Nestle

Dépression : un test génétique pour prédire le risque chez les adolescents

Ghada Choucri Mercredi 17 Avril 2019-20:40:22 Jeunesse
Dépression : un test génétique pour prédire le risque chez les adolescents
Dépression : un test génétique pour prédire le risque chez les adolescents

Une équipe internationale de chercheurs est parvenue à mettre au point un test capable de prédire le risque de dépression en analysant la composition génétique des individus touchés par cette maladie mentale. Cette découverte pourrait, à terme, permettre de diagnostiquer la dépression chez les adolescents, qui constituent une population à risque.

Âge délicat de la vie, où prédominent les doutes, les questionnements et les recherches d’identité, l’adolescence est aussi celui du mal et de la dépression. Près de 8% des jeunes âgés de 12 à 18 ans souffriraient de cette maladie mentale, et un tiers des adolescents dépressifs feraient une tentative de suicide.

Pour mieux la prendre en charge et éviter les drames, il est donc nécessaire de mieux identifier les facteurs de risque de dépression, et ce, avant même l’apparition des symptômes cliniques.

Tel est l’objet des travaux d’une équipe scientifique internationale publiés dans l’American Journal of Psychiatry. Des chercheurs de l'Institut Max-Planck de psychiatrie et de l'Université Louis-et-Maximilien de Munich, en Allemagne, de l'Université Emory d'Atlanta, en Géorgie, de l'Université de Coimbra au Portugal et de l'Université de Helsinki en Finlande ont uni leurs forces pour calculer le risque génétique de dépression d'un enfant ou d'un adolescent. Pour cela, ils ont analysé la composition génétique de 460 000 adultes touchés par la dépression, ce qui leur a permis d’établir une liste des variantes génétiques incriminées.

Individuellement, ces variantes ont peu d'impact sur le risque de dépression, mais lorsqu'elles sont prises ensemble, elles peuvent révéler un risque de maladie, même si aucun symptôme clinique n’a été observé. Cette méthode, appelée "score de risque polygénique", a déjà été utilisée avec succès pour quantifier le risque génétique de nombreuses maladies courantes, comme les maladies cardiaques ou le diabète.

"Le score a d'abord été calculé à partir de données génétiques obtenues auprès d'un très grand nombre d'adultes souffrant de dépression. Ce paramètre a ensuite été évalué dans de plus petites cohortes d'enfants et d'adolescents pour déterminer s'il pouvait prédire la dépression et les symptômes de dépression dans ce groupe d'âge", explique Thorhildur Halldorsdottir, premier auteur de l'étude.

Après cette première étape, les chercheurs ont évalué ce score de risque chez des groupes d'enfants et d'adolescents âgés de 7 à 18 ans, dont 279 présentaient des symptômes de dépression et 187 étaient en bonne santé, qui ont servi de groupe témoin.

Outre le score de risque polygénétique, des facteurs environnementaux comme des violences subies pendant l’enfance, ont aussi été pris en compte. "Nous avons aussi cherché à savoir comment des antécédents de violence pendant l'enfance influaient sur le risque. Nous avons constaté que le score de risque polygénique et l'exposition à la violence pendant l'enfance étaient tous deux instructifs pour identifier les jeunes à risque de dépression."

"C'est la première étude à montrer que le score de risque polygénique calculé à partir d'adultes souffrant de dépression peut être utilisé pour identifier les enfants à risque de développer une dépression, avant même l'apparition de symptômes cliniques", affirme Elisabeth Binder, directrice de l'Institut Max-Planck et chef du département dans lequel cette recherche a été menée.

Selon elle et ses collègues, les résultats de cette étude pourraient à l’avenir aider les experts en santé mentale à identifier les jeunes les plus à risque de développer une dépression, ce qui leur permettrait de mettre en œuvre des stratégies de prévention plus efficaces.

"En appliquant les résultats d'études comme celle-ci, il devrait être possible à l'avenir de cibler les jeunes qui présentent le plus grand risque de dépression, c'est-à-dire ceux qui ont un score de risque polygénique élevé et/ou des antécédents d'abus durant l'enfance, pour ces interventions efficaces", confirme Gerd Schulte-Körne, co-auteur des travaux.

en relation