Le musée Gayer-Anderson fête son jubilé de diamant

Jeudi 05 Avril 2018-17:18:23 Archéologie
L'exposition à l'intérieur du musée Gayer-Anderson
L'exposition à l'intérieur du musée Gayer-Anderson

Construit avec une très belle architecture avec ses fontaines en marbres, le musée de Kretlia connu également sous le nom du musée Gayer-Anderson a célébré, il y a quelques jours, son jubilé de diamant. Une grande cérémonie a été organisée à cette occasion parmi laquelle une exposition sous le thème «Les merveilles de la Kretlia» montrant le contenu du musée datant de l'époque Ottomane. A savoir, une épée en lame longue décorée par des ornements et une collection de pots fabriqués en cristal de Bohême décoré en or et en argent. Ces dernières figurent parmi les verres les plus connues pendant l'époque Ottomane. En addition, une autre exposition présente le travail des enfants résultant des autres ateliers éducatifs.

Elham Salah Eddine, chef du secteur des musées, a ajouté qu'un film documentaire montrant les différentes salles du musée sera joué. A la fin de la cérémonie, des certificats d'appréciations ont été distribués aux employés du musée et aux chefs de l'administration centrale des musées.

La directrice générale du musée, Mervat Ezzat, a, pour sa part, signalé que le musée se compose de deux maisons: la première fut construite par Mohamed Ben Salem Ben Galmar Al-Gazzar en 947 de l'année de l'Hégire, quant à la deuxième fut édifiée par Al-Moallem Abdel Kader Al-Haddad en 1041 de l'année de l'Hégire. Les deux maisons remontaient à l'époque Ottomane durant les 16ème et 17ème siècles. Le comité de préservation des antiquités a adopté les travaux de restaurations de deux maisons en les liant ensemble.

Plus tard en 1942, le gouvernement égyptien a nommé la maison par le musée de Gayer-Anderson pacha, qui fut l'ancien propriétaire des deux maisons. Il était un Anglais qui résidait la maison entre 1935 et 1942. Il les restaurait et les équipait d'un meuble islamique. Il a demandé au comité de préservation des antiquités de transformer sa maison après son décès à un musée public.

en relation