Nestle

L’aqueduc de Magra Al-Oyoune subit une chirurgie esthétique

Hanaa Khachaba Samedi 13 Juillet 2019-13:18:11 Chronique et Analyse
L’aqueduc de Magra Al-Oyoune
L’aqueduc de Magra Al-Oyoune

Si de nouvelles villes poussent en Egypte, les anciennes régions, elles, ne tombent pas aux oubliettes. L’orientation générale est de créer de nouvelles agglomérations urbaines afin d’absorber la croissance démographique, sans pour autant négliger le patrimoine immobilier et les monuments historiques du pays. Relooker donc les vieilles zones, tout en conservant leur cachet historique, est une priorité de la vision du gouvernement égyptien. Le Vieux Caire en est une belle illustration. La région entourant le fameux aqueduc de Magra Al-Oyoune  (les cours d’eau des sources, en arabe), située au Vieux Caire, est en passe de changer sa peau.

 

Cette région abritait de nombreuses tanneries. C’est là où florissait la maroquinerie du pays. Les tanneurs, généreusement indemnisés, seront relogés dans une cité moderne dite Al-Robeiky, répondant aux exigences de leur métier. Les habitants de la région sont également pris en charge par le gouvernement qui leur a construit de nouvelles habitations bien équipées, prêtes à leur accueil.

Le ministère des Antiquités a entamé les travaux de restauration de l’aqueduc de Magra Al-Oyoune avant de procéder au développement de la zone qui l’entoure. L’aqueduc de Magra Al-Oyoune est l’un des plus importants monuments du Caire islamique. C’est l’œuvre du sultan mamelouk Al-Ghouri qu’il avait créé il y a près de 800 ans, dans le but d’acheminer l’eau du Nil vers la citadelle de Saladin, siège du pouvoir à l’époque des Ayyoubides.

Pour le moment, 223 tanneries sont mises à terre et 66 ont été relogées dans la nouvelle cité industrielle de maroquinerie dénommée Al-Robeiky. Les propriétaires des tanneries détruites ont reçu des versements. 135 autres tanneries sont en cours de démolition. 46 magasins, 22 entrepôts, 8 cafés, 5 usines, 40 kiosques et huttes en bois ont tous été démolis en plus de deux salles d’exposition des produits en cuir, deux écuries et un atelier.

La région entière de Magra Al Oyoune sera refaite à zéro après que les habitants et les tanneries seront déplacés vers leur nouvel emplacement. Ce projet national s’inscrit dans le cadre du plan de gentrification des régions informelles mené par le gouvernement. Ce dernier s’intéresse non seulement au côté esthétique des régions ciblées, mais aussi à l’hygiène dominante. Ceci étant, selon le projet, les tanneries seront déplacées ailleurs loin des quartiers résidentiels afin de lutter contre les effets polluants qu’elles occasionnent.

La région de l’aqueduc de Magra Al-Oyoune se muera en un site touristique des plus beaux. L’aqueduc même serait rénové et les environs aménagés dans la façon d’un haut-lieu particulièrement attrayant pour les touristes passionnés du Vieux Caire et de ses sites riches en histoire.

Des restaurants et des parcs longeant l’aqueduc seront construits. Une région commerciale regroupant des banques, des bureaux de change, des agences de tourisme, des magasins, des salles de théâtre et de cinéma seront aussi installés pour le bonheur des visiteurs. A force de se balader dans le Vieux Caire pour rassasier sa soif du savoir, on se sentira certes fatigué. Une occasion donc de se procurer une pause rafraîchissante dans ce lieu qui répondra au confort de la foule.

Ce n’est pas tout. Vous y trouverez aussi une foire aux livres et aux  bouquins d’occasion, en plus d’instituts éducatifs et des cliniques. Deux musées y ouvriront leurs portes. Le premier, au sud de l’aqueduc, sera inauguré dans le parc récréatif. Ses visiteurs auront la chance de savoir un peu plus sur l’histoire de la maroquinerie et de la tannerie en Egypte. Le second sera situé au côté ouest de l’aqueduc, dans la région des roues à eau. Il étalera les mécanismes et nouveautés hydrauliques à l’époque de la construction de ce magnifique ouvrage par le sultan Al-Ghouri. Selon le projet de modernisation de l’aqueduc de Magra Al-Oyoune et la région avoisinante, une zone d'HLM sera aussi aménagée. Deux routes périphériques seront construites. La première mènera de la rue Salah Salem du sud de l’aqueduc pour ensuite se prolonger parallèlement à cet axe vital pour enfin s’entrecroiser avec Salah Salem à nouveau, mais du côté est. La seconde reliera la rue Salah Salem à la Corniche du Nil. Bref, la nouvelle région sera dotée d’un réseau routier devant faciliter la circulation des visiteurs.

Le gouverneur du Caire, le général Khaled Abdel Aaal, a affirmé que le relogement des tanneries s’effectuait d’arrache-pied, promettant aux Cairotes et aux amateurs de la mégalopole égyptienne une beauté exceptionnelle, tant moderne qu’authentique qui, ne rompant pas avec la teinte historique de l’endroit, renouerait avec un modernisme bien calculé.

La région de l’aqueduc de Magra Al-Oyoune passera sous le scalpel esthétique de spécialistes dans divers domaines. Ce n’est qu’une première étape.  Le plan de modernisation doit en outre englober, entre autres, le complexe des religions (ce site historique abrite la mosquée d’Amr Ibn Al As, la plus ancienne mosquée d’Egypte, l’Eglise suspendue et la synagogue juive).

en relation