Nestle

La BM salue la croissance économique en Egypte et la baisse du taux de chômage

Test Acount Vendredi 19 Juillet 2019-23:07:08 Actualités nationales
La Banque Mondiale
La Banque Mondiale

Les moteurs de la croissance de l’économie égyptienne ont connu dernièrement plusieurs réformes structurelles, se transformant de la consommation vers l’investissement, tout en dépendant de la hausse des exportations brutes à la lumière de dernières découvertes gazières, comme le champ Zohr, ainsi que l’augmentation des recettes du Canal de Suez ayant atteint leur plus haut niveau depuis l’exercice financier qui s’est achevé le 30 juin 2010, indique la Banque Mondiale dans son dernier rapport périodique “Observatoire de l’économie égyptienne” intitulé “De la fluctuation à la prospérité”.

Le rapport de la Banque Mondiale, publié en anglais et dont la MENA a reçu une copie, porte sur le développement de la capacité compétitive de l’économie, la performance du secteur des exportations et l’intégration dans les marchés mondiaux.

Les indicateurs macroéconomiques ont réagi positivement aux réformes adoptées par le gouvernement égyptien, a révélé le rapport, précisant que le taux de croissance s’est élevé de 4.2% à 5.3% pour l’exercice financier 2017/2018 .

Les secteurs des exportations et de l’investissement privé, ayant enregistré environ 2,4% dans l’exercice financier 2018/2019, ont représenté la plus grande part du Produit intérieur brut (PIB), a indiqué le rapport.

Le rapport fait état de l’augmentation de la contribution du secteur touristique à environ 2,3% du PIB au premier semestre de l’exercice précédent contre 2% lors de la même période de 2016/2017; ce qui reflète la hausse du nombre de touristes affluant en Egypte.

Le rapport salue la baisse du taux de chômage, atteignant son plus bas niveau depuis 2011 pour enregistrer 8.1% lors du quatrième trimestre de l’exercice financier 2018/2019, jugeant importante la réactivation des mesures de protection de la concurrence et des lois régissant les activités commerciales et l’investissement pour soutenir le rôle du secteur privé sur le marché égyptien.

Selon le rapport, les importantes démarches de réformes financières en matière de dépenses et de revenu ont favorisé la diminution progressive du déficit budgétaire qui a régressé de 9.7% à 3% du PIB entre les exercices financiers 2015/2016 et 2018 / 2019.

 

en relation