Nestle

L’Egypte et l’Ouganda resserrent leurs liens déjà prospères

Jeudi 10 Mai 2018-14:07:38 Actualités
Chaleureuse poignée de main entre le Président Abdel Fattah Al-Sissi et son homologue ougandais Yoweri Museveni
Chaleureuse poignée de main entre le Président Abdel Fattah Al-Sissi et son homologue ougandais Yoweri Museveni

L’Egypte et l'Ouganda formulent le même souhait: la consolidation de leurs rapports dans divers domaines. Transport fluvial, combat antiterroriste, échanges commerciaux, les thèmes de coopération entre les deux pays riverains du Nil ne sont pas peu nombreux.

Le Président Abdel Fattah Al-Sissi a reçu hier mardi son homologue ougandais Yoweri Museveni en visite actuellement en Egypte. La visite a débuté par une cérémonie d'accueil au palais présidentiel d'Ittihadiya en début d'après-midi, suivie d'entretiens présidentiels sur moult sujets. Les discussions ont ensuite pris une tournure plus élargie en regroupant les délégations des deux parties. L'Egypte et l'Ouganda ont signé de nombreux accords ayant trait aux domaines de l'agriculture, de l'industrie, de l'électricité et de l'énergie renouvelable.

Lors d'une conférence de presse commune, le Président Al-Sissi a indiqué que l'Egypte œuvrait à renforcer ses relations avec l'Ouganda en vue de réaliser leurs objectifs communs. Il a de même salué les efforts ougandais dans la consolidation de la paix et de la stabilité dans le continent africain, affirmant de même que cette visite officielle du Chef d'Etat ougandais traduit la profondeur des relations entre les deux parties. Et d'assurer que les rapports égypto-ougandais ont connu un grand essor au cours des années précédentes.

Au cours des entretiens présidentiels, les deux dirigeants ont parlé du dossier du Barrage de la Renaissance. Un sujet qu'ils avaient repris lors de leur conférence de presse. En ce sens, le Raïs a exposé à son hôte de marque ougandais la position de l'Egypte face à la construction de ce barrage éthiopien, lui assurant que l'Etat égyptien s'attache fermement à parvenir à des solutions aux problèmes en suspens conformément à la Déclaration de principes signée en 2015.

Al-Sissi et Museveni ont en outre évoqué  la lutte contre le terrorisme, ce dernier étant considéré comme une véritable menace pesant sur la planète et exigeant des positions fermes et tranchées contre les pays et les entités qui le parrainent.

Le Président ougandais Museveni a dit être  ravi du fait que l'Egypte vit actuellement une stabilité politique, lui souhaitant plus de prospérité et de progrès. "Chacun de nous a une identité. J'ai une identité, vous avez une identité. Il ne faut pas user de ces identités pour aspirer à des visées politiques manipulatrices. On doit par contre se centrer sur nos objectifs communs, ceux qui peuvent servir toutes les parties", a noté le Chef de l'Etat ougandais qui a adressé une invitation au Raïs à visiter prochainement son pays, en tant que premier Président égyptien à voir les affluents du grand fleuve du Nil coulant en Ouganda. 

Par ailleurs, le ministre du Commerce et de l'Industrie, Tarek Kabil, s'est entretenu hier mardi avec le ministre d'Etat ougandais du Commerce et des Coopératives, Frederick Gume, de la consolidation du commerce entre les deux pays et des projets d'investissement, et ce dans le cadre de la visite en Egypte du Président ougandais. Dans un communiqué publié par le ministère du Commerce et de l'Industrie, M. Kabil a qualifié d'"historiques et stratégiques" les relations Egypte-Ouganda, ce qui a  contribué à raffermir les relations bilatérales dans les divers domaines et sur les divers volets. Il a jugé important de profiter des relations politiques distinguées entre les deux pays dans la promotion des échanges commerciaux et souligné que les entretiens étaient axés sur l'importance de former un Conseil d'affaires égypto-ougandais dans le but d'ouvrir de nouveaux horizons de coopération économique entre les deux pays au vu de l'orientation du gouvernement égyptien et en particulier du ministère du Commerce et de l'Industrie vers la réalisation de davantage de complémentarité économique avec l'Afrique et de tirer le maximum profit de la zone africaine de libre-échange. Pour sa part, M. Gume a confirmé le souci de son pays de renforcer les relations bilatérales avec l'Egypte durant la phase actuelle. Les échanges commerciaux entre l'Egypte et l'Ouganda ont atteint 66 millions de dollars, soit une hausse de 27% par rapport à 2016, a déclaré M. Kabil. "Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays ne correspond pas au niveau de leur coopération bilatérale", a affirmé le ministre dans une allocution lors du Forum d'affaires Egypte-Ouganda organisé pour s'informer des opportunités d'investissement et des exportations vers l'Ouganda.

Il a fait état du lancement du premier accord de libre-échange entre les deux pays lors du sommet africain, tenu en Ouganda en avril dernier, notant que cet accord visait à augmenter les échanges commerciaux bilatéraux à 52% d'ici 2020. Le ministre du Commerce a souligné que l'accord de libre-échange avec l'Afrique, auquel participent 15 pays africains, entrerait en vigueur en décembre 2018. M. Kabil a affirmé l'engagement du gouvernement égyptien à développer les rapports de l’Egypte avec l'Afrique et renforcer la complémentarité entre les pays africains.

en relation