La diplomatie égyptienne, une puissance douce qui ne craint ni challenges, ni risques

Dr Nesrine Choucri Vendredi 27 Mars 2020-21:40:07 Chronique et Analyse
Le ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri
Le ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri

Un gouvernement qui a démontré à travers diverses situations sa capacité à gérer avec beaucoup de professionnalisme les crises, tel un maestro. C’est ce que disent et répètent les Egyptiens depuis plus d’une semaine. De nombreux événements sont venus confirmer ce point de vue. Récemment, la gestion des pluies diluviennes avec la plus grande aisance et transparence n’a pas laissé les citoyens  indifférents. Au contraire, elle a suscité une vraie sympathie, voire même une fierté envers le gouvernement du Premier ministre Dr Moustafa Madbouli. Certains ministres sont devenus même aux yeux des Egyptiens de véritables fers de lance méritant respect et vénération pour leur abnégation de soi.

Le voyage de la ministre de la Santé Dr Hala Zayed en Chine alors que le coronavirus faisait rage a capté l’attention des Egyptiens. D’abord, émus, ils ont vite vu en son geste un acte patriotique et inédit visant les intérêts de la patrie en cette période délicate. Un autre ministre unanimement ovationné par les Egyptiens : le chef de la diplomatie M. Sameh Choucri qui gère, malgré les embûches sur le terrain, le dossier du Barrage de la Renaissance avec un sens de patriotisme hors pair. Une fois encore, il a prouvé que la diplomatie égyptienne ressemble à une symphonie de paix qui défend les intérêts de la patrie même dans les moments les plus difficiles.

Les crises se suivent et le gouvernement actuel y fait face avec beaucoup de professionnalisme. Tous les Egyptiens le répètent. D’ailleurs sur la toile des commentaires allant des blagues au sérieux mettent en relief cette capacité à faire face avec transparence aux dernières crises : celle des intempéries ainsi que la crise universelle du covid-2019. Nul ne s’y attendait : les Egyptiens ont changé d’opinions et affiché toute leur appréciation pour l’attitude de leurs responsables. En tête de ceux-ci vient le ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri. Ce dernier n’a pas baissé les bras depuis plusieurs mois, enchaînant les périples les uns après les autres en vue de réaliser les intérêts de l’Egypte. Son objectif : régler à l’amiable la crise du Barrage de la Renaissance et garantir à la fois les droits historiques de l’Egypte dans les eaux du Nil. Pendant plusieurs mois, le chef de la diplomatie a chapeauté les négociations et les réunions tenues entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie à Washington aux Etats-Unis. Après ce ballet diplomatique, l’Ethiopie s’est abstenue d’assister à la signature de l’accord final. Mais, cela n’a pas poussé l’Egypte à céder d’un iota. Au contraire, le Président Abdel Fattah Al-Sissi a assuré que l’Egypte n’avait point l’intention de céder à ses droits, notant qu’il s’agit du droit des Egyptiens pour l’avenir.

Il ne faut jamais oublier que la diplomatie égyptienne est réputée pour sa capacité à agir avec sagesse et délicatesse en temps de crise. En cela, le ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri ne fait pas exception à la règle. Emboîtant le pas à ses prédécesseurs et appliquant les directives du Président de la République, le Chef de la diplomatie a entamé une série de périples dans plusieurs pays arabes et africains pour présenter la vision égyptienne autour du Barrage de la Renaissance. Des périples qui se suivent les uns après les autres sans répit, ni repos. Un travail inlassable visant à défendre les intérêts de la patrie. Mais, il faut savoir que ce travail inlassable est fait en temps de crise. En effet, il faut reconnaître que le chef de la diplomatie a insisté à le faire malgré le challenge actuel : le coronavirus qui a limité les déplacements de plusieurs chefs de diplomatie dans le monde, qui a même agenouillé des nations entières. Cela ne l’a pas dissuadé : Choucri a décidé de faire le tour des pays arabes et africains frères qui peuvent soutenir l’Egypte dans sa cause juste. Chargé par le Chef de l’Etat, le chef de la diplomatie a d’abord commencé par sa tournée dans les pays arabes. Le ministre des Affaires étrangères a entamé dimanche 8 mars une tournée arabe incluant la Jordanie, l’Irak, l’Arabie Saoudite, le Koweït, Bahreïn, les Emirats Arabes Unis et le Sultanat d'Oman. A chaque étape, il remettait un message du Président Al-Sissi au dirigeant du pays. Ses déplacements visaient, d’une part, à renforcer les relations bilatérales de l’Egypte avec ces pays visités, et d’autre part, à aborder le dossier important du Barrage de la Renaissance.

