Nestle

Le Progrès Egyptien témoin hors pair du passé de l’Egypte

Iman Gad Dimanche 20 Mai 2018-12:23:27 Medias

Agé de plus de 100 ans, le Progrès Egyptien est un témoin hors pair du passé de l’Egypte. C’est sur ses pages que vous pouvez redécouvrir l’Histoire et relire le passé avec un œil différent. Redécouvrir l’Egypte est la meilleure façon de voyager dans l’histoire de l’Humanité et d’une parcelle très importante du monde. Nul n’ignore que le Progrès Egyptien qui a un passé glorieux et une longue histoire, a toujours permis de transposer sur ses pages les moments les plus importants de l’histoire de la fin du dix-neuvième et du vingtième siècles. Embarquez-vous donc dans notre voyage dans le passé.

 

S.E. Ahmed Maher pacha a été assassiné hier soir

Par notre rédacteur parlementaire Mohamed Abdel Hamid Abdallah

 

S.E. le Dr Ahmed Maher pacha a été assassiné hier soir en plein Parlement. le meurtrier a été arrêté immédiatement. Il s’agit d’un jeune avocat extrêmiste- Mahmoud Issawi- con,nu pour ses tendances pro-axistes.

Je me  trouvais hier au Parlement dans la salle réservée à la presse en attendant la fin de la séance qui se tenait à huis clos pour discuter de la déclaration de la guerre de l’Egypte à l’Axe.

Vers 7 heurss 40, j(entendis brusquement le claquement de quelques coups de feu et un grand tumulte. je me précipitais dehors. Dans le hall pharaonique, le Dr Ahmed Maher pacha venait d’être assassiné.

Il venait de quitter la chambre où l’hon. Fikri Abaza bey avait pris la parole et se dirigeait vers le Sénat qui avait été convoqué à 7h30. Le président du Conseil était accompagné de l’hon. député Saad El Labban. Les autres ministres étaient demeurés à la chambre.

Quelques personnes s’avancèrent vers le Président pour le saluer. Les photographes lui demandaient de poser. Juste au moment où il se tournait vers eux, l’assassin tita cinq coups de feu à bout portant contre lui. Le Président s’affaissa atteint mortellement.

Le député Saad El Labban fut aussi blessé. Un officier de la garde du Parlement se précipita contre l’agresseur. Il fut également blessé......

S.M. le Roi au parlement

Aussitôt que la nouvelle de l’assassinat fut connue par le souverain, Sa Majesté le Roi se rendit personnellement au Parlement où il apprit la mort du Président du Conseil.

S.M. le Roi Farouk se rendit alors au domicile du Dr. Ahmed Maher pacha et présenta ses condoléances à la famille du défunt.

Le criminel

Mahmoud Issawi dont l’arrestation fut immédiate semble avoir appartenu au parti “Misr El Fatat”. D’après les derniers renseignements qui furent obtenus, S.E. Makram Ebeid pacha a reconnu le criminel qui était autrefois interné à Zeitoun et ne cachait nullement ses sentiments pro-axistes.

Il avait même envoyé une dépêche de félicitations à Rachid Aly El Kilani le rebelle irakien qui avait domenté une révolte le saluer.

Les ministres se réunissent

Tous les ministres se réunirent au ministère de l’Intérieur sous la présidence de S.E. Nockrachy pacha.

La situation créée par la mort de Maher pachaà un moment décisif de l’histoire de l’Egypte fut discutée. Plus tard, dans la soirée, S.E. Nockrachy pacha eu l’honneur d’être reçu par S.K. le Roi.

S.E. Heykal pacha, président du Sénat, avait également eu l’honneur d’être reçu par le souverain.

Un rescrit royal

Tard dans la soirée, un rescrit royal fut publié chargeant S.E. Mahmoud Fahmy Nockrachy pacha de la présidence du Conseil et du ministère de l’Intérieur.

Les autres portefeuilles demeurent pour l’instant sans changement, bien que l’on doive s’attendre à quelques modifications...

 

Bernard et la loterie nationale

Par LISE

J’ai retrouvé mon vieux copain, Berbard, à Paris devant un kiosque de billets de la Loterie Nationale. Je savais bien qu(il avait des idées lumineuses et des marottes mais celle-là était ridicule: acheter régulièrement chaque mois des dixièmes de billets en attendant de déclencher la veine!...

Enfin il a essayé vainement de me convaincre du bien fondé de ces achats, car m’a-t-il expliqué, “j’ai déjà eu par deux fois mon billet remboursable et cette foic-ci, j’en suis sût, je gagnerai le gros lot”...

Cette semaine, il a même acheté un billet entier de la Loterie. “Plus de cent francs de gâche” ai-je remarqué...Il a failli du coup m’étrangler.

