Comment gérer sa colère

Ingi Amr Dimanche 05 Juillet 2020-11:08:03 Chronique et Analyse
Comment gérer sa colère
Comment gérer sa colère

C'est normal de se mettre en colère une fois de temps en temps. On a le droit d’être en colère, lorsque les choses ne vont pas comme on le veut. Bien qu’il n’y ait pas de mal à se mettre en colère, la colère ne doit  pas être une option.

 

 

 

Tout comme on choisit d’être en colère, on peut également choisir de ne pas l’être. On peut  résoudre les problèmes sans se mettre en colère. Il y a des méthodes qui permettront d’anticiper la colère, ainsi on mettra de côté ce sentiment qui peut être très destructeur. (Source: penserchanger.com)

Étape 1 : Reconnaître quand on est  en colère

Contrairement à ce que beaucoup pensent, la colère n’est pas limitée qu’aux moments où on perd son sang-froid et on éclate de rage.

La colère commence au moment où on  accumule des émotions négatives à propos de quelque chose ou de quelqu’un. Plus on se sent malheureux ou triste, et plus la colère boue à l’intérieur … jusqu’à ce qu'on déborde et qu'on ne puisse plus retenir cette émotion plus longtemps.

Étape 2 :  Savoir reconnaître les déclencheurs de colère

Connaissez-vous vos déclencheurs de colère ? Savez-vous ce qui vous rend en colère ? Ce qui vous met hors de vous ? Ce que vous n’arrivez pas à supporter ?

Il est conseillé de faire une liste de choses qui :

A.                 Vous irritent ou vous frustrent

B.                  (ex : les transports publiques qui ont du retard, les mauvais services clients, les personnes négatives, ou irrespectueuses),

C.                  Vous rendent furieux

D.                 (ex : l’injustice ou les hypocrites)

E.Qui vous font exploser instantanément (par exemple, le crissement de la craie sur un tableau noir).

Maintenant durant le reste de la journée, observez votre réaction à tout ce qui se produit autour de vous. Lorsque vous vous sentez irrité ou en colère, notez le déclencheur et ajoutez-le à votre liste. Essayez de repérer autant de déclencheurs de colère que vous le pouvez.

Cela vous permettra de prendre conscience de déclencheurs auxquels vous ne faisiez peut-être pas attention jusqu’ici, et qui peuvent se reproduire tous les jours. Des choses qui ne vous mettent pas forcément en colère, mais qui réussissent à coup sûr à vous irriter ou vous frustrer.

Au-delà de cela, vous découvrirez également des déclencheurs plus profonds. Certaines personnes ou situations qui peuvent vous mettre instantanément en colère, car elles sont contraires à vos valeurs. Comme par exemple, les personnes hypocrites, ou les gens qui arrivent tout le temps en retard.

Faire cette liste permet d’anticiper des situations qui vous mettraient hors de vous, en pouvant alors les traiter plus consciencieusement.

Étape 3: Creuser les déclencheurs de colère pour s'en libérer

Après avoir réalisé la liste de déclencheurs de colère, il faut penser à chacun de ces déclencheurs pour découvrir leurs causes cachées.

Pour chaque déclencheur, demandez-vous “Pourquoi cela me met-il en colère ?”

Notez la réponse sur une feuille. On pourrait découvrir que les déclencheurs de la colère sont liés à des événements passés. Par exemple, si on est irrité par les personnes grossières ceci peut avoir pour origine des situations embarrassantes durant l'enfance causées par des personnes grossières.

On aurait du ressentiment et de la colère vis-à-vis d'un événement passé. Ce ressentiment et cette colère n’ont jamais été résolus, c’est pour cela qu'on continue à être en colère dans ces situations qui ressemblent à ces événements passés. Il faut apprendre à lâcher prise et ne pas se frustrer à cause d'événements passés. On ne peut pas changer le passé alors il ne faut pas laisser le passer avoir un effet négatif sur le quotidien.

Étape 4 : Ne plus générer de nouvelles colères

Au fur à mesure qu'on traire les “anciennes” colères du passé, il est important de ne plus  créer de nouvelles colères dans son esprit.

Cela signifie que si vous affrontez des situations ou des personnes qui enfreignent / bousculent vos valeurs, ne vous mettez pas en colère. Acceptez que les choses ne soient pas comme vous voulez. Acceptez qu’il y ait des différences entre la réalité et ce que vous voulez. Puis, concentrez-vous sur la recherche, voire même la création, de solutions.

Nous pouvons croire que nous sommes en droit de ressentir de la colère, mais alors c’est se laisser diriger par des réactions plutôt que par la réflexion. Il y a une autre voie possible au-delà d’être en colère ou d’ignorer notre colère : c’est de ne pas être en colère du tout.

 

Citations

L'envie et la colère abrègent la vie.  Proverbe Français

Dans une contestation ne te laisse pas gagner par la colère, elle t'enlève une partie de ta force, et te livre désarmé à ton ennemi.  Proverbe Algérien

Agir dans la colère, c'est s'embarquer dans la tempête.  Proverbe Allemand

Tu as l'avantage sur la colère quand tu te tais. Proverbe égyptien

La colère est aveugle. Proverbe français

La colère est une courte folie. Horace

La colère est pareille à un cheval fougueux ; si on lui lâche la bride, son trop d'ardeur l'a bientôt épuisé.  William Shakespeare

Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un ; c’est vous qui vous brûlez.

Bouddha

Un homme, véritablement homme, ne hait point ; sa colère et sa mauvaise humeur ne vont point au-delà de la minute.

