L’Egypte et l’histoire de 7 satellites

Dr Nesrine Choucri Samedi 30 Novembre 2019-13:34:07 Chronique et Analyse
Le lancement du satellite TIBA-1 ou Thèbes 1
Le lancement du satellite TIBA-1 ou Thèbes 1

La volonté est la clé de toute réussite. Elle demeure une source d’inspiration invincible pour les Nations qui souhaitent se reconstruire. C’est dans ce contexte que le Président Abdel Fattah Al-Sissi a toujours donné ses directives en vue d’encourager les Egyptiens à continuer à reconstruire leur patrie. Et, le lancement du satellite TIBA-1 ou Thèbes 1 constitue une maille dans la longue chaîne d’exploits réalisés sur leur territoire. Des exploits qui démontrent que vouloir, c’est réellement pouvoir et que les Egyptiens ont de tout temps pu réaliser leur rêve en s’armant de patience et d’insistance.

 

L'Egypte a commencé son histoire avec les satellites lorsque la société égyptienne pour satellites (Nilesat), une société par actions régie par la loi sur les zones franches, a été créée à la cité du 6 Octobre. Nilesat est de même le nom d'une série de satellites égyptiens.

Le projet de l’Agence spatiale égyptienne, remonte aux années soixante du siècle dernier. Un certain nombre d’astronomes avaient soumis ce projet au défunt Président Gamal Abdel Nasser. Il a connu un certain retard en raison de la guerre de 1967, mais le projet n’est jamais mort. Il a connu juste un retard.

Le satellite égyptien "Tiba 1" a été lancé depuis le centre spatial de Kourou en Guyane française en Amérique du Sud, il pèse 5,6 tonnes et dessert l'infrastructure des TIC en Egypte et en Afrique.

L'Egypte a six autres expériences de satellites, dont certains sont toujours en service et d'autres hors service après la fin de leur vie.

Nilesat 101:

Lancé le 28 avril 1998, le premier satellite égyptien destiné aux communications par satellite a été officiellement lancé le 31 mai 1998. Il a été mis hors service en février 2013 et a été fabriqué par Matra Marconi, une entreprise franco-britannique.

Nilesat 102:

Lancé en 2000 et chargé sur le satellite «Nilesat 101», il était équipé de plus de 680 chaînes de télévision couvrant l’Afrique du Nord, l’Europe du Sud et le Moyen-Orient. Il est maintenant exploité par la Société égyptienne de satellites. Il est sorti du service en 2015.

Egypte Sat 1:

Le premier satellite de télédétection égyptien a été fabriqué en coopération entre l'Autorité nationale pour la télédétection et les sciences spatiales en Égypte et le Bureau d'étude ukrainien. Il a été lancé le 17 avril 2007 à partir d'un missile «Dnepr-1» depuis le lance-roquettes de Baïkonour au Kazakhstan.

Nilesat 201:

L'un des satellites de la deuxième génération des satellites Nilesat, lancé en août 2010, a été fabriqué par Thales Elenia Space, une société française. Il a été lancé sur le missile «Ariane 5» en Guyane française le 4 août 2010 et a été lancé à l'essai en septembre 2010. Il pèse 3,2 tonnes.

Egypte Sat 2:

Lancé en 2014, il pèse environ 100 kg et contient deux capteurs, un capteur infrarouge et un capteur multispectral. Il était équipé d'une technologie d'imagerie allant jusqu'à 8 mètres (distance entre deux objets au sol), mais il s’est perdu en février 2015.

Egypte Sat A:

Lancé en février 2019 d’un coût de 100 millions de dollars, le satellite «Egypt Sat 1», perdu en 2015, a été dédommagé et la compagnie d'assurance a repris la fabrication du nouveau satellite. Elle a été lancée depuis la base russe de Baïkonour en présence d'une délégation de haut niveau de scientifiques de la télédétection et des sciences spatiales. Ministère de l'Egypte, délégation de l'Agence spatiale russe et Corporation russe de missiles et satellites «Energia».

Il faut savoir que TIBA-1 contribuera à la fourniture de services de communication pour les secteurs gouvernemental et commercial.

Cette démarche vise surtout à développer le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC), conformément à la réalisation de la stratégie de développement durable de l’Egypte 2030. Le satellite TIBA-1 contribuerait au processus de développement en fournissant des infrastructures de télécommunications et d’Internet aux régions lointaines et isolées, afin de soutenir les projets de développement dans ces régions et développer les secteurs du pétrole, de l’énergie, de la richesse minière, de l’enseignement, de la santé et de tous les autres secteurs gouvernementaux.

