Choucri : L’Egypte accorde une grande importance à l’intégrité territoriale de la Syrie

Test Acount Dimanche 13 Octobre 2019-14:41:00 Actualités
Le ministre des A.E. Sameh Choucri s'entretenant avec une délégation du Conseil démocratique syrien
Le ministre des A.E. Sameh Choucri s'entretenant avec une délégation du Conseil démocratique syrien

Le régime turc tente de sortir de sa crise interne par l'agression contre la Syrie, a affirmé, hier samedi, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choucri, dans son allocution à la séance d'ouverture de la réunion d'urgence des ministres arabes des Affaires étrangères, indique la MENA. Les allégations turques qui tentent de justifier cette agression flagrante contre la Syrie comme étant contre le terrorisme sont ridicules, a dit M. Choucri, ajoutant que le régime turc tente de brouiller les cartes et cherche à montrer qu'il n'abrite pas le terrorisme et ne parraine pas les organisations terroristes. L'Egypte condamne cette agression inacceptable perpétrée contre un pays arabe frère, a-t-il précisé, soulignant la position ferme de l'Egypte en faveur de la stabilité de tous les pays arabes et son rejet de toute agression contre n'importe quel pays arabe.

L’Egypte accorde une grande importance à l’unité de la Syrie et à son intégrité territoriale et se tient à égale distance de toutes les composantes du peuple syrien, a en outre affirmé le chef de la diplomatie égyptienne lors de son entretien, samedi, avec une délégation du Conseil démocratique syrien, avant la réunion d’urgence du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel, sur l’agression turque contre la Syrie.

Les membres de la délégation ont informé le ministre Choucri des développements de la situation sur le terrain après l’agression turque contre la Syrie, selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ahmed Hafez, rapporte la MENA.

La délégation a passé en revue les effets dangereux et les défis liés à l’agression turque, ainsi que les conséquences humanitaires considérables sur le terrain et les déplacements de masse, et évoqué les contrecoups négatifs de l’agression turque sur la lutte contre l’organisation terroriste Daech en Syrie et dans la région. M. Choucri a indiqué que l’Egypte condamne l’agression turque contre la Syrie et la considère comme une occupation de territoire d’un pays arabe, soulignant que résister à l’agression turque était un droit légitime d’autodéfense en fonction de l’article 51 de la Charte des Nations Unies.

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choucri, a examiné samedi avec son homologue jordanien, Ayman Safadi, les développements de l’agression turque contre la Syrie, et les répercussions de cette étape grave sur l’unité de la Syrie et le processus politique conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmed Hafez, a déclaré que les deux ministres  tenaient à discuter des développements de l’agression turque contre la Syrie et des conséquences de cette étape dangereuse sur l’unité de la Syrie, de son peuple et son intégrité territoriale.

Ces entretiens intervenaient peu avant la réunion extraordinaire de la Ligue arabe au niveau des ministres des Affaires étrangères, dans le cadre de l’échange de vues continu entre l’Egypte et la Jordanie sur les questions d’ordre régional.

En même temps, Sameh Choucri, a examiné, samedi, avec son homologue bahréni, cheikh Khaled Ben Ahmed Ben Mohamed Al Khalifa, les développements de l’agression turque sur la Syrie et ses impacts sur l’unité de la Syrie et le processus politique conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité.

La rencontre est intervenue avant la réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau des ministres des A.E. pour l’examen de cette agression. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a précisé que les deux ministres avaient examiné les moyens de sauvegarder la souveraineté de la Syrie et l’unité de son peuple.

Cet entretien se tient dans le cadre des excellentes relations entre les deux pays frères. Choucri s’était entretenu au palais “Al-Tahrir” avec ses homologues irakien, saoudien, syrien, jordanien, émirati, et bahréni ainsi qu’avec une délégation du Conseil démocratique de Syrie pour l’examen du même sujet.

en relation