Nestle

Entre calculs et observation, Ramadan est le bienvenu

Marwa Mourad Lundi 14 Mai 2018-12:00:52 Chronique et Analyse
Entre calculs et observation, Ramadan est le bienvenu
Entre calculs et observation, Ramadan est le bienvenu

Dans quelques jours va commencer le Ramadan, qui marque le début d’un mois de jeûne pour les musulmans…Le mois de Ramadan, comme tous les autres mois du calendrier musulman, est déterminé par l’apparition de la nouvelle lune.L’observation de la nouvelle lune se fait traditionnellement à l’œilnu. Cette nouvelle lune pouvant être visible dans un pays et pas dans un autre, cela explique pourquoi un certain nombre de musulmans peuvent commencer le jeûne à une certaine date, tandis que les autres, issus d’autres contrées, l’observeront le lendemain.

 

Il est de coutume que les instances religieuses se réunissent le jour où la lune est potentiellement visible (c’est ce qu’on appelle le “jour du doute”). Elles scrutent alors le ciel, dans le but d’annoncer le début du mois de jeûne. La science ayant progressé depuis l’époque du Prophète (SAWS), de plus en plus de musulmans plaident pour l’utilisation du calcul astronomique, qui permettrait de déterminer de manière fiable le début et la fin de chaque mois lunaire pour les années à venir.

 

L’observationde la nouvelle lune

Quand les compagnons du Prophète l’interrogèrent sur la procédure à suivre pour déterminer le début et la fin du mois de jeûne, il leur recommanda de commencer le jeûne du mois du Ramadan avec l’observation de la naissance de la nouvelle lune [au soir du 29ème jour du mois] et d’arrêter le jeûne avec la naissance de la nouvelle lune (du mois de shawal).

« Si le croissant n’est pas visible (à cause des nuages), comptez jusqu’à 30 jours ». (Al-Bokhary, Recueil de hadiths (3/119))

A l’époque, les bédouins étaient habitués à observer la position des étoiles, de nuit, pour se guider dans leurs déplacements à travers le désert, et à observer l’apparition de la nouvelle lune pour connaître le début des mois. La recommandation du Prophète cadrait parfaitement avec les données de leur situation.

 

Pourquoi le Ramadan commence-t-il à des jours différents selon les pays ?

Le nouveau mois lunaire commence, sur le plan astronomique, à partir du moment où la «conjonction» mensuelle se produit, c’est-à-dire quand la Lune se trouve située sur une ligne droite entre la Terre et le Soleil. A ce moment-là, la lune est invisible.

Le croissant lunaire ne commence à être visible, en général, que quelques 18 h après la «conjonction», et uniquement lorsque des conditions favorables d’observation sont réunies. Elles incluent:

◦    le nombre d’heures écoulées depuis la conjonction;

◦    les positions relatives du Soleil, du croissant lunaire et de l’observateur;

◦    l’altitude de la lune au coucher du soleil;

◦    le lieu où l’on procède à l’observation;

◦    l’angle formé avec le soleil au moment du coucher;

◦    la limite de détection de l’œilhumain; etc.

Chaque mois, la nouvelle lune sera d’abord aperçue à certains endroits spécifiques du globe, avant de devenir visible partout ailleurs, par la suite.

En théorie, lorsque la nouvelle lune est observée quelque part, cela marque le début du nouveau mois pour les musulmans situés dans toutes les régions où l’information parvient. Au temps de la Révélation, quand les communications dans l’espace étaient difficiles, cette règle ne concernait que des régions géographiques limitées, proches du lieu d’observation. Mais aujourd’hui, avec les moyens de communication modernes, une information peut être diffusée dans le monde entier quasi instantanément. Le champ d’application de la règle est donc beaucoup plus vaste.

Cependant, les Etats musulmans procèdent généralement, chacun pour son propre compte, à l’observation mensuelle de la nouvelle lune dans le ciel (ou à défaut attendent l’achèvement d’un 30e j), avant de décréter le début d’un nouveau mois sur leur territoire. Chaque Etat a défini ses propres paramètres et procédures en la matière, compliquant encore plus la situation.

 

Les 10 jours de recul

Le calendrier hégirien est un calendrier lunaire dont les 12 mois peuvent avoir une durée de 29 ou 30 jours. L’année hégirienne compte donc 354 ou 355 jours, soit 10 à 11 de moins que l’année grégorienne, ce qui explique le recul de 10 à 11 jours observé chaque année.

Pourquoi y a-t-il toujours une grande confusion sur la date de début du mois de Ramadan? Ne peut-on pas la calculer scientifiquement?

Le Coran n’interdit pas l’utilisation du calcul astronomique dans l’élaboration du calendrier. Il précise seulement que l’année lunaire ne comprend que 12 mois.

Mais suite à la recommandation du Prophète aux Bédouins de commencer et d’arrêter le jeûne du mois du Ramadan avec l’observation de la nouvelle lune, le consensus des ulémas se forgea solidement, pendant 14 siècles, autour du rejet du calcul. Seuls quelques juristes isolés, dans les premiers siècles de l’ère islamique, prônèrent l’utilisation du calcul pour déterminer le début des mois lunaires.

Sur le plan institutionnel, seule la dynastie des Fatimides, en Egypte, a utilisé un calendrier basé sur le calcul entre les 10ème et 12ème siècles, avant qu’il ne tombe dans l’oubli à la suite d’un changement de régime. L’argument majeur avancé pour justifier cette situation se fonde sur le postulat des ulémas, selon lequel il ne faut pas aller à l’encontre d’une prescription du Prophète. Ils estiment qu’il est illicite de recourir au calcul pour déterminer le début des mois lunaires, puisque le Prophète a recommandé la procédure d’observation visuelle.

Depuis le début du 20ème siècle, nombre de penseurs islamiques, ainsi qu’une poignée d’ulémas de renom, remettent en cause les arguments rejetant l’utilisation du calcul.

A leurs yeux, le Prophète a simplement préconisé aux fidèles de recourir à une procédure d’observation de la nouvelle lune pour déterminer le début d’un nouveau mois. L’observation du croissant n’était qu’un simple moyen, et non pas une fin en soi, un acte d’adoration (‘ibada). Le hadithrelatif à l’observation n’établissait donc pas une règle immuable, pas plus qu’il n’interdisait l’utilisation du calendrier astronomique.

D’après certains juristes, le hadith ne parle même pas d’une observation visuelle de la nouvelle lune, mais simplement de l’acquisition de l’information, selon des sources crédibles, que le mois a débuté. Cela ouvre naturellement de nouvelles perspectives dans le débat autour de cette question.

D’ailleurs, en Arabie Saoudite, le calendrier d’UmmAl-Qura (à usage administratif uniquement) est élaboré depuis de nombreuses années en utilisant une procédure basée sur le calcul astronomique, qui n’a rien à voir avec l’observation de la nouvelle lune. Par convention, si la conjonction se produit avant le coucher du soleil aux coordonnées de la Mecque, le soir du 29è j du mois en cours, et si le soleil se couche avant la lune, un nouveau mois commence. Autrement, le mois en cours aura une durée de 30 j.

en relation