L’Egypte appelle les parties concernées à examiner attentivement le plan de Donald Trump

Test Acount Mercredi 29 Janvier 2020-19:32:29 Actualités
Le ministère des Affaires Etrangères
Le ministère des Affaires Etrangères

Le plan proposé par le Président américain Donald Trump a suscité de fortes réactions à travers le monde. Le ministère égyptien des Affaires étrangères a publié un communiqué en réaction à la proposition du Chef de l’Etat américain, dans lequel l’Egypte apprécie les efforts continus de l’administration américaine pour parvenir à une paix globale et juste qui contribuerait au règlement de la cause palestinienne, chose qui renforcerait la sécurité et la stabilité au Proche-Orient, mettant ainsi fin au conflit israélo-palestinien.

L’Egypte considère le plan américain dans le sens qu’il pourrait mener à un règlement de la cause palestinienne, ce qui restituerait aux Palestiniens leurs droits légitimes complets en établissant un Etat indépendant souverain sur les territoires palestiniens occupés, conformément aux résolutions de la légitimité internationale.

L’Egypte appelle à travers son communiqué les deux parties concernées à examiner de manière approfondie et attentive le plan américain dans tous ses détails afin de frayer la voie à la poursuite des négociations sous le parrainage de l’administration américaine et permettre aux deux parties – Palestiniens et Israéliens – de présenter leur vision des choses pour parvenir à un accord susceptible de répondre aux aspirations des deux peuples.

Selon le plan américain, Jérusalem est la capitale indivisible de l’Etat israélien et l’administration américaine fournirait 50 milliards de dollars aux Palestiniens pour améliorer leur avenir.

Le Président Trump a noté avoir beaucoup fait pour Israël à compter par le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem et la reconnaissance américaine de la souveraineté d’Israël sur le Golan.

Le plan du Président Trump a immédiatement été rejeté par les Palestiniens et leurs alliés. Ce plan, favorable à Israël auquel il accorde de nombreuses garanties et notamment un feu vert pour annexer les colonies, « ne passera pas » a rapidement réagi le Président palestinien Mahmoud Abbas. « Il est impossible pour n’importe quel enfant, arabe ou palestinien, d’accepter de ne pas avoir Jérusalem » comme capitale d’un Etat palestinien, a déclaré le Président Abbas pour signifier l’étendue, selon lui, du refus palestinien de voir Jérusalem devenir la capitale « indivisible » d’Israël comme l’a proposé le Président américain.

Le Hamas a formellement rejeté le plan présenté à la Maison Blanche. « Nous n’accepterons pas de substitut à Jérusalem comme capitale de l’Etat de Palestine », a déclaré Khalil Al-Hayya, un haut responsable du mouvement. Ce plan « ne passera pas » et pourrait conduire les Palestiniens vers une « nouvelle phase » de leur lutte, avait prévenu le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, avant même l’annonce du Président Trump.

La Jordaniea estimé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, que l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 restait « la seule voie pour une paix globale et durable ». L’Egypte a adopté une position prudente, se contentant d’appeler Israéliens et Palestiniens à un examen « attentif » et « approfondi » du plan. « L’Egypte appelle les deux parties concernées à un examen attentif et approfondi de la vision américaine (…) et à ouvrir des voies de dialogue, sous les auspices des Etats-Unis, pour une reprise des négociations », afin de parvenir à « une paix juste et globale » et « à l’établissement d’un Etat palestinien indépendant », a indiqué Le Caire dans un communiqué.

L’Arabie Saoudite« apprécie les efforts de l’administration du Président Trump d’œuvrer pour un plan de paix complet entre les parties palestinienne et israélienne », a annoncé hier mercredi le Royaume, appelant à des pourparlers directs entre Israéliens et Palestiniens. Le Roi Salmane a affirmé son soutien « inébranlable » aux droits des Palestiniens lors d’un entretien téléphonique avec le Président palestinien Mahmoud Abbas. Le Roi est du côté des Palestiniens et soutient « leurs choix et ce qui consacre leurs espoirs et aspirations », a rapporté mercredi l’agence d’Etat saoudienne (SPA).

 

 

en relation