Le Palais du prince Mohamed Ali, un joyau architectural inédit

Dr Nesrine Choucri Vendredi 02 Août 2019-20:03:32 Chronique et Analyse
Le Palais du prince Mohamed Ali
Le Palais du prince Mohamed Ali

Il est treize heures, les mosquées ont à peine achevé la prière du vendredi. Les rues du Caire sont encore vides, presque très peu de personnes décident de prendre les rues à l'assaut durant le week-end, alors que le soleil ne s'est pas encore couché. C'est précisément en ce moment que j'ai décidé de faire une petite escapade cairote sur les rives du Nil au quartier de Manial. Là-bas, le fleuve mythique vous accueille à bras ouvert, sur ses rives, des arbres, de la verdure, tout un monde historique qui diffère du Caire moderne avec ses énormes gratte-ciel. Devant le Palais du prince Mohamed Ali, vous êtes transporté dans un monde antique et authentique. On dirait que vous avez fait un saut dans un film noir et blanc.

Le Palais se compose de plusieurs lieux bien maintenus malgré l’écoulement du temps. Des lieux qui vous font rêver. A peine entré, vous trouvez à votre droite un complexe de salle de réception ou de salon. Chaque salon s’inspire d’un style différent : assyrien ou encore libanais.

Le Palais Al-Manyal ou Palais Mohammed Ali Tewfik est un palaiset un muséesitué sur l'île d'El Rodaau Caireen Égypte. Construit au XIXe sièclepar le prince Mohammed Ali Tewfik, le palais s'étendait sur 61 711 m2 et est constitué de plusieurs bâtiments et un jardin. Le palais est construit dans un style islamique moderne inspiré des architectures fatimideet mameloukavec une décoration et un mobilier qui associe un mélange de styles ottoman, marocain, perse, syrienet rococoeuropéen.

Le terrain sur lequel est bâti le palais a été la propriété des princes Mustafa Fazıl Pashaet Ahmad Rifaat Pashaqui l'ont vendu au KhédiveIsmaïlen 1859. Ce dernier a remis ses biens situés sur l'île El Roda en 1861à Alliot Marie-Joseph appelé Duc Edmond qui a légué la totalité en 1888à Jean Claude Archide, un ressortissant français. Le 24septembre1902, le prince Mohammed Ali Tewfik a acheté tous les terrains de Jean Claude Archide lesquels s'étendaient sur une superficie totale de 75 620 m2.

La construction du palais a été lancée en 1903 et achevée en 1907. Dès l'âge de 50 ans, le prince a demandé dans son testament que le palais et son musée privé fassent l'objet d'un Waqfpour abriter un musée d'art et que le jardin soit transformé en parc public.

Située à droite de la porte principale du palais, la réception est composée de deux niveaux :

-          Le rez-de-chaussée : il comporte deux salles, la première est la salle dite des honneurs dans laquelle est exposée une grande peinture du prince ; une table sur laquelle deux plats et un registre permettent aux visiteurs du prince de déposer leurs cartes de visite et inscrire leurs noms. La deuxième salle est celle de réception des invités qui donne accès à la mosquée, elle est destinée à accueillir les haut dignitaires après la prière du vendredi. Entre les deux salles, des escaliers relient le Rez-de-chaussée à l'étage supérieur.

-          À l'étage, à droite, une salle de réception divisées en deux parties de style syrien dite la « Shamia », décorée par les boiseries de l’ancien palais syrien Al-Azama. La première partie est un patio dont les murs en bois coloré sont richement décorés par des formes géométriques et florales ainsi que des extraits de poèmes sur quatre côtés, ce petit patio donne accès à droite à une petite salle destinée aux femmes des invités, qui comporte une très belle moucharabieh. La salle principale est percée par des fenêtres avec des carreaux en verts colorés de formes géométriques, la fenêtre centrale au fond de la salle comporte le disque solaire symbole de la famille royale. Une cheminée décorative de style ottomane est placée sur l'un des murs de la salle. Sur les trois côtés, la salle est entourée de bancs de velours rouge. À droite, une salle de style marocain dont les murs sont décorés par de la faïence bleue et blanche, des miroirs et des petites fenêtres laissant passer une lumière colorée.

La mosquée a une forme de deux cubes juxtaposés, de petite superficie avec une conception architecturale très simple. Dans le porche d'entrée, on trouve à gauche une plaque en marbrecitant les noms des artisans qui ont participé à sa construction, à droite, une autre plaque qui commémore la construction de la mosquée. La salle de prière est composée de deux parties distinctes séparées par deux colonnes. La première partie en face de l'entrée principale est destinée probablement aux dignitaires et invités du prince. Dans cette partie, se trouve un très beau mihrabrichement décoré avec au fond de la niche de la faïence bleu et blanc, un plafond en bois doré et un cadre garni par des décors géométrique et des versets du coran, le minbarde petite taille en bois doré, Il ressemble à celui de la mosquée al-Juyushidécoré avec le disque solaire emblème de la famille royale Alaouite. Le plafond de cette partie de la mosquée est en nid d'abeille avec des petites ouvertures laissant passer la lumière du jour à travers des petits coupes en verre. Dans la deuxième partie de la mosquée destinée probablement aux citoyens, on trouve une dakkahdédiée au réciteurdu Coran, le plafond de cette partie comporte également un grand disque solaire. Malgré sa petite taille, la mosquée est très richement décorée notamment sur les murs avec des inscriptions coraniques et de remarquables grandes plaques en faïence avec des inscriptions en miroirs. La mosquée comporte plusieurs portes: la porte principale, qui s'ouvre sur le jardin, est en bois couverte par une épaisse plaque de cuivre très décorée; une petite porte qui ouvre sur la tour, puis la salle de réception qui est destinée aux invités du prince après la prière du vendredi; une troisième porte qui s'ouvre sur la rue et est destinée aux citoyens. Les murs de la mosquée sont garnis par des tableaux de faïence qui comporte des versets du coran inscrits en miroirs, les noms des quatre premiers califesainsi que sourateAl-Ikhlasécrite à trois endroits différents.

