Nestle

Conférence de presse commune entre le Président Al Sissi et le PM éthiopien Abiy Ahmed

Test Acount Dimanche 10 Juin 2018-20:15:16 Actualités
L’Egypte défend l’intérêt de tous
L’Egypte défend l’intérêt de tous

L’Egypte et l’Ethiopie sont historiquement unies par un même sort. Liées par une artère sacro-sainte qu’est le fleuve du Nil, elles tiennent à cultiver leurs concordances et régler tout problème pointant le nez. Les concertations entre les deux pays se poursuivent donc sur moult dossiers dont le plus important de l’impact que l’Egypte et le Soudan, les deux pays d’aval du Nil, sont censés subir suite à la construction du Barrage éthiopien de la Renaissance. Une conférence de presse à caractère fort rassurant s’est donc tenue hier dans la soirée pour répondre aux interrogations qui taraudent l’esprit des Egyptiens quant à leur avenir hydraulique.

Le Président Abdel Fattah Al Sissi a commencé par affirmer que les relations égypto-éthiopiennes remontaient à des milliers d’années et que les deux pays ont toujours été liés par le fleuve du Nil.

Le Chef de l’Etat a d’abord souhaité la bienvenue au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avec qui il a tenu hier dans la soirée une conférence de presse commune. Al Sissi a félicité son hôte de marque pour ce qu’il est en train d’exécuter pour la prospérité de l’Ethiopie.

Le Président Al Sissi a affirmé avoir accordé une attention particulière pendant son premier mandat de quatre ans au renforcement des liens avec l’Ethiopie, signalant avoir coupé un long et important parcours dans la construction de la confiance. Et de poursuivre « nous allons continuer de consolider notre relation ».

Al Sissi a indiqué que le déplacement du Premier ministre éthiopien au Caire constitue une bonne opportunité de mener des débats concernant le barrage de la Renaissance afin de parvenir à un règlement ne nuisant aux intérêts d’aucune des parties concernées. Il a fait savoir que des entretiens se sont déroulés autour de l’augmentation des investissements égyptiens en Ethiopie et de l’activation des accords en cours y compris celui de l’établissement d’une zone industrielle égyptienne en terre éthiopienne et l’importation de la viande de ce pays de la Corne de l’Afrique.

Le Chef de l’Etat a également dit que les deux côtés ont examiné les perspectives de la coopération en matière d’agriculture, de santé et de complémentarité économique, dans l’optique de donner un bel exemple de complémentarité interafricaine. « Le fleuve du Nil demeure le trait d’union entre l’Egypte et l’Ethiopie. C’est notre principale source de vie », a souligné M. Al Sissi, signalant qu’il s’était mis d’accord avec M. Abiy Ahmed a concrétisé tout ce qui a été convenu.

Et le Raïs de poursuivre « Nous devons œuvrer en sorte de faire des peuples égyptien, soudanais et éthiopien un même peuple vivant dans une même patrie ». Al Sissi a affirmé œuvrer à la consolidation de la coopération bilatérale Egypte/ Ethiopie dans le cadre de l’intérêt pour tous et de la non nuisance aux intérêts d’aucune des parties.

« Nous connaissons les valeurs du bon voisinage et les bonnes manières. Nous redoutons le Seigneur et n’avons aucune intention de nuire au peuple égyptien », a quant à lui dit le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed lors de la conférence de presse commune avec le Chef de l’Etat égyptien.

Et d’insister « Nous devons cultiver une confiance réciproque à cet effet ». Le Chef du gouvernement éthiopien a noté que certains médias tentaient de porter atteinte à cette relation. « Cependant, mon frère le Président Al Sissi et moi-même ignorons ce chemin », a-t-il tempêté.

Le Premier ministre éthiopien a affirmé être venu en Egypte pour exprimer aux Egyptiens ses bonnes intentions. Il a rassuré le peuple égyptien quant à son quota des eaux du Nil, lui affirmant en même temps que l’Ethiopie ne va pas porter atteinte à leur part d’eau et qu’au contraire elle va l’augmenter.

M. Abiy Ahmed a fait remarquer que semer la zizanie ne va servir ni à l’Egypte ni à l’Ethiopie, indiquant que les divisions demeurent et étaient sans intérêt. Il a poursuivi qu’il vaut mieux s’entourer autour du Nil pour l’intérêt de tous. « Nos discussions et nos entretiens étaient de caractère amical et cordial », a-t-il noté avant de s’engager devant la presse et aux côtés du Chef de l’Etat égyptien à ne pas nuire en aucune façon aux intérêts de l’Egypte.

 

en relation