Nestle

Les jeunes fuient de plus en plus Facebook

Test Acount Mercredi 20 Juin 2018-12:46:28 Jeunesse
Les jeunes fuient de plus en plus Facebook
Les jeunes fuient de plus en plus Facebook

L’étude réalisée par l’institut Reuters est riche d’enseignements: on constate le recul de Facebook pour ce qui est de s’informer, au profit de messageries privées comme WhatsApp, perçues comme moins conflictuelles.

Effet Cambridge Analytica ou tendance de fond? L’étude menée par l’Institut Reuters sur l’usage des réseaux sociaux montre des évolutions notables. L’enquête, menée auprès de 74000 personnes dans 37 pays, montre que l’usage de Facebook a baissé de 9% et même de 20% auprès des plus jeunes, ce qui se fait au profit de WhatsApp, d’Instagram ou de Snapchat.

Des messageries privées comme WhatsApp qui ont la côte pour s’informer, au détriment de Facebook

Nic Newman, chercheur associé à l’institut Reuters, précise quant à lui que «le recours au réseau social pour s’informer a commencé à reculer sur un certain nombre de marchés clés après des années de hausse continue». Les changements sur Facebook, qui a décidé de privilégier les contenus personnels, constituent aussi un facteur explicatif.

Une autre raison explique l’inclinaison pour les messageries privées, comme l’a d’ailleurs expliqué une britannique lors de l’étude: «Les médias sociaux, c’est comme porter un masque. Quand je suis dans mes groupes de messagerie avec mes amis, j’enlève mon masque et je peux vraiment être moi-même».

Une perte de confiance dans la presse, mais aussi une crainte des fake news

A cela s’ajoute le fait que les internautes recherchent de plus en plus des espaces «moins conflictuels», Facebook et Twitter pouvant donner lieu à des attaques parfois ultra-violentes et des lynchages collectifs.

Cela fait les affaires de WhatsApp, qui voient sa proportion de sondés tripler en quatre ans pour atteindre les 15% pour ce qui est d’accéder à l’information par ce support. Toutefois, il y a des différences entre pays : si WhatsApp est plébiscité en Malaisie et au Brésil, c’est plutôt Snapchat qui a la faveur des enquêtés en Europe et aux Etats-Unis.

Enfin, il ressort de cette enquête que la société ne fait plus confiance aux médias, ils sont d’ailleurs seulement 35% en France à y croire. Beaucoup de sondés, 42% de l’échantillon, se montrent aussi inquiets de la montée des fake news.

en relation