Des photos inspirantes racontent des histoires profondes

Marwa Mourad Vendredi 16 Août 2019-22:01:58 Chronique et Analyse
19 avril 1967, Katherine Switzer, 1ère femme à avoir couru officiellement un marathon. Ils ont voulu l’empêcher de courir, elle est devenue une icône. © Getty / Getty images
19 avril 1967, Katherine Switzer, 1ère femme à avoir couru officiellement un marathon. Ils ont voulu l’empêcher de courir, elle est devenue une icône. © Getty / Getty images

Au fil des années, la photographie s’est démocratisée et passionne de plus en plus le grand public. A tel point que de nombreux médias s'y sont lancés: ils misent tout sur l’image et racontent des histoires en photos.Certaines photos resteront gravées dans notre mémoire à jamais, soit car elles ont été prises dans des moments historiques, soit car elles reflètent une réalité bouleversante. Voici une sélection que vous avez certainement déjà vu une fois dans votre vie. Suivez…

Dorothy Counts la première noire dans une école ségrégationniste

Dorothy Counts, (Charlotte, Caroline du nord) était la première noire en Amérique à mettre les pieds dans une école ségrégationniste, totalement blanche. Elle fut si mal traitée, qu'elle dû quitter l'école après 4 jours. Elle fut victime d'intimidation, de jet de pierres. Le harcèlement commença quand la femme de John Z. Warlick, chef du Conseil des citoyens blancs, exhorta les garçons à l'exclure, aux filles à lui cracher dessus. Elle avait résumé la situation en ces termes "je marchais sans réagir, aux crachats sur mon dos et aux jets de pierres qui atterrissaient à mes pieds." La photo de Dorothy Counts au milieu d'une foule hostile cherchant à l'intimider le premier jour d'école fut immortalisé par Douglas Martin. Elle remporta le prix "World Press Photo of the Year" en 1957.

*source : leblogdugriot.over-blog.com

Des photos des rescapés du Titanic mises aux enchères

Alors qu'un collectionneur britannique a déboursé 141 000 euros, samedi 21 octobre, pour une lettre écrite par Oscar Holverson à sa mère, la veille du naufrage du célèbre paquebot, l'album photos d'un couple du Carpathia, qui a assisté au sauvetage des 705 rescapés du Titanic, sera mis aux enchères jeudi, à Boston (Etats-Unis).

Une lettre d’un naufragé du célèbre Titanic, l’Américain Oscar Holverson, adressée à sa mère, a été vendue aux enchères, samedi 21 octobre en Angleterre, pour la somme de 126 000 livres sterling (environ 141 000 euros). L'hôtel des ventes Henry Aldridg Andson a publié un extrait de la lettre sur son compte Instagram.

Dans le courrier daté du 13 avril 1912, la veille du fameux naufrage, l'homme se montre très enthousiaste, rapporte la BBC. "Le bateau est d'une taille gigantesque, il est aménagé comme un palace", décrit-il. Il rapporte aussi à sa mère qu'il a pu voir sur le pont principal "l'homme le plus riche du monde", John Jacob Astor, lui aussi accompagné par sa femme.

Oscar Holverson précise aussi à sa maman qu'il arrivera à New York le mercredi qui suit... Il n'aura pas cette chance. Il décèdera dans la tragédie qui a fait environ 1 500 victimes. Sa femme, Mary, en revanche, survivra. La lettre, elle, sera retrouvée sur le corps du défunt, glissé à l'intérieur d'un petit livre. Elle a été achetée samedi par un collectionneur britannique. Le précédent record pour une lettre du Titanic était de 119 000 livres sterling (environ 133 000 euros).

*source : Midi Libre

Nikola Tesla, l’incroyable vie du génie de l’électricité !

Bien que largement oublié de nos jours, Nikola Tesla a pourtant été à l’origine (ou avait prédit) d’une grande partie des technologies que nous utilisons quotidiennement aujourd’hui. Plongée dans la vie et les inventions de cet homme aussi complexe que fascinant.

