Les cafés égyptiens… L’Histoire non-écrite !

Nevine Ahmed Samedi 03 Août 2019-13:34:45 Chronique et Analyse
“Al-Qazzaz”, le café des villageois
“Al-Qazzaz”, le café des villageois

Les cafés du Caire sont des lieux cosmopolites et animés. La meilleure façon de s’imprégner de l’ambiance égyptienne serait de visiter un de ces cafés. Anciens, multiculturels, bizarres, ces lieux à l’ambiance sonore et lumineuse sont souvent le miroir de l’histoire du pays. Visitez ces cafés, entendez leur histoire en vous enchantant d’une tisane anisée ou d’une infusion d’hibiscus.

 

Il est incontournable pour les Cairotes de se retrouver quasi-quotidiennement autour d’un thé ou d’un café. Comme s’il s’agit d’une coutume du jour. Ces lieux constituent une institution essentielle de la vie sociale, notamment masculine. Au début du Xème siècle de l'hégire, alors que l’on n’a pas encore tranché si le café était "halal" (licite) ou "haram" (illicite), plusieurs endroits de rassemblements étaient répandus dans la capitale et qui étaient appelés "cafés", du même nom que la boisson.

Les historiens estiment que ces lieux existaient depuis des centaines d'années au Caire mais n'étaient pas connus sous ce nom, car les graines mêmes du café n'étaient pas encore introduites dans le pays. On y buvait alors d'autres boissons comme la cannelle, l'anise, l'hibiscus ou le gingembre... mais on n'y fumait pas du narguilé, puisque le tabac était prohibé par les savants religieux ; et ceux qui le fumaient étaient pourchassés par les savants et les autorités tout comme l'on pourchasse, à présent, ceux qui fument le haschisch ou la marijuana.

Dans son livre "Le Caire, mille ans durant", le fameux historien Gamal Al-Ghitani, consacre une bonne partie aux cafés du Caire au cours du 19ème siècle. Il décrit le café par des mots sublimes, en disant que dans ces lieux, que sont les cafés, laissez-vous éprendre par l'ambiance. "Une fois parcouru le dédale de ruelles qui mène à ces cafés, posez-vous pour un bon moment sur une de ses chaises et laissez-vous saisir par son atmosphère. Fermez même les yeux.

Dans ce brouhaha où s'entremêlent les voix de marchands, celles des serveurs, le bruit des verres sur les tables en cuivre, vous revivez ce que les habitués des cafés y entendent et y vivent quand ils viennent". Le café est une petite chambre à façade en bois sous forme de colliers. La “mastaba” qui est souvent à l'entrée est parée de tapis faits des branches de palmiers. Les chaises qu'on y rangent sont en bois... les tables en cuivre.

Dans le livre "La Description d'Egypte", rédigé par les savants de la campagne française d'Egypte, une bonne partie décrit également les cafés du Caire, en soulignant qu'il existe près de 1200 cafés dans la capitale. A Boulaq, il y en a plus de100!

En franchissant le seuil d'un de ces cafés du Caire, vous allez remonter dans le temps et revivre les ambiances d'antan : les fenêtres sont fermées par des palissades qui cachent l’intérieur depuis la rue. Mais les portes sont ouvertes, et les deux ou trois serveurs du café vous accueillent chaleureusement avec un verre de thé dans la main avant même de vous trouver une table et une chaise libres, l’endroit étant souvent bondé.

 

“Baara”, lieu de rencontre des travailleurs dans le cinéma

Là est né l’histoire de l’art et des artistes, affirme son le propriétaire du café “Baara”, située tout près de la rue Emad Eddine, connue dans le passé par la rue de l’art puisque s’y situent les plus fameux cinémas et théâtres de la capitale. Elle a été la tribune depuis laquelle les petits artistes ont connu leur voie dans le monde du cinéma. Ce café regorge d’une centaine d’histoires pour les stars du cinéma. Ce café n’est pas comme les autres avec des décors fascinants ou une lumière criante. Au contraire, le café est très simple, l’ambiance est un peu brumeuse et la lumière est à peine visible. A droite après l’entrée, sont accrochées sur le mur des photos pour les plus fameuses stars du cinéma égyptien.

