Enseignement : Al-Sissi inaugure de nouveaux projets à Alexandrie

Test Acount Mercredi 16 Septembre 2020-18:12:17 Actualités
Enseignement : Al-Sissi inaugure de nouveaux projets à Alexandrie
Enseignement : Al-Sissi inaugure de nouveaux projets à Alexandrie

- Le Chef de l'Etat aux forces du mal : Arrêtez les tentatives de mise en doute et dirigez vos fonds vers les réformes

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a inauguré, hier mercredi, de nombreux nouveaux projets dans le domaine de l'enseignement, dont notamment l'Université égypto-japonaise pour les sciences et la technologie à la Cité de Borg Al-Arab, en plus d'autres universités privées, a-t-on appris de la page officielle du porte-parole de la Présidence.

Le Chef de l'Etat a commencé par visionner un film documentaire sur ladite Université, et qui a expliqué que la philosophie de l'Université égypto-japonaise se base sur le recours aux systèmes académiques japonais, fondés notamment sur le côté pratique dans l'éducation, ainsi que sur les recherches qui servent la communauté locale et régionale, tout en établissant des partenariats avec les institutions académiques de recherche au Japon.

Le chef du gouvernement, Dr Moustafa Madbouli a dans son intervention affirmé que l'Université égypto-japonaise est une forteresse pour les sciences, louant son rôle dans l'enrichissement de l'éducation et dans la dispensation d'un enseignement de qualité en Egypte. Il a ensuite annoncé la création de huit nouvelles universités technologiques modernes, pour améliorer l'enseignement technique en Egypte et pour permettre aux jeunes de suivre leurs études à l'université, chacun d'après la spécialisation qu'il désire. Le Premier ministre a ensuite parlé de la réduction du nombre d'élèves dans les classes dans les établissements scolaires, ce qui exige la présence de 73 mille classes pour un coût estimé à 40 milliards de LE. "L'Etat a en fait dépensé 100 milliards de LE pour développer l'enseignement tout au long des six dernières années", a-t-il révélé, avant d'annoncer l'introduction d'un nouveau système - à partir de l'année prochaine - pour les épreuves du Bac égyptien.

Le Chef de l'Etat a pour sa part tempêté lors de l'inauguration desdits projets, que les tentatives de mise en doute que font certaines parties, ont pour objectif de faire chuter la nation, et ne ne sont point dans l'intérêt du pays, comme prétendent ces parties, affirmant que les forces du mal mettent en doute tout responsable de l'Etat chargé de n'importe quel dossier afin de créer le doute dans l'esprit des Egyptiens.

Il a, à cet effet, fait allusion au projet de nouveau Canal de Suez, qui a été exposé à une féroce attaque de la part de ces parties. "Mais nous poursuivrons le travail en dépit de tout. Toute démarche entreprise par l'Etat, est dans son intérêt et dans l'intérêt du peuple. Notre objectif est clair : réaliser le bien de la nation sans exercer aucune pression sur les citoyens", a-t-il clamé sur un ton ferme.

Al-Sissi a ensuite souligné que l'Egypte est restée pour de longues années sans vouloir se présenter sur la scène compétitive au niveau de l'enseignement. Et qu'elle était hors du classement mondial des universités. "Cette situation a actuellement changé et nous possédons de nouvelles universités qui seront inaugurées au cours de cette année. L'enseignement aux universités s'est remarquablement amélioré. Le niveau à un moment donné dans le passé était inacceptable. Et en dépit de tout cela, vous trouverez ceux qui mettent là aussi le doute dans l'objectif des démarches de développement et d'évolution", a-t-il souligné.

Le Raïs a appelé les Egyptiens à prêter attention à ce qu'il dit, pour saisir la vérité des choses loin des tentatives de déformation des faits et loin des mensonges. Il a souligné que les taux de travail en cours sont propices et conviennent à ce qui a été réalisé. Il a alors appelé les médias et les universités à tenir des colloques pour expliquer les vérités et les faits par lesquels passe le pays, ainsi que les exploits réalisés et le développement effectué dans tous les domaines, afin de composer une opinion publique réelle et consciente vis-à-vis des causes de l'Etat, une opinion publique qui comprend les défis face à l'Etat. "Cela est aussi de votre responsabilité, puisqu'il n'est pas concevable de voir le Gouvernement parler et expliquer tout seul", a-t-il fait remarquer.

Evoquant ensuite l'expérience allemande dans l'enseignement, dont avait parlé le PM, le Chef de l'Etat a dit que l'Allemagne n'avait pas besoin de projets de traitement de l'eau, ou de centrales électriques, ni non plus de nouvelles infrastructures, et que donc ses projets de développement ont été directement mis en place et elle a réussi à progresser. "Nous avons hérité beaucoup de problèmes nés des années passées (...) Les Egyptiens doivent faire attention quant aux tentatives de mise en doute de ce qui a été réalisé tout au long de 50 ans, ainsi que vis-à-vis du rôle de l'Etat et des responsabilités qu'il devait assumer. Il faut savoir que le nombre des écoles et des universités est beaucoup plus important que ce qui a été réalisé durant 30 ans", a-t-il souligné.

Al-Sissi a ensuite parlé de la densité démographique, en soulignant que chaque citoyen devait vivre sur un feddan, alors qu'à présent, 10 personnes doivent vivre sur la même superficie, ce qui s'est reflété sur la hausse des prix et la valeur de la livre égyptienne. "Nous ne possédons pas de richesses qui peuvent couvrir nos coûts, mais nous possédons des têtes et une volonté populaire de vouloir changer les faits pour préparer un meilleur avenir. Nous avons aussi une détermination à relever le défi d'un courant qui pensait pouvoir changer en s'emparant du pouvoir". Le Président a encore tempêté en adressant un message aux forces du mal : "Votre visage annoncé est celui du changement, tandis  que ce que vous cachez est la destruction."

S'adressant ensuite aux Egyptiens, le Président a affirmé avoir misé sur le peuple égyptien et sur sa conscience pour relever les défis et pour effectuer le changement. "En 2013, vous avez accepté de relever le défi et d'affronter les tentatives de faire perdre l'Etat. Je vous pose maintenant la question : Est-ce que je vous ai fait perdre ou est-ce que je me suis présenté avec l'Armée pour nous sacrifier pour la nation ? Vous aviez à l'époque des problèmes quant à l'énergie et au fuel... sont-ils révolus ou vous en souffrez encore ? Vous aviez des problèmes avec les terroristes... Est-ce que nous les avons laissés ou nos soldats se sont dévoués pour vous protéger, défendre la nation et assurer sa sécurité et sa stabilité ?", a demandé le Président.

Le Raïs a parlé ensuite des projets de l'Etat et des démarches de formation des jeunes, soulignant leur grande importance pour autonomiser les jeunes et les former à occuper les postes-clé. Il a également affirmé que le développement de l'enseignement devrait s'effectuer conjointement entre l'Etat et les citoyens, avant de visionner un documentaire sur l'enseignement technique et technologique en Egypte.

Al-Sissi a enfin ordonné de donner le nom du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à la troisième phase du complexe des sciences à l'Université égypto-japonaise.

en relation