Hier soir, je m’assoupissais devant ma cheminée froide quand un coup de sonnette impérieux ,e fit sauter...Bernard entrait en trombe dans l’appartement, brandissant le journal du soir: D.F....”Mon numéro a gagné 100.000 francs, tu saisis, toi, la pessimiste...Je suis riche, je pourrai m’acheter le poste de radio que je désirais depuis si longtemps...

Et bernard était tout à sa joie tandis que prudemment je comparais son billet avec la liste qui s’étalait en première page...Evidemment Bernard avait gagné les 100.000 frcs...

Mais pourtant quelque chose me mettait en garde contre cette chance unespérée, je ne pouvais en expliquer la raison.....

Et nous voilà nageant dans le bonheur béat des gens riches à millions...

Et mon Bernard qui s’accrochait tout à coup à une nouvelle folie. “Si on allait ensuite faire un tour dans les boîtes?”...Et bernard finit sa nuit révant que lendemain de triomphe, lui, le possesseur du fameux billet No 269881.

Ce matin , de bonne heure ma concierge m’a monté le Figaro et Libération et involontairement j’ai jeté les yeux sur la liste des billets gagnants de la Loterie Nationale... Malheur, le 269881 s’était transformé en 269981 il n’y avait eu qu’unje erreur d’impression d’un chiffre, un 9 au lieu d’un 8 et une annotation explique que la veille, certains journaux avaient commis cette erreur due à une faute d’imprimerie.... Pauvre bernard....

 

Paris 1900

En glanant dans les souvenirs d’Emilienne d’Alençon

Une coute dépêche annonçait, l’autre jour, la mort sur la Côte d’Azue d’Amilianne d’Alençon. Ce nom presque inconnu pour la plupart des jeunes d’aujourd’hui, n’a pas manqué de réveiller des souvenirs chez les autres. C’est qu’avec Emilienne toute une période de “Paris 1900” repasse rapidement à l’esprit.

Elle fut, avec Liane de Pougy, Cleo de Mérode, Caroline Otéro, une des reines d’un Paris qui s’amusait. Le Paris des Boulevards qui a toute une histoire. Un Paris pittoresque d’une époque non sans mélancolie toute une génération. Notre collaborateur S. CRITTI a glané, dans les souvenirs trop brefs, qu’Emilienne d’Alençon fit paraitre qualques années avant la guerre, quelques faits pittoresques que l’on lira peut-être avec intérêt et sans doute avec amusement.

Emilienne d’Alençon était une jeune fille comme il y en a encore beaucoup. Elle  ne rêvait que théâtre- le cinéma ne présentait pas encore, pour sa génération, l’intérpet qu’il présente actuellement.

Elle rêvait donc de théâtre et à l’âge de quinze ans, elle fuit le domicile de ses parents. C’est du moins la raison qu’elle donne, mais elle ajoute avec franchise: “et je crois bien aussi pour suivre un violoniste moustachu qui jouait irrésistiblement les czardas”.

*****

Dans ses souvenirs, Emilienne d’Alençon ne manqua pas de parler de l’aventure de Caroline Otero, pendant la visite des souvenirs russes à Paris.

Une représentation de gala avait été organisée à la Comédie Françaises. Le Tzar devait s’y rendre, accompagné de M. Fallières......

*******

Voici une anecdote amusante qu’Emilienne rapporte dans ses souvenirs.

Catulle Mendès avait une amie, une belle et provocante créature. Un jour, lui absent, elle recevait un gigolo.

Arrivé à son journal, Catulle apprend qu’il vient d’être augmenté. Et en faisant ni une ni deux, il saute dans un fiacre et bondit chez lui pour annoncer la bonne nouvelle. le gigolo s’enfuit par la fenêtre mais oublie son chapeau. Madame était dans son bain: affolée, elle prend le chapeau et, ne sachant qu’en faire, s’assied dessus.....

******

Cette époque, pour se faire remarquer, chacun inventait les choses les plus saugrenues.

Quand la France se releva victorieuse, un bouleversement profond s’était fait.

Les vieilles familles, pleines de fonds russes impayés, cherchaient à rediorer leurs blasons et des Américaines se jetaient sans pudeeur sur leur descendance titrée.

 

Notre concours de dessins d’enfants

Hier matin, devant une nombreuse assistance de concurrents et de parents, a eu lieu la distribution des prix et certificats aux gagnants du concours du concours de dessins d’enfants organisé par “Le Progrès Egyptien”:

Nos photos représentent (à gauche) Mlle Angèle Garinian, qui a remporté le premier prix, une bicyclette offerte par la Maison G. Pavid et “Le Progrès Egyptien”, et (à droite) un groupe de jeunes lauréats, parmi lesquels, au centre, derrière la bicyclette, au second plan, Henri Falorni, gagnant du second prix.

Ajoutons que l’exposition des dessins, qui se tient actuellement dans la salle de la S.O.P., 24, rue Galal, sera ouverte jusqu’à jeudi 22 courant inclus, et que les dessins,non exposés peuvent être retirés de nos bureaux à partir de demain.

en relation