Nestle

Le sport, un des plaisirs favoris des Pharaons

Marwa Mourad Mardi 25 Décembre 2018-21:38:16 Chronique et Analyse
Le sport, un des plaisirs favoris des Pharaons
Le sport, un des plaisirs favoris des Pharaons

De nombreux témoignages (décorations des tombes, des vases, etc.) laissent à penser que les activités sportives occupaient une part importante des loisirs des jeunes égyptiens de l'Antiquité. Bien que certaines activités (notamment les activités martiales) soient plutôt réservées aux aristocrates, il semble que les gens de toutes classes s'adonnaient à une multitude de sports. Nous n'avons pas trace de compétitions de l'envergure des Jeux olympiques, mais des compétitions, au moins uni-disciplinaire, avaient bien lieu.

 

Le sport était une pratique régulière en Égypte antique : lutte, saut, tir à l'arc, aviron, courses de char, …, mais aussi jeux d'adresse étaient couramment pratiqués, comme l'atteste des tombes. Certains pharaons sont célèbres pour leurs exploits sportifs. Dans " La civilisation de l'Égypte antique " (Arthaud 1965), François Daumas raconte que, jeune prince très athlétique, le futur Pharaon était capable de bander son arc au point que les flèches " traversaient de part en part des saumons de cuivre épais de six centimètres ; les pointes dépassaient la cible de vingt centimètres ". Amateur de chevaux, il réalisait également des performances en attelage.

Les nobles, pratiquaient la chasse pour se divertir. La plus périlleuse d'entre elle, était la chasse à l'hippopotame. Pharaon chassait aussi le lion, le taureau sauvage, l'antilope: des bas-reliefs de Médinet-Habou représentent ainsi Ramsès III chassant sur son char.

Les anciens Égyptiens ont connu plusieurs sports qui sont devenus des sports de base à l’heure actuelle:

La boxe:
Les anciens Égyptiens ont été pionniers dans ce sport qui formait les jeunes en vue de défendre leur pays. Les gravures découvertes sur la tombe de Kheir Waf, à l’Ouest de Louxor révèlent l’exercice de ce sport. Une autre gravure représente deux boxeurs jouant devant le Pharaon. Alors que le gagnant paraît tout fier et heureux, le vaincu s’incline devant l’élite des spectateurs. Notons que l’Egypte pharaonique a précédé la Grèce dans le sport de la boxe.

Le handball:

Les anciens Egyptiens ont été les premiers initiateurs de ce sport. Les murs des tombes de Béni Hassan à Minieh reproduisent une jeune fille enjambant sa collègue, puis 3 ballons lancés à rythme rapide et successif.

Le hockey:

C’est l’un des jeux qu’ont connu les anciens Egyptiens depuis des milliers d’années. C’est sur les tombes de Beni Hassan que se trouvent des dessins de joueurs attrapant une crosse courbée.

La course:

Ce sport très connu sous l’époque pharaonique, était très important et fut gravé sur les tombes de Ptah-Hotep à Saqqarah, datant de la 5ème dynastie. Le Pharaon pour être intronisé devait parcourir une distance déterminée qui révèle sa haute performance physique. D’autres gravures sur le kiosque rouge du temple de Hatchepsout à Al-Karnak montrent la reine en train de courir.

La lutte:

Ce sport était répandu dans l’empire ancien, moyen et Nouveau. Les gravures sur les tombes de Ptah Hotep à Saqqarah, nous montrent ce jeu pratiqué par les enfants et les adolescents. La lutte date de la 5ème dynastie. D’autres gravures représentent des professionnels dans multiples positions, sur les tombes du prince Baket de Béni Hassan à Minieh.

La natation:

C’était le sport favori des anciens Egyptiens qui nageaient dans le Nil. Les gravures montrent l’image d’une jeune fille nageant entre les fleurs de lotus. Une autre gravure représente un récipient en albâtre ayant la forme de jeune fille nageant dans le Nil.

La gymnastique:

Les anciens Egyptiens ont préconisé les règles de ce jeu. Les dessins montrent diverses positions tel celui de 4 joueurs dont l’un d’eux tend les bras horizontalement au niveau des épaules, alors qu’un autre tend son bras au niveau de l’épaule tout en se tenant sur une seule jambe, l’autre jambe était tendue vers l’avant. Ces gravures se trouvent sur les tombes du prince Baket de Béni Hassan à Minieh, d’autres reproduisent une femme exerçant ce jeu au rythme de la musique.

L’équitation:

Ce sport était d’une grande importance. Plusieurs gravures sur le temple de Ramsès II le mettent en relief.

Le duel à épée:

C’est le jeu de l’actuelle escrime. Les anciens Egyptiens lui ont assuré des masques de protection du visage. On retrouve ces dessins gravés sur le temple de la ville de Habou à proximité de Louxor et datant de l’époque du roi Ramsès III. Les deux joueurs tenaient des épées et portaient des masques presque identiques à ceux d’aujourd’hui.

Le tir:

Ce sport était important chez les anciens Egyptiens pour défendre leur pays contre les agresseurs. Il fut pratiqué par les anciens rois. Les dessins enregistrés sur le temple de Séti à Abydos montrent les tireurs s’entraînant en utilisant l’arc et la flèche.

L’athlétisme:

Le saut en hauteur a été connu par les anciens Egyptiens, la preuve nous est donnée par les dessins de la tombe de Ptah Hotep à Saqqarah. Ce sport inclut celui de la tauromachie. Les dessins antiques montrent le pharaon en lutte avec le veau et le tuant.

L’aviron

Ce sport était très répandu soit dans le Nil ou dans les mers environnantes. Les dessins représentent les deux rames sous le nouvel empire.

La chasse:

Ce sport était l’un des plus importants chez les anciens Egyptiens qui sortaient à la chasse des lions, des éléphants et des taureaux féroces. Les nobles avaient l’habitude de monter dans leurs petites barques fabriquées en papyrus pour la pêche des poissons et la chasse des oiseaux.

Le ballet rythmé:

Les gravures se trouvant dans la tombe de Khiroaf à l’ouest de Louxor montrent l’entraînement collectif à ce sport où des jeunes filles dansaient selon des formations organisées.

Le jeu des échecs:

Ce jeu qui consiste à développer l’intelligence, date de l’ancienne Egypte. On a découvert dans les tombes pharaoniques une collection de jeux et de pions qui ressemblent à ceux des échecs.

en relation