Napoléon Ier

Le moindre prétexte suffit à une personne colérique. Denis St-Pierre

La colère consume et n’illumine pas. Alphonse de Lamartine

La clémence a raison, et la colère a tort. Voltaire

Les effets de la colère sont beaucoup plus graves que les causes.  Marc Aurèle

La colère vide l'âme de toutes ses ressources, de sorte qu'au fond paraît la lumière. Friedrich Nietzsche

La façon de changer les mentalités des autres est avec l'affection et non avec la colère. Dalaï Lama 

 

Quoi  faire pour se calmer ?

Reconnaître les signaux

Lorsque la colère s’empare de nous, tout notre corps la ressent. Crispation de la mâchoire, chaleur, respiration qui accélère, tension dans les épaules, cœur qui cogne dans la poitrine, sont autant de signaux qu’il faut apprendre à reconnaître pour agir au bon moment. (Source: wengood.com/fr)

Se retirer 

L’une des premières choses à faire, si l’on en a la possibilité, lorsque les signaux corporels apparaissent c’est de prendre l’air. Échapper à une situation qui nous met en colère pour faire autre chose (marcher, respirer, même crier, etc.) permet de dompter sa colère.

Ecrire ou pleurer

Au lieu de sentir la colère enfler en nous, pourquoi ne pas écrire tout ce qui nous fâche ? Ecrire permet de tout lâcher,  et même parfois de minimiser un peu les choses. Pleurer est aussi un bon moyen de se faire du bien et de faire revenir la paix en soi. Si on est gêné ayant les larmes aux yeux, pourquoi les retenir ?

Se calmer

Tout comme le stress, la colère peut se gérer grâce à des activités qui aident à être plus calme. Sport, yoga, méditation peuvent aider à mieux respirer et à se débarrasser de la colère

Ne pas refouler la colère

Si la colère peut être néfaste pour votre coeur, il n'est pas bon de chercher à la contenir ou à l'ignorer. Les émotions ont toutes un rôle à jouer et chercher à réprimer la colère est contre-productif, cela augmente l'hypertension artérielle. L'idéal est de trouver la voie de l'équilibre qui permet à la colère de s'exprimer juste ce qu'il faut pour être bénéfique sans devenir toxique. (orange.fr)

Comment faire ?

• En acceptant la colère et en l'exprimant, mais de façon calme, sans violence.

• Quand quelque chose ne va pas, verbalisez-le immédiatement. Ne le gardez pas au risque d'accumuler les tensions qui finiront par exploser tôt ou tard.

• Ne restez pas dans une situation ou conversation qui vous énerve. Dès que vous sentez que vous commencez à vous énerver, retirez-vous et revenez quand vous serez calmée.

• Utilisez le "je" plutôt que le "tu", qui est souvent générateur de reproches et ne permet pas à l'autre de comprendre vos émotions et sentiments.

À petite dose la colère n'est pas néfaste. Pour qu'elle vous traverse sans conséquence grave, apprenez à relativiser.

 

La colère est toxique

La colère possède différents niveaux. Ils vont de l’irritation pour une quelconque contrariété à la passion aveugle qui conduit aux actes les plus destructeurs. Il s’agit, en fait, de l’une des émotions les plus intenses que nous puissions ressentir. L’une des plus nocives également. (Source: nospensees.fr)

 

 Il faut néanmoins apprendre à gérer la colère, à la canaliser car le corps en paiera les conséquences.

Lorsqu'une émotion atteint son degré le plus élevé, elle est capable de détériorer considérablement la santé. Chaque émotion affecte une partie du corps en particulier. Dans le cas de la colère, elle a des effets principalement sur toute la zone du tronc et de l’estomac: calculs biliaires, problèmes de vésicule biliaire et de différents troubles digestifs.

Des chercheurs du National Institute on Aging ont récemment mené une enquête sur les effets de la colère sur l’organisme. Les conclusions de l’étude furent publiées dans le Journal of the American Hearth Association. Il fut vérifié que les personnes qui restent envahies par la colère tendent à montrer des traces de cette émotion dans leur corps.

Il fut constaté que ceux qui se mettent en colère ont souvent tendance à avoir des anomalies dans les artères carotides. Ceci, bien évidemment, augmente le risque d’avoir un accident vasculaire cérébral. De même, il fut découvert que ceux qui ont un caractère de type « antagoniste », autrement dit très conflictuel, présentent généralement un épaississement des parois artérielles.

En outre, tout excès de colère provoque une augmentation visible de la production de certaines hormones. Parmi elles, l’adrénaline. L’augmentation de cette substance provoque une altération de l’équilibre de l’organisme et peut éventuellement mener à des crises cardiaques ou à des troubles cérébraux.

Se calmer par les boissons :

La camomille : Cette infusion vient naturellement en tête, très efficace contre l'insomnie. C'est aussi un antidote puissant contre le stress. Il est bon de remplacer le thé ou le café par une tasse de camomille dans de l'eau chaude. Ses effets sont étonnants. (Source: forumactif.fr)


Le jus de céleri : Très efficace, le céleri contient la panthalide, un sédatif qui entraîne un apaisement. Un verre de jus de céleri, associé à du jus de carotte, détendra en quelques minutes tout en rafraîchissant.



La menthe : Connue pour ses vertus digestives, la menthe est aussi un calmant. On conseille d'abandonner le thé et le café pour des infusions de menthe, on se sentira maître de ses émotions.



Le lait : Le lait contient un amino-acide, le tryptophan, que le cerveau transforme en sérotonine, déclencheur d'un sommeil profond. D'autre part, le calcium contenu dans le lait contribue à détendre les muscles. Ainsi, boire un verre de lait chaud avant le coucher n'est pas seulement une recette de grand-mère, c'est un fait scientifique reconnu.

 

 

en relation