Nestle

Le Raïs va inaugurer le 1er Forum africain de lutte contre la corruption à Charm Al-Cheikh

Test Acount Samedi 08 Juin 2019-22:53:23 Actualités
Le président Abdel Fattah Al-Sissi
Le président Abdel Fattah Al-Sissi

La ville de Charm Al-Cheikh abrite ce mercredi le premier Forum africain de lutte contre la corruption sous la houlette du Président Al-Sissi. Il est prévu que les ministres de la Justice, de l’Intérieur ainsi que les présidents des organismes de lutte contre la corruption de 51 pays africains y prennent part.
La liste des pays africains est longue. On peut citer entre autres le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Tchad, les Comores, la République démocratique du Congo, Djibouti, la Guinée équatoriale, l’Ethiopie, Sao Tomé-et-Principe, le Gabon, le Ghana, Madagascar, le Mali, les îles Maurice, le Mozambique, la Namibie, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Leone, la Somalie, l’Afrique du Sud, le Soudan du Sud, le Togo, la Tunisie, l’Ouganda, le Zimbabwe, l’Algérie, le Cap Vert, la République centrafricaine, la Libye, le Malawi, la Mauritanie, le Maroc, le Soudan, la Gambie, l’Erythrée, la Guinée, la Tanzanie, la Zambie. Plus de 200 hauts responsables africains devraient y assister.
L’Egypte a adressé une invitation à ses frères arabes à titre d’invités d’honneur. Il s’agit des Emirats Arabes Unis, de la Jordanie, du Koweït, de l’Arabie Saoudite.
L’Egypte a fixé 6 axes principaux autour desquels le Forum se focaliserait, et qui sont entre autres :  le développement qui commence par l’intégrité, l’instauration de la justice et de la sécurité comme base du développement, l’établissement des mécanismes de coopération et de soutien en matière de lutte contre la corruption.
L’objectif principal du Forum est d’encourager les pays africains à adopter des politiques et des plans d’action aptes à éradiquer la corruption.
Ce Forum constitue une rencontre permanente entre les pays du Continent et une plateforme d’échanges d’informations et de connaissances. Il devrait permettre également de transférer l’expérience de l’Egypte aux pays africains d’autant plus que Le Caire a réalisé des avancées palpables.
Les indices révèlent que le Continent africain perd annuellement près de 50 milliards de dollars en raison du flux de capitaux illégaux. Rappelons que la corruption est un obstacle face à la réalisation des objectifs de l’agenda de 2063 et  qu’elle cause la perte des ressources du Continent africain.

en relation