 

“Koutoubkhana”, le café des amateurs de la lecture

Ce café se trouve en face de Dar al-Koutoub (la Maison du livre). Il était considéré comme le bureau principal du fameux poète Hafez Ibrahim. Il y gérait le travail de Dar al-Koutoub. Les habitants du quartier s’y rendent pour lire les différents livres qui garnissent un des coins du café.

 

“Al-Afandiya”, le café des journalistes et des écrivains

“Al-Afandiya” était ce café du quartier islamique d’Al-Azhar. Il était fréquenté par les Egyptiens ou “effendis” qui portaient le tarbouche, d’où le café a pris son nom. Ce café est également connu pour être le lieu de rencontre des journalistes et des écrivains. Parmi les plus fameux visiteurs de ce café, le poète révolutionnaire Abdallah Pacha Fikri.

 

Le café des sourds-muets

La seule voix que vous pouvez entendre est celle des dés et du domino. Les travailleurs dans ce café ont appris la langue des signes. Ce café qui se trouve sur la place Al-Manchiya à Alexandrie est principalement destiné aux sourds-muets. Ils y viennent nombreux des différents coins de la ville. Quelques-uns l’appelle le café “d’Al-Khors” (du langage parlé arabe qui signifie muets).

 

“Al-Mdhaqkhana”, où le rire se vend et s’achète

Au quartier de Sayeda Zeinab, se trouvait un café appelé "Al- Madhaqkhana" (le rire en arabe). Une bonne condition pour y entrer : Il faut avoir le don du rire et il faut raconter une anecdote qui devait plaire aux habitués du café.

 

“Al-Qazzaz”, le café des villageois

Ce café se situe tout près de Mouski. Il était fréquenté par les villageois. Ils y passaient beaucoup de temps, ébahis par les femmes cairotes parées de voile et de burqa, alors qu'elles se rendaient au souk.

 

“Le Commerce”, le plus ancien de la capitale

Ce café se situe dans la rue Mohamed Ali. Il est un des plus anciens de la capitale. Agé de plus de 120 ans, le café "Commerce" existe jusqu'à nos jours. La plupart de ses habitués sont des musiciens ou des membres des troupes musicales de 3e degré, comme ceux de la troupe "Hassaballah".

 

 

Les cafés dans le cinéma égyptien

Le cinéma égyptien a, dans beaucoup de films, présenté les cafés égyptiens populaires, pour transmettre- sur l’écran- l’image des détails de la vie quotidienne des Egyptiens. Le choix, fait par les réalisateurs des films, a donné parfois beaucoup de popularité à certains cafés sans les autres. Parmi, donc, ces cafés celui de “Zoqaq al-Madaq”. Le fameux prix Nobel, Naguib Mahfouz, a pu transmettre son monde spécial dans le quartier d’al-Hussein, où il est né, au cinéma. Dans le film qui porte le même nom que ce café, on voit les personnalités égyptiennes typiques qui habitent dans ces lieux, représentant les différentes catégories de la société. Ce café est toujours présent dans la rue Al-Moez Ledine Allah al-Fatémi.

Parmi également ces cafés, celui “d’Al-Karnak”, sur la place Ataba. En fait, il existe un film égyptien du même nom que le café. Ce film, tout comme le café, représente les aspects de la vie en Egypte dans les années 60.

Le café “Al-Mawardi”, situé dans la rue qui porte le même nom, a également connu le tournage de plusieurs scènes du film, toujours du même nom. Ce café est situé dans le quartier de Mounira, dans un lieu qui sépare le quartier huppé de Garden City du quartier populaire de Sayeda Zeinab.

en relation