Coronavirus : Cessez de broyer du noir

Nevine Ahmed Samedi 28 Mars 2020-21:14:15 Chronique et Analyse
Coronavirus : Cessez de broyer du noir
Coronavirus : Cessez de broyer du noir

Et si le coronavirus a son côté positif ?! Paradoxalement, la réponse est un grand "oui". Les mesures strictes prises par le Gouvernement pour éviter que cette crise n'empire, ont contraint les citoyens à passer plus de temps à la maison et donc avec leurs familles. Temps de méditer et notamment de se motiver de positivisme. Le virus émergent a certes changé la vie des gens partout.


Tout événement perçu comme négatif, peut avoir quelques côtés positifs. Sans croire qu'il s'agit là d'occulter ce qui nous angoisse ou chagrine, essayons plutôt de ne pas nous focaliser uniquement là-dessus. Nous traversons tous des moments difficiles, mais nous arriverons, tôt ou tard, à les surmonter. Il existe des personnes qui arrivent mieux que d'autres à surmonter les obstacles de la vie. Rien de sorcier. C'est simple. C'est leur attitude et leur façon de voir les choses.

Le nouveau coronavirus serait-il une occasion pour revoir les positions et avant tout revoir sa vie ? Le coronavirus a-t-il un côté positif. S'enfermer chacun à la maison et cet espacement physique et social auquel le Gouvernement appelle pour contrer le nouveau virus, est parallèlement une occasion pour un plus grand rapprochement entre les membres de la famille et un temps où sont mises à l'épreuve la responsabilité communautaire et les relations de bon voisinage - négligées peut-être dans ce brouhaha de la vie quotidienne et dans cet empressement de modernisme technologique.

Primo. C'est seulement un problème, si vous pensez que c'est un problème. Le coronavirus est contagieux et est dangereux puisqu'il se transmet rapidement, ce qui exige des mesures très dures - et que certains considèrent comme drastiques - de désinfection. Côté positif : Vous avez des rues véritablement propres et des maisons stérilisées.

Donc, il faut accepter la situation et se débarrasser des sentiments négatifs, loin de s'enfermer dans les lamentations et dans une obsession destructive.

Pensez donc que le nouveau virus - même si c'est un problème - est surtout une importante expérience dont on pourra tirer des leçons, pour savoir comment l'accepter. La situation exige la réduction du nombre du personnel dans les différents lieux de travail pour minimiser autant que possible les encombrements, que ce soit dans les bureaux ou dans les transports publics. Les femmes - notamment les mamans - peuvent prendre un congé, dans le cadre de la fermeture également des établissements scolaires et universitaires.

Un point négatif ? Au contraire. C'est un avantage, puisque c'est une occasion pour les mères employées de rester plus à la maison et de passer plus de temps avec leurs enfants et leurs maris, et aussi leur préparer les mets les plus savoureux.

C'est l'occasion aussi pour les enfants, confinés, de passer plus de temps avec maman, qui la plupart du temps est à son travail et une fois rentrée, il n'y a que le temps pour préparer vite le manger et finir les devoirs domestiques.

Restez chez vous, ce mot d'ordre dont se plaignent plusieurs personnes taquinées pour cet enfermement partiel, est contrairement à son apparence négative, très positif, puisque c'est une occasion pour les membres de la famille de se retrouver autour de la table et partager ensemble les repas. Une occasion donc de se voir.

Un calme qui vient donner un répit à ce rythme de vie effréné. Souvent le monde extérieur est une projection de notre monde intérieur. C'est comme une sorte de miroir. Vie extérieure chaotique et stressante, vie domicile aussi rapide et stressée. Mais cette épreuve nous montre un côté rayonnant : les voitures parquent devant les maisons, les transports publics sans encombrement suffocant, des gens moins stressés et moins énervés... donc moins de disputes et un taux régressif de pollution.

Une étude élaborée par les experts en urbanisme et environnement prouve qu'autant les lieux où les gens vivent ou par lesquels ils passent sont restreints et ne sont pas espacés, autant les taux de pollution sont hauts, et les gens sont sur leurs nerfs.

Cette dure épreuve du coronavirus nous stimule à supprimer le mot "échec" de notre vocabulaire, aussi bien que les mots "déception et négativisme ou passivité". Tout le monde est à présent mobilisé. Les médecins au front et en première ligne de défense dans cette guerre, comme s'expriment les responsables égyptiens, sont complètement dévoués à ce service et les hôpitaux sont en totale disposition et en état d'alerte maximale et des équipes médicales bien organisées et disciplinées.

Une image positive du virus effrayant. Oui, c'est très dur à croire, mais c'est vrai. Quand vous prenez du recul sur votre vie et que vous regardez en arrière, vous verrez finalement le bon côté des choses et comment c'était une bonne chose, parfois, de ne pas réussir à obtenir ce que l'on souhaitait de prime abord.

Ce boulot où vous ne pouvez vous rendre actuellement qu'à mi-temps ou à distance, vous a obligé à passer moins de temps avec votre famille. Actuellement, plus de flexibilité et beaucoup de temps libre.

Oui, le couvre-feu est un moment unique. Appréciez-le, puisqu'il y a toujours quelque chose de précieux dans chaque petit instant que vous passez à la maison parmi votre famille.

Ces moments qui vous paraissent monotones, et cette paresse que vous jugez insignifiante, seront de frêles souvenirs, mais l'important est comment apprécier et profiter de l'instant présent, avant que le temps ne passe et que vous le regrettiez.

Cette peur que nous vivons nous enseigne beaucoup. Croyez-le, ce temps passé à la maison a également appris aux enfants comment s'amuser et comment être heureux. Des moments agréables qu'ils ont oubliés, technologie oblige. Soyez sûrs alors que les choses vont changer et que rien n'est permanent. Armez-vous de positivisme, voyez la moitié pleine du verre et sachez comment profiter de ce temps que le coronavirus vous a accordé pour revoir votre vie et vos relations sociales, pour prier et revenir au Seigneur. Bref, choisissez d'être heureux.

en relation