Grand Baïram: Plages et parcs publics, destinations clé

Ingi Amr Mercredi 14 Août 2019-14:35:40 Chronique et Analyse

Le Grand Baïram est le dernier congé où les ménages pourront se divertir avant la rentrée. Il s'agit d'une semaine de jours fériés. Il faut donc en profiter. Qui dit divertissement dit sans doute plage. C’est pourquoi les plages, au Nord comme à l’Est, ont témoigné d’un énorme afflux de la part des familles égyptiennes.

Des milliers se sont rendus sur les plages d’Alexandrie pour passer le Grand Baïram. Port Saïd reçoit aussi un grand nombre de visiteurs depuis le premier jour de la fête. Au Delta, Gamassa, Ras El Bar et Baltime attirent toujours les vacanciers.

Le Littoral Nord, avec ses villages touristiques, abonde, à son tour, en visiteurs. Il en est de même pour Marsa Matrouh. Un grand afflux de visiteurs y a commencé surtout dès le weekend. Quant à la mer Rouge, les installations touristiques y témoignent d’un grand afflux. En fait, depuis plus d’un mois, des réductions et des offres étaient en ligne pour séduire autant de visiteurs que possible vers les stations balnéaires :Hurghada, Marsa Alam, Charm El Cheikh etTaba. 

Pour ceux qui n'ont pas l'opportunité de se rendre au bord de la mer, les parcs et jardins publics sont la destination.

 

Un repas qui rassemble

Dans un appartement, un chalet ou une villa, à domicile ou dans une station balnéaire, un grand nombre de familles (aisées bien sûr), s’est préparé pour le Barbecue de la Fête. C’est la fête du Sacrifice, c’est donc l’occasion de manger de la viande.

Griller la viande est le moyen préféré pour la manger bien qu'il ne soit pas le meilleur pour la santé. Un balcon, ou un jardin, la grille, le charbon et la famille rassemblée. Voilà toutes les conditions exigées.

Mais il faut faire attention.  Vous allez sans doute manger de la viande rouge que ce soit viande de mouton ou de bœuf. Il ne faut pas trop en manger.

La viande rouge contient des graisses saturées. C’est un mauvais gras pour la santé car ça augmente votre mauvais cholestérol. Pour réduire la quantité de gras saturés de votre viande, enlever le gras apparent de celle-ci avant la cuisson et éviter de manger la peau de la volaille qui est extrêmement riche en gras saturés, en calories et en lipides.

Pour que votre viande rouge soit moins riche en calories, faites-la cuire dans un mode de cuisson qui ne requiert pas de corps gras, enlever le gras apparent de votre viande ou optez pour une viande rouge maigre.

Loin du Grand Baïram, de façon générale, il ne faut pas manger la viande avec excès. Une portion de viande rouge quotidiennement présente de nombreux risques pour la santé : cette habitude augmente le risque de mortalité de 13 %, le risque de maladie cardiovasculaire de 18% et le risque de mortalité par cancer de 10%. La graisse saturée contenue dans la viande rouge peut être à l’origine de ce risque cardiaque.

 

A chaque fête son plat

C’est le Grand Baïram. Nous sommes donc en rendez-vous avec un plat à ne pas rater : la fatta. C'est le plat traditionnel de cette fête. Il s’agit d’un plat composé d’ingrédients fixes : pain, riz et viande. Pourtant, la méthode de préparation diffère d’une région à l’autre. En Haute Egypte, le pain est frit avec de l’ail, on y ajoute un bout de soupe, on met dessus le riz et la viande en haut avec une sauce de tomate à l’ail et au vinaigre. Au Delta, le pain n’est pas frit, le riz est attendri par la soupe et garni d’ail au vinaigre et la viande se met en haut sans sauce de tomate.

Pourtant, la version classique de la Fatta est celle où l’on met le pain frit, puis le riz puis la sauce de tomate à l’ail et au-dessus la viande.

 Quelle que soit la version de fatta, vous la mangerez sans doute au Grand Baïram. Quelques familles ont même l’habitude de la manger au petit déjeuner, après la prière du Baïram. Bon appétit !

 

Le mouton, star d'Al Aïd

Admiré par les petits, gardé dans un enclos ou acheté comme peluche, le mouton est sans doute la star de cette fête.

Regarder le mouton de près est une joie pour les petits. Prendre une photo aux côtés du mouton est une autre. C’est une nécessité pour les enfants chaque Grand Baïram. Se photographier en donnant à manger au mouton ou même en étant assis dessus, est un plaisir enfantin. Photographiez alors vos petits, ce seront de belles mémoires.

Dans tous les quartiers, au milieu des immeubles, l’on aperçoit depuis plusieurs jours des enclos qui abondent en moutons. Ces derniers portent chacun une marque avec le nom de son acheteur. Les petits de chaque quartier sont attachés à regarder les moutons, depuis qu’ils sont arrivés dans l’enclos, jusqu’au premier jour du Grand Baïram. Mais, après la prière de la fête, les enclos commencent, peu à peu, à se vider. Les moutons sont sacrifiés par les fidèles. Les petits ne trouveront plus rien à regarder.

 

Qui dit fête dit habits neufs

Pour les petits, pas defête sans habits neufs. C’est une tradition. Quel que soit le niveau social ou financier des Egyptiens, fête rime avec l’achat de nouveaux habits, surtout pour les enfants. Les conditions financières devenues plus difficiles, certains achètent les nouveaux habits durant les jours de la fête, après avoir reçu la "Eidéya", une somme d'argent que les adultes offrent aux plus jeunes. 

Alors si vous n'avez pas encore acheté vos nouveaux habits, voici quelques conseils pour vous guider durant votre shopping. Pour les femmes, suivre la mode n’est pas toujours essentiel. L’important est de choisir des habits qui soient convenables à votre silhouette, des couleurs qui rime avec la couleur de votre peau.

Pour les hommes, les choix sont différents. L’important est que les habits soient à la fois élégants et confortables.

Quant aux enfants, un petit conseil est nécessaire. Il faut d’abord jeter un coup d’œil sur l’armoire pour préciser ce dont on a vraiment besoin. Le but est de ne pas acheter quelque chose de répété surtout en ce qui concerne les dessins imprimés sur les habits (les petits optent toujours pour les habits sur lesquels sont imprimés leurs dessins animés préférés).

 

 

 

en relation