Nestle

Kiswa de la Kaaba : Cette étoffe sublime haute en valeurs majestueuses et spirituelles

Nevine Ahmed Vendredi 09 Août 2019-21:51:19 Chronique et Analyse
Kiswa de la Kaaba
Kiswa de la Kaaba

La Kaaba est le point d’orientation pour les musulmans quand ils prient et est également le point de rassemblement du pèlerinage (hajj). Elle est recouverte d’une soie noire brodée avec des versets coraniques (kiswa). Cette dernière est remplacée tous les ans au temps notamment du grand pèlerinage. Une pratique qui a commencé au moment de la période musulmane médiévale.

Une sublime étoffe de soie noire, ornée de calligraphies brodées en fil d’or représentant des versets coraniques. D’une superficie de 658 mètres carrés et se déployant sur 14 mètres de haut, la confection minutieuse de la kiswa de la Kaaba, requiert 670 kilogrammes de soie pure blanche teinte en noir. 120 kilogrammes d’or et 50 kilogrammes d’argent sont nécessaires pour broder les versets du Coran qui y sont calligraphiés. D’après certaines sources, notamment le site “Saphir news”, le coût de la kiswa est évalué à plus de 4 millions d’euros. La kiswa est composée de 5 pièces, dont 4 couvrent les 4 faces de la Kaaba, alors que la 5e pièce, elle représente le rideau qui couvre la porte de la Kaaba.

Avant 1930, la kiswa était tissée en Egypte pour être exportée ensuite vers la Mecque, à bord d’un majestueux convoi de plus de 100 chameaux, qui quittaient les terres égyptiennes en direction de l’Arabie Saoudite, pour arriver à temps et changer la kiswa lors du pèlerinage comme dicte la tradition.

Depuis 1930, sa fabrication a été ensuite confiée à l’usine “Umm al-Joud”, implantée à la Mecque, selon ces mêmes sources. Plus de 250 personnes s’attellent- chaque année- à sa réalisation avec méticulosité. Ces personnes prennent 9 mois à fabriquer la kiswa

Le changement de la robe noire de la Kaaba a lieu chaque année, au cours du Grand Pèlerinage (Hajj). La kiswa est remplacée chaque année le jour d'Arafat (la veille de la fête) lorsque le “Haram” (grande mosquée) de la Mecque est peu fréquentée, les pèlerins se rassemblant sur le mont d'Arafat pour une importante journée de prières.

7 siècles durant, l’Egypte avait eu l’honneur de la confection de la kiswa. Le “mahmal” (ce grand coffre à dos d’un convoi de chameaux), portant la kiswa, sortait chaque année depuis la capitale en direction des Terres Saintes de l’Arabie, dans une ambiance spirituelle et festive. Des célébrations étaient lancées à cette occasion, auxquelles prenaient part les hauts responsables du pays et les personnalités éminentes de la société égyptienne.

Le tissu dont était fabriquée la kiswa est appelé “qabati” (une sorte de soie) et la fabrication de la kiswa remontait à l’ère du deuxième calife, Omar Ibn Al-Khattab, qui recommandait de la confectionner à partir du fameux tissu égyptien “qabati” fabriqué notamment à la ville de Fayoum. D’après le site “Masrawy”, on dit que le nom du tissu est inspiré des coptes d’Egypte. Les Egyptiens ont été toujours connus pour leur talent dans la fabrication des meilleurs tissus. L’historien “Aboul-Walid Al-Azraqi” raconte que le calife Ibn Al-Khattab écrivait au gouverneur d’Egypte, Amr ibn Al-Ass, pour commander le tissu entrant dans la fabrication de la kiswa.

Quant à l’historien “Al-Maqrizi”, il raconte pour sa part avoir vu la fabrication de ladite kiswa tout au long des époques de différents califes musulmans, dans différents ateliers répandus dans les villes égyptiennes.

Le début de l’idée du “mahmal”, partant de l’Egypte vers l’Arabie Saoudite pour livrer la kiswa, a pourtant commencé avec la reine d’Egypte, Chajar ad-Durr. Le premier “mahmal” est sorti au temps des mamelouks. La kiswa était mise dans de grands coffres fermés portés à dos de chameaux. Les célébrations ont eu une ambiance spéciale et caractéristique aux temps d’az-Zahir Baybars. Les sultans de l’Egypte mamelouke l’appelaient “le serviteur des deux Saintes Mosquées”, racontent les historiens.

Le convoi circulait dans les rues du Caire, accompagné de batteurs de tambours et des aspects festins éclataient dans toute la capitale, où les échoppes décoraient leurs devantures et des chevaux présentaient des danses et des animations intéressantes à cette occasion.

Le “mahmal” se déplaçait dans les rues du Caire pour trois jours avant de prendre la route vers le Hijaz, suivi des soufis qui battaient les tambours, et levaient les drapeaux et chantaient des chants religieux et spirituels pour marquer l’événement.

La forme du “mahmal” est décrite dans les livres d’histoire comme suit : “un cadre carré de bois, triangulaire au sommet, couvert d’une étoffe de “dibaj” (sorte de soie) rouge ou vert, décoré par des ornements et tissés de fils d’or. Le mahmal est surmonté de 4 sommets en argent avec des couches d’or. A l’intérieur du mahmal, on déposait 2 livres de Coran dans deux boîtes en argent. On mettait ensuite le mahmal à dos de chameaux”.

Le coût de la kiswa était très élevé et Mohamed Ali Pacha a ordonné de consacrer une partie des fonds de l’Etat pour ce but. C’est à cette époque que “Dar al-Khoronfoch” au quartier de Bab al-Chi’iriya au Caire, s’est chargée de la fabrication de la kiswa, on l’appelait aussi “Dar al-kiswa”. Ce lieu existe jusqu’à présent et abrite la dernière kiswa fabriquée. Ce lieu fonctionnait jusqu’à 1962.

Dans le temps, une tradition a duré pour plusieurs années : au mois de zoul-qi’ida (le 11ème mois de l’hégire), les ministères de l’Intérieur et des Finances se mettaient d’accord sur le transfert de la kiswa de “Dar al-kiswa” vers la mosquée d’Al-Hussein, sous une haute surveillance, dans un convoi noble et majestueux. D’habitude, le khédive assistait à la cérémonie qui était organisée à cette occasion. A la fin de la saison, le “mahmal” revenait de la Mecque portant l’ancienne kiswa après l’avoir remplacée par la nouvelle. L’ancienne kiswa était coupée en partie et offerte aux nobles et aux princes, raconte-t-on.

Le dernier mahmal sorti de l’Egypte était sous l’ancien président Gamal Abdel Nasser et à partir de 1962 (quelques livres citent jusqu’à 1964), l’Arabie Saoudite a commencé à confectionner la kiswa dans les ateliers d’Umm al-Joud, puis cette industrie a été transférée vers la région d’Iguiyad et jusqu’à nos jours.

 

**(sources : Rihlat Ibn Batuta - les Nouvelles de la Mecque- Recherche sur la kiswa de la Kaaba aux temps des Mamelouks)

 

 

en relation