A noter que la Ligue Arabe avait déjà publié un communiqué de soutien à l’Egypte et de défense de ses droits historiques dans les eaux du Nil. Au cours de ses déplacements, Choucri a su expliquer avec minutie le point de vue de l’Egypte, et tous les responsables des pays arabes frères ont confirmé à nouveau leur alignement sur les intérêts de l’Egypte. La vraie victoire de la diplomatie égyptienne se manifeste dans des situations pareilles : en temps de crise, les frères arabes sont toujours aux côtés de l’Egypte. Et les images des déplacements ne mentent pas : Choucri est prêt à tout pour sauvegarder les droits historiques de l’Egypte.

Le chef de la diplomatie après avoir regagné le pays, a soumis un rapport au Chef de l’Etat avant de repartir pour une nouvelle tournée africaine. Le ministre des Affaires étrangères s’est alors envolé pour le Burundi, première étape de son périple africain comprenant  l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Rwanda, la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Niger. M. Choucri a remis des messages du Président Al-Sissi aux Chefs d’Etat de ces pays frères, portant outre sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale, l’évolution des négociations relatives au Barrage éthiopien de la Renaissance.

Au cours des déplacements, l’évolution de la conjoncture actuelle est omniprésente : les images ne mentent : Choucri porte tantôt un masque (tout comme la ministre de la Santé Hala Zayed lors de son séjour en Chine), ou tient une distance appropriée pour discuter avec ses pairs dans les pays africains et arabes.  A cœur vaillant, le chef de la diplomatie a décidé de remplir à bon escient sa mission, mais encore en temps de pandémie mondiale. Choucri a donné sans aucun doute un exemple à suivre pour la majorité des Egyptiens. L’objectif est certainement de créer un bloc qui soutient la position de l’Egypte dans les instances politiques. A chaque époque, l’Egypte a su choisir des hommes qui savent se donner entièrement à leur patrie, peu importent les challenges, les risques et les embûches.

Cela n’est pas nouveau, c’est le fruit d’une longue histoire de grandeur qui s’est révélée tout au long de son histoire. L’époque moderne ne fait que le confirmer. En effet, la diplomatie égyptienne a toujours ancré des liens historiques avec les différents pays du monde. Plusieurs épisodes rappellent l’importance de la puissance douce de la diplomatie égyptienne. D’abord, après la guerre du 6 Octobre 1973, l’Egypte a dégelé la situation. Ensuite, ce fut à la diplomatie égyptienne de défendre les droits de l’Egypte : un vrai ballet diplomatique pour trouver les documents, les cartes géographiques, les déplacements ont permis de récupérer une partie du territoire égyptien. A l’époque, Boutros Boutros-Ghali était une figure de proue de la diplomatie égyptienne qui a pu renforcer la position de l’Egypte et garantir ses droits.

Au lendemain de la Révolution de 2013, l’Egypte s’est retrouvée isolée du monde entier. Son membership était suspendu dans les organisations et les institutions internationales. C’est grâce à une diplomatie sage et ambitieuse que l’Egypte a pu reprendre sa place et s’imposer. Il ne faut pas oublier que le Président Al-Sissi a assuré que l’Egypte entendait adopter une nouvelle diplomatie plus ouverte par comparaison au passé à travers laquelle elle œuvrerait pour se faire de nouveaux alliés sur le plan international et pour renouer avec son voisinage. De nombreux efforts ont été déployés dans ce sens. Il ne s’agit pas uniquement des déplacements du ministre des Affaires étrangères Sameh Choucri, mais aussi de la tenue de plusieurs événements rapprochant l’Egypte aux divers pays du monde dont le Forum Mondial de la Jeunesse, le Forum pour l’Investissement en Afrique, etc…

Il  ne faut pas oublier que l’Egypte en assumant la présidence de l’Union Africaine a veillé à mettre en place une politique de fraternité et de rapprochement avec les pays africains, tout en ouvrant le Continent noir au monde.

 Bref, la diplomatie égyptienne est une tradition de longue date qui a toujours permis de réaliser les intérêts de la patrie et d’être au service de ses fils. 

en relation