Les réseaux sociaux font plus de mal aux fillettes

Mercredi 04 Avril 2018-15:24:53 Jeunesse
Les réseaux sociaux font plus de mal aux fillettes
Les réseaux sociaux font plus de mal aux fillettes

Plus les petites filles fréquentent les réseaux sociaux, plus elles seront malheureuses à l’adolescence, révèle une étude britannique.

Snapchat, Instagram, Facebook... chez les jeunes, les effets délétères des plateformes sociales varieraient en fonction du sexe de l’utilisateur.

Plus les petites filles fréquentent les réseaux sociaux, plus elles seront malheureuses à l’adolescence, révèle notamment une étude britannique publiée par «BMC Public Health», une revue médicale en accès libre.

Un tel phénomène ne se vérifie en revanche pas chez les garçons, expliquent les universitaires qui ont mené une enquête sur quelque 10.000 enfants et ados de 2009 à 2015. Ils les ont interrogés sur leurs points forts et leurs difficultés, ils ont aussi défini un «indice de bonheur» en leur posant des questions sur leur famille, leur vie à l’école, à la maison.

Les garçons préfèrent les jeux en ligne

«Nos travaux montrent que les petites filles âgées de 10 ans qui utilisent beaucoup les réseaux sociaux ont un plus faible niveau de bien-être à l’âge de 15 ans par rapport à celles qui les utilisent moins», explique Cara Booker, de l’Université d’Essex.

Et alors que les difficultés d’ordre social et émotionnel diminuent en grandissant chez les garçons, même chez ceux qui utilisent les réseaux sociaux, elles augmentent chez les filles.

Dans cette tranche d’âge, les garçons sont davantage intéressés par les jeux en ligne que par le chat, activité à haut potentiel toxique. Les auteurs pensent en effet que les filles sont plus sensibles que les garçons aux comparaisons sociales et à toute forme d'interaction qui puisse avoir un effet sur l’estime de soi.

Autre raison avancée: la sédentarité induite par l’usage des réseaux sociaux a un impact sur la santé et le bonheur.

Officiellement, la plupart des plateformes sociales interdisent l'accès aux moins de 13 ans, mais nombre d'enfants les utilisent quand même

en relation