Le nouveau satellite égyptien fournirait des services d’Internet et de communication à certains pays du Bassin du Nil, à la lumière de la présidence égyptienne de l’Union africaine (UA) et compte tenu du fait que l’Egypte abrite l’Agence spatiale africaine. Le satellite “TIBA-1” est le premier satellite de la série “TIBA Sat” et il constitue un saut qualitatif dans les services de télécommunications en Egypte et en Afrique.

A noter que TIBA 1 est aussi un vrai succès pour Ariane. En effet, pour la 250e fois, le lanceur Ariane 5 a réussi mardi 27 novembre, après deux reports, à placer deux satellites de télécommunications, a annoncé à l'issue de la mission ArianeGroup par communiqué. Ariane 5, lancée depuis le centre spatial de Kourou en Guyane française, a réussi mardi dernier sa mission de mise en orbite de deux satellites de télécommunications pour le compte de l'opérateur britannique Inmarsat et TIBA 1 de l'Egypte selon ArianeGroup, rapporte le journal Le Figaro.

Et “Le Figaro” d’ajouter : “Ariane 5 avait décollé à 18H23 heure locale, (22H23 heure française, 21H23 GMT), avec à son bord les deux satellites d'une masse au décollage de 9,6 tonnes. Le tir, initialement programmé le 22 novembre avait été reporté une première fois, à lundi, en raison d'une «anomalie», avait annoncé Arianespace, la société en charge des opérations de lancements. Puis, «les conditions météorologiques défavorables», de la saison des pluies en Guyane avaient engendré un second report de 24 heures.”

TIBA-1 est un satellite de télécommunications civiles et gouvernementales lancé par Arianespace pour l'Egypte. Le satellite a été développé par Thales Alenia Space et Airbus Defence and Space. TIBA-1 marque le «premier lancement» pour le compte du «gouvernement égyptien» par Arianespace a souligné à l'issue de la mission, le PDG d'Arianespace, selon le site https://www.lefigaro.fr/sciences.

Et le site de conclure : “Le lancement marque le 40e anniversaire (24 décembre 1979) des lancements Ariane en Guyane. A l'issue des opérations, André-Hubert Roussel, président exécutif (CEO) d'ArianeGroup a salué les «250 lancements d'Ariane en 40 ans» et s'est félicité des «11 prochains lancements d'ici 2022». «L'aventure continue avec Ariane 6 qui effectuera son premier vol l'année prochaine», a aussi déclaré le CEO d'ArianeGroup. Il s'agit du 4e lancement de l'année d'une Ariane 5, et du 8e tir de fusée depuis janvier 2019 au centre spatial guyanais (CSG)”.

 

Les satellites de télécommunications du passé à l’époque actuelle

Un satellite de télécommunications est un satellite de télécommunications. Selon le besoin il circule sur une orbite géostationnaire, une orbite terrestre basse ou une orbite de Molnia d’où il relaie le signal émis par des stations émettrices vers des stations réceptrices. Les télécommunications par satellite constituent la première application commerciale de l'ère spatiale avec le lancement d'un premier satellite opérationnel (Intelsat I) en 1965. Développé initialement pour les télécommunications téléphoniques longue distance à une époque où seuls les câbles sous-marins permettaient le transport à longue distance de la voix depuis le milieu du XXesiècle, il a trouvé depuis d'autres applications. Le gros de l'activité concerne la diffusion de programmes de télévision. Pour des services fixes, les satellites de communications apportent une technologie complémentaire à la fibre optique. Ils sont également utilisés pour des applications mobiles, comme des communications vers les navires ou les avions, selon  David J. Whalen, « Communications Satellites: Making the Global Village Possible.

Le développement des télécommunications spatiales est confié initialement à des organismes internationaux (Intelsat et Inmarsat). Les progrès techniques et la forte croissance de l'activité permettent l'émergence dans les années 1970 de nombreuses sociétés d'envergure régionale. Le secteur des télécommunications spatiales fait vivre en 2016 une poignée de constructeurs de satellites qui se partagent un marché relativement stable d'une vingtaine de satellites géostationnaires par an et plusieurs dizaines d'opérateurs de satellites, selon  http://space.skyrocket.de.

en relation