Nestle

Les publics de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris passés au crible

Test Acount Mardi 26 Juin 2018-13:38:39 Culture
Les publics de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris passés au crible
Les publics de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris passés au crible

Inédite, remarquable par son ampleur, une étude du Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture dresse six portraits type des publics de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris et témoigne d’avancées positives concernant leur renouvellement et leur élargissement, d’après le ministère français de la Culture.

«Parce qu’elle organise une forme d’éclectisme des propositions, associe offre musicale, muséale, et éducative, la Cité de la musique – Philharmonie de Paris est un laboratoire passionnant de l’offre culturelle», indique Loup Wolff, chef du département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture. Passionnant au point que le DEPS, dont il n’est pas dans les habitudes de travailler directement avec un établissement public, a décidé, aux côtés de la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture et de l‘institution de mener une enquête – «Diversité des publics et des appropriations d’une offre culturelle plurielle: le cas de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris», Wided Merchaoui et Loup Wolff – destinée à mieux connaître ses publics sur une saison complète. En l’occurrence la saison 2016-2017, marquée entre autres par l’arrivée de Daniel Harding à la direction de l’Orchestre de Paris, les 40 ans de l’ensemble intercontemporain, les expositions «MMM -Mathieu Chedid rencontre Martin Parr», «Ludwig Van» ou encore «Jamaica Jamaica!».

Un premier élément donne une idée de l’ampleur de l’enquête: pas moins de 38302 questionnaires ont été distribués au total à des publics âgés de 15 ans et plus. Avant de se pencher sur la typologie des publics, certaines données prises isolément sont particulièrement éclairantes : l’âge moyen des publics, proche de celui de l’ensemble de la population française, est de 47,9 ans, équitablement répartis en trois tiers: 15 à 38 ans, 39 à 58 ans, et plus de 59 ans ; pour 45% ce sont des hommes et 55% des femmes en forte corrélation une fois de plus avec les données nationales (à noter la surreprésentation des femmes dans les activités éducatives). Les niveaux de diplômes sont élevés (65% ont un niveau bac +4 contre 21% dans l’ensemble de la population francilienne). Une petite moitié du public est francilien, un quart est extérieur à l’Ile-de-France. 30% de l’ensemble des publics sont venus pour la première fois en 2016-2017, ces «nouveaux spectateurs étant moins âgés et sensiblement moins diplômés que les anciens, représentatifs aussi d’une plus grande diversité dans l’origine géographique», précise Loup Wolff. Les motivations sont liées aux œuvres autant qu’à l’attrait de la salle. Le musée a tendance à être visité dans un cadre touristique, les expositions quant à elle attirent prioritairement un public de parisiens et de franciliens.

en relation