Brexit : Ce qui va changer au 1er février

Walaa Al-Assrah Mercredi 29 Janvier 2020-13:34:30 Actualités Internationales
Composition du Parlement européen après le Brexit et le départ des 73 eurodéputés britanniques
Composition du Parlement européen après le Brexit et le départ des 73 eurodéputés britanniques

Le Brexit interviendra vendredi à minuit, soit 1.317 jours après la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne. Qu’est-ce qui va changer au 1er février?, s’interroge l’AFP

Les échanges quotidiens entre le Royaume-Uni et l’UE vont continuer comme avant jusqu’à fin 2020. Pendant cette période de transition de 11 mois, Londres et Bruxelles vont négocier leur relation future. Quelques changements pratiques vont toutefois intervenir d’ici là.

Vendredi à minuit (23h00 GMT), l’Union européenne va pour la première fois perdre un Etat membre, qui plus est l’un des plus grands et des plus riches pays du bloc. Avec le départ de 66 millions d’habitants, l’UE verra sa population passer à quelque 446 millions. Son territoire diminuera de 5,5%.

Si jamais le Royaume-Uni décidait un jour de revenir, il devrait se soumettre à la procédure d’adhésion habituelle. A Bruxelles, le retrait de l’Union Jack devant le Parlement européen symbolisera un changement bien réel: le Royaume-Uni sort de l’UE et devient un “pays tiers”.

Plus aucun des 73 eurodéputés britanniques élus en mai ne siègera. 46 des sièges seront réservés pour de futurs Etats membres et 27 seront redistribués.

Londres n’aura plus le droit de présenter un candidat à un poste de commissaire européen. Il n’y avait déjà plus de représentant britannique dans l’exécutif européen, Boris Johnson ayant refusé d’en proposer un dans la nouvelle Commission. Le Premier ministre britannique ne sera plus invité aux sommets européens, pas plus que les membres du gouvernement n’assisteront aux réunions ministérielles.

En tant que citoyens d’un pays étranger, les Britanniques ne pourront plus prétendre à des postes de fonctionnaires à Bruxelles. Nombre d’entre eux ont toutefois acquis une double nationalité afin de pouvoir rester. En revanche, le Royaume-Uni, deuxième contributeur net au budget de l’UE derrière l’Allemagne, continuera à payer jusqu’à la fin de la transition.

en relation