Le musée de chasse est une ancienne écurie du palais, il prend la forme d'un long couloir qui rassemble les trophées de chasse du Roi Faroukcomposée essentiellement d'une série de plusieurs dizaines d'antilopes et du prince Youssef Kamalcomposée de félins. Le musée comporte également une collection de différents oiseaux, de papillons, de reptiles, de rongeurs, de buffles, des défenses et un pied d'éléphant, une carte des régions de chasse en Egypte et des photos du roi Farouk en sorties de chasse. Les pièces sont très bien répertoriées et exposées. On retrouve également le squelette d'un cheval et l'un des deux dromadaires qui servait au transport de la Kiswade la Kaabade l'Égypte à la Mecque.

Il est le premier bâtiment construit dans le palais et destiné à accueillir le prince. La résidence, chef d'œuvre architectural et décoratif, est composée de deux étages et une tour à laquelle on accède par un escalier de quelques marches.

La résidence principale se compose de deux étages. Le premier étagerenferme une série de salles communicantes autour d'un espace central :

·         la pièce centrale a une petite fontaine d'albâtreau centre, des murs couverts par de la faïence, un grand tableau de Méhémet Alipacha surmonté par le disque solaire, un arc décoré par Al-Fatiha, la première sourate du coran ; des escaliers en bois qui montent au premier étage et plusieurs ouvertures aux différentes salles de la résidence et un miroir qui permet au prince d'observer le rez-de-chaussée et l'arrivée de ses invités à partir de l'étage supérieur;

·           La chambre « Chikma » contient plusieurs chaises et fauteuils avec une table centrale sur laquelle est posée une boite destinée probablement à déposer des bijoux ;

·           la salle à manger contient une grande table entourée de chaises ainsi qu’une belle vitrine exposant une belle collection de vaisselles ;

·           la salle nacrée est juxtaposée à la salle à manger ; elle est destinée à accueillir les invités du prince après le déjeuner ou le diner pour se reposer et prendre du café ; tous les meubles sont en bois incrusté de nacre ;

·           la salle d’hiver, de petite taille, est juste à côté de la salle nacrée ; elle contient plusieurs petits fauteuils entourant une cheminée de style ottoman en bois de santalqui laisse dégager une agréable odeur et qui ressemble à celle au palais de Méhémet Alià Kavalaen Grèceet un radiateur domestique ;

·           la salle de réception destinée à accueillir les invités pour les soirées de spectacles, deux murs comportent deux grandes miroirs qui donnent de la profondeur à la salle et permettent également de regarder le spectacle par les femmes installées à l'étage supérieur aux murs décorés par des peintures florales très probablement peints de la propre main du prince ; une petite salle adjacente est aménagée pour accueillir les femmes âgées qui ne peuvent pas monter à l'étage ;

·           le salon bleu, appelé ainsi en raison de la couleur bleu de la peinture et décoration de la partie inférieure des murs sur lesquels sont suspendus une série de tableaux et de portraits dont les plus fameux sont celui de la chanteuse Almazet celui qui représente la mosquée bleue, comporte également des fauteuils en cuir et une table centrale en porcelaine ;

·           le bureau du prince contient encore ses livres et documents.

Le deuxième étage n’était pas ouvert à la visite.

Il y a enfin la salle du trône : La salle du trône, de forme rectangulaire, est meublée des deux côtés par des fauteuils en bois doré et velours rouge sur lesquels est inscrit le nom de Mohamed Ali. Les murs sont percés à gauche de fenêtres circulaires et à droite de fenêtres rectangulaires. Le mur de gauche est couvert par une série de tableaux de la dynastie de Mohamed Ali dont Abbas Helmi II, Abbas Pacha Ier, Ibrahim Pacha, tandis que sur le mur de droite plusieurs miroirs et deux tableaux représentant des vues de l'Égypte. Sur toute la surface du plafond, le sigle de la dynastie : le fameux soleil en bois doré avec ses rayons qui se dégagent en lignes droites. Au fond de la salle, le trône avec en arrière un grand tableau de Mohammed Ali Pacha et de part et d'autre du trône de grands chandeliers en cristal ; également, une petite porte permet d'accéder à l'étage supérieur. Selon Najet Belhatem, Cette salle résonne comme un cri étouffé du prince qui s’est vu « privé du trône de l’Égypte »2.

L'accès à l'étage supérieur se fait par un escalier en marbre avec des murs recouverts par de grands tableaux de faïence de différents motifs et couleurs ainsi que deux morceaux de l'étoffe de la Kaaba.

en relation