra qu’il les affronte toutes, immédiatement, alors que le Sénat sera en partie occupé à juger Donald Trump pour “incitation à l’insurrection”. Jamais la situation sanitaire n’a été aussi grave depuis la grippe espagnole de 1918. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché au monde par le Covid-19, avec 24 millions de cas et près de 400.000 morts. Et l’apparition du nouveau variant britannique fait craindre le pire. Une immense campagne de vaccination a débuté à la mi-décembre mais elle avance bien plus lentement que prévu: seules dix millions de personnes ont reçu une première injection, bien en deçà des 20 millions prévus pour fin décembre 2020 par l’administration sortante. Joe Biden a promis d’enclencher la vitesse supérieure pour atteindre 100 millions d’injections au 100e jour de sa présidence, “Je suis convaincu qu’on peut y arriver”, a-t-il dit. “La santé de la Nation est en jeu!” Les mesures de confinement adoptées pour endiguer la propagation du virus ont porté un coup d’arrêt brutal à l’économie qui, selon la banque centrale américaine (Fed), s’est contractée de 2,4% en 2020. De nombreuses entreprises ont dû fermer leurs portes et licencier leur personnel. D’autres salariés ont démissionné pour s’occuper de leurs enfants, privés d’école. Au total, 18 millions d’Américains vivent aujourd’hui d’aides au chômage. “La souffrance humaine s’étale au grand jour et nous n’avons pas de temps à perdre”, a commenté Joe Biden en dévoilant un plan d’urgence de 1.900 milliards de dollars, qu’il entend faire valider par le Congrès au plus vite. En tant que vice-président de Barack Obama, il avait déjà supervisé un gigantesque plan de relance après la crise financière de 2009, qui avait déjà assombri les débuts de leur mandat. Cette fois, le défi est tout autre: “Il doit gérer la crise économique, tout en essayant de vacciner 300 millions de personnes et en dirigeant une nation sérieusement divisée”, relève Shirley Anne Warshaw, professeure de sciences politiques au Gettysburg College.

en relation