Nestle

Le foot, ce sport enchanteur, a un effet unificateur

Hanaa Khachaba Vendredi 05 Juillet 2019-22:46:52 Chronique et Analyse
Le foot, ce sport enchanteur, a un effet unificateur
Le foot, ce sport enchanteur, a un effet unificateur

Même si vous détestez le foot, il suffit d’être un spectateur d’un match dans les tribunes pour changer d’avis ! Des milliers de supporteurs piaffant d’impatience, lançant des hourras et sifflant à pleins poumons ne vous laisseront certainement pas blasé. Leur passion pour ce sport collectif est contagieuse. Sans vraiment le vouloir, vous serez autant galvanisé que vos voisins épris du jeu comme si hypnotisés sur place. Un peu comme la danse ou le chant, des vibrations prendront contrôle de vos gestes corporels et…au premier but de l’équipe que vous encouragez, le sursaut viendra spontanément. Des hurlements fracassants, un enthousiasme hors pair, des trémolos émouvants, voilà l’ambiance typique d’un match de football.

Le football est un sport extraordinaire. C’est l’opium des peuples et surtout des Egyptiens. Quand un match se joue, tout est abandonné excepté la télé. L’équipe nationale devient le dieu des dieux. Une communion surprenante s’exerce dans les maisons, les rues et les estaminets. Les divergences sont mises de côté. Le mécontentement des prix élevés s’oublie vite et les discussions à caractère politique s’éclipsent. Seul le foot unit le peuple sous la bannière de 11 joueurs enfilant le maillot rouge, celui des Pharaons. Onze joueurs sur la pelouse, mais tout un peuple scotché au poste,  zélé au même titre que les joueurs, suit le match avec enthousiasme, le cœur battant la chamade. L’émotion est d’une telle densité que l’on oublie réellement toutes sortes d’adversités. L’état d’âme qui s’empare des Egyptiens lors d’une rencontre de l’équipe nationale avec une autre adverse, n’est pas du nouveau. A chaque rencontre, les hourras et les « Allahu Akbar » retentissent de toutes parts. La voix fracassante d’un peu plus de 90 millions de fans fait trembler ciel et terre ! L’Egypte détient en fait le plus de titres dans la CAN. Cet état d’extase et d’enthousiasme général est palpitant.

En ces moments d’extrême excitation, le nationalisme prend corps aussi bien dans les gradins que devant les écrans. Tous les intérêts de tout ordre s’écroulent au moment où un Pharaon marque un but. Toutes les envies gravitent en cet instant particulier autour de la victoire, rien que la victoire, de l’Egypte entière, comme si les onze joueurs s’étaient engagés dans la guerre et qu’on s’attendait à leur retour triomphal.

Le moment d’un match de foot est fédérateur !  Les drapeaux rouge, blanc et noir dépeignent les rues et les balcons. Les restaurants, bondés jusqu’à craquer de supporters enthousiasmés, voient leurs chiffes d’affaires incroyablement augmenter lors de ces moments forts ! Et les rues presque vides laissent penser à une mobilisation générale devant les postes de télé. Lorsque l’équipe nationale de foot joue, l’Egypte entière croise les doigts.  

Le sport peut changer le monde. Langage universel empreint de valeurs positives, il peut être considéré comme vecteur d’espoir. En effet, les valeurs sportives « viser l’excellence », « faire preuve de respect », « apprécier la coopération et l’esprit d’équipe » et « célébrer l’amitié » renforcent le mieux-vivre ensemble et  encouragent donc la paix sociale.

Le foot réussit le plus souvent de rassembler les Egyptiens autour de leur sport national préféré, et ainsi insuffler de l’espoir et de la confiance auprès des joueurs. Le sport doit donc être exploité au service du développement d’une société harmonieuse cultivant les valeurs de nationalisme, loin des convulsions vaines.

Les bienfaits du sport sur les peuples nous rappelle ce qu’avait fait Madiba, Nelson Mandela, au début de son mandat présidentiel à la tête de la République d’Afrique du Sud. Le président alors fraîchement élu a su utiliser le sport pour unifier son pays. Ce que Mandela a fait le 24 juin 1995 reste gravé dans les mémoires. A cette date, jour de la finale de la Coupe du monde de rugby entre l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande (15-12), Nelson Mandela devenait une Springbok (le nom de l’équipe nationale de rugby de l’Afrique du Sud). C’était un geste déclencheur d’une révolution symbolique. Vêtu d’un maillot local, Mandela avait réussi son pari : réunir autour d’une campagne sportive victorieuse un pays divisé par des décennies de ségrégation raciale.

Il avait la sagesse et la perspicacité d’un homme qui a su sauver son pays du gouffre ! A force d’alimenter l’équipe nationale de l’Afrique du Nord d’espoir, celle-ci a fini par remporter la victoire face aux imbattables de All Backs de la Nouvelle-Zélande, après un enchaînement de défaites cuisantes qui ont, à un moment, poussé la société sud-africaine à ne plus croire dans leur équipe de rugby. Mais…comme Madiba a dit, le football, aussi bien que le rugby, le cricket et les autres sports collectifs, a le pouvoir de guérir les blessures.  

La passion populaire pour ce sport est magique. Tellement adulés par le peuple, les footballeurs assument une lourde responsabilité envers leurs fans et vis-à-vis de la société. Les Pharaons ambitionnent de briguer un 8e titre dans cette 32e édition de la CAN. Pays organisateur, les 11 joueurs de l’équipe nationale jouant à domicile, se sentent plus que jamais stressés sous les flashs. Ils ne vont toutefois pas désenchanter ces foules remplies d’espoir.

Encadré

Des citations sur le football

·         Le football est inscrit dans les gênes des hommes et chacun de ses spermatozoïdes est un footballeur en puissance qui rêve d'être un jour sélectionné pour aller en finale ! - Vincent Roca

·         Le football est un jeu avant un produit, un spectacle avant un business et un sport avant un marché.  Michel Platini

·         Le football permettait aux peuples de briller à la face du monde sans tenir compte de différences de langues, de religions, de cultures ou de richesses. Bernard Werber

·         Certains pensent que le football est une question de vie ou de mort. Cette attitude me déçoit. Je peux vous assurer que c’est bien plus important que ça.    Bill Shankly

·         Le football emploie un langage, le langage du mouvement.     Job François.

·         Dans la vie, c’est comme au football, tant que l’arbitre n’a pas sifflé la fin du match, tout reste possible.

 

Encadré

Les 10 meilleurs buteurs de l’histoire du football

Le but du football est simple : marquer un but. Ces joueurs ont cimenté leur place dans l’histoire en marquant un grand nombre de buts dans toutes sortes de situations et d’angles différents. Tous les joueurs de cette liste ont marqué plus de 500 buts au cours de leur carrière. Ils ont tous été des légendes absolues pour leur pays et leurs clubs.

10. Uwe Seeler – 575 buts

9. Ferenc Deák – 576 buts

8. Eusébio – 631 buts

7. Lionel Messi – 662 buts

6. Cristiano Ronaldo – 684 buts

5. Gerd Müller – 735 buts

4. Ferenc Puskás – 746 buts

3. Pelé – 767 buts

2. Romario – 772 buts

1. Josef Bican – 805 buts

 

 

 

en relation