Nestle

Les feuilletons de Ramadan, des fins choquants

Chaïmaa Abdel-Ilah Vendredi 22 Juin 2018-15:22:39 Art
Les feuilletons de Ramadan, des fins choquants
Les feuilletons de Ramadan, des fins choquants

Après 30 jours de suivi d’un feuilleton, on espère que la fin sera satisfaisante pour les télespectateurs. Notamment que ces derniers ont beaucoup sacrifié pour suivre leur feuilleton préféré soit en supportant un amas de publicités sans fin soit en suivant sur le web et supportant l’interruption du net chaque minute.

Mais ce qui est arrivé était choquant. Trois feuilletons ont fait le choc des téléspectateurs avec leurs fins : « Rahim », « kalabech II » et « Contre X ».

Commençons par « Rahim » de Yasser Galal et la libanaise Nour. Les téléspectateurs ont beaucoup aimé le rôle de l’héros qui sait bien amalgamer entre la force et la tendresse. Force est exercée dans le monde des affaires parfois illicites. Tendresse est exercée avec sa bien aimée qui l’adore beaucoup. Les chansons du feuilleton chantées par la star Medhat Saleh a beaucoup donné du poids au feuilleton. Malgré tout cela, tout le monde est choqué par la fin qui a témoigné l’assassin du héros Rahim dans les bras de sa bien aimée. Une chanson parlant de la séparation et de la mort jouée comme arrière plan a augmenté le chagrin des téléspectateurs en voyant les cris et le noir comme signe de deuil sur le héros.

La fin de « Kalabech II » d’Amir Karara et Rougina ne s’éloigne pas de la fin de « Rahim ». La mort du héros est le trait uniant les deux feuilletons. Mais cette fois ci, le héros qui est un officier de police est victime du terrorisme et s’est sacrifié devant les balles pour sauver son fils qui était caché dans la voiture. Une fin tragique qui a suscité le chagrin des téléspectateurs et a suscité une large polémique sur les réseaux sociaux.

Quant à « Contre X » de Ghada Abdel-Razek, la fin n’est pas triste mais elle a susicté les interrogations et la colère. Une femme choquée par le viol et l’asssin de sa fille a su identifier l’identité de l’assassin mais la justice est paralysée car les preuves à charge sont insuffisantes. Elle décide alors de délaisser sa maison, sa seconde petite fille et même son mari pour réaliser sa justice. Elle s’est même divorcée. Et à la fin, elle a arrêté à l’aide des trublions l’assassin de sa fille et l’a enfermé dans une cage au milieu du désert et l’a brûlé vif. Le feuilleton se clôture sur sa voix en appelant la police par son téléphone et lui disant de rattrapper l’incendie avant d’être enregistré « Contre X ». Une fin qu’on n’a pas pu comprendre, est ce que c’est une invitation pour que ceux qui ont subi l’injustice de prendre la justice et de venger par leurs mains? Est ce qu’on va mettre à l’écart la police et les cours d’appels de peur que nos causes soient enregistrées « contre X »?

en relation