Aujourd’hui, le nom « Tesla » est surtout associé à la firme automobile lancée par le visionnaire homme d’affaire Elon Musk. Mais avant que ce nom soit donné à une marque de voiture, il a appartenu à l’un des plus grands génies du 20ème siècle :Nikola Tesla.

Bien que Tesla soit peu connu du grand public, son apport à la science moderne est pourtant considérable. Sa vie comme son œuvre sont à tous points de vue passionnants.

Brillant, Nikola Tesla a quitté le monde à l’âge de 86 ans avec plus de 300 brevets à son actif. On lui doit notamment les inventions de l’énergie sans fil, la radio, les rayons X, la télécommande, le moteur électrique, le champ magnétique tournant, la lampe au néon… ce qui fait de lui l’un des plus grands inventeurs de tous les temps !

Mais Tesla n’était pas seulement un homme de science exceptionnel.

C’était aussi un idéaliste rêvant de mettre fin aux guerres et de fournir de l’énergie gratuite et illimitée pour tous; un solitaire fuyant les relations avec les femmes, atteint de troubles obsessionnels et gravitant souvent aux frontières de la folie; un travailleur infatigable, ne dormant guerre plus de 3 heures par nuit et capable de travailler 84 heures d’affilée.

En résumé, le mélange parfait entre le savant fou et un Prométhée moderne !

Nikola Tesla étudiant dans son laboratoire, vers 1899.

*source : Out The Box

Tombe aux mains

La tombe aux mains (en néerlandais :graf met de handjes) est unesépulturedu vieux cimetière de Ruremonde(Roermond), aux Pays-Bas. Elle abrite deux époux, Jacob van Gorcum et Josephina van Aefferden, morts au XIXe siècle, dont les confessions respectives, protestante et catholique, interdisaient l'enterrement dans les mêmes parties du cimetière. Les deux sépultures sont donc placées contre le mur de séparation et reliées par-dessus le mur par des mains sculptées.

Le monument se situe dans le vieux cimetière (oude kerkhof) de Ruremonde, dans le Limbourg3.Il s'agit d'une sépulture double, l'une des tombes se situant dans la partie catholique du cimetière, l'autre dans la partie protestante. Les deux tombes sont placées de part et d'autre du mur séparant ces deux parties et leurpierre tombaleest suffisamment élevée pour que leur extrémité dépasse le sommet du mur. Une main sculptée sort de la tête de chacune des pierres tombales ; ces deux mains se rencontrent au niveau du milieu du mur.

*source : Wikipedia

Kathrine Switzer, la première femme à courir officiellement le marathon de Boston, en 1967 !

Coureuse de marathon, écrivaine, commentatrice de télévision américaine, Kathrine Switzer est surtout célèbre pour avoir été en 1967, la première femme à courir le marathon de Boston. Et grâce à son combat, en 1984 -enfin !- aux JO de Los Angeles, se déroule le premier marathon olympique féminin.

Kathrine Switzer est née en 1947 en Allemagne. Quand son père, colonel dans l’US Army, retourne aux Etats-Unis, elle suit des études de journalisme à l’université de Syracuse. Pratiquant le cross-country, elle doit s’entrainer avec des étudiants car il n’y a pas d’équipe féminine. Des stéréotypes rebattus, dont une supposée fragilité des femmes, expliquent cette situation. 

Kathy milite alors activement et avec succès pour que les femmes, dans le monde entier, puissent participer aux courses de fonds. En 1972, elle termine deuxième du marathon féminin de Boston.En 1974 à New York, elle remporte la première place en 3H 07 mn 29 s. Grâce à son combat, en 1984 -enfin !- aux JO deLos Angeles, se déroule le premier marathon olympique féminin.

Le 17 avril 2017, à 70 ans - un demi-siècle  après sa première participation - Kathy Switzer court pour la neuvième fois lemarathon de Boston, avec le même numéro de dossard qu'en 1967. C'est son 40ème marathon !

En avril 2018, il y a un an presque jour pour jour, elle participe aumarathon de Londres, qu'elle termine en 4 heures 44 minutes et 49 secondes.

Total respect pour Kathrine Switzer !

*source: franceinter.fr

en relation