Les villes de rêves

Marwa Mourad Samedi 14 Avril 2018-15:13:54 Chronique et Analyse

Comme un frémissement. Un ébrouement. Une promesse. Il suffit d’un rien, un souffle tiède ou une odeur, et la certitude s’impose: L’hiver s’en va, le printemps revient. Dans quelles villes voyager pour être totalement dépaysé par un arc-en-ciel de couleurs? Le Progrès Egyptien vous présente là-dessus quelques villes les plus colorées au monde, où les buildings et les maisons renoncent aux habituels gris, bruns, jaunes et blancs par des associations de couleurs vives. Explorer de nouvelles villes est toujours un plaisir, mais c’est encore plus excitant lorsque ces destinations sont colorées.

 

Un mur jaune, une porte bleue, une fenêtre rose... Dans certaines villes, on n'a pas peur de couleur. Des pays du monde entier, du Nubie à Assouan en Egypte en passant par Chefchaouen au Maroc, abritent des villes qui ont fait abstraction du conventionnel, pour proposer quelque chose de totalement nouveau. Et les voyageurs que nous sommes ne peuvent qu’apprécier ! Tournée…

 

La Nubie à Assouan

N'hésitez pas à aller y faire un tour, ce village nubien est typique et sympathique. Laissez-vous tenter par un petit thé à la menthe dans une des maisons, les échoppes sont bien fournies en épices de qualité. On peut également y voir des crocodiles, adultes et bébés, pour la plus grande joie des enfants et des plus grands! Les locaux y sont sympas, et pas agressifs sur les ventes.

Dotée d’une terrasse bien exposée et d’une vue sur la rivière, ces maisons nubiennes colorées sont situées à Assouan. Elles possèdent des chambres qui sont en effet joliment ornées et colorées, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. Elles sont à louer pour les vacances.

Chefchaouen au Maroc

Pas besoin de chercher bien loin pour comprendre pourquoi cette petite ville située dans le nord du Maroc est surnommée la «ville bleue». Au programme: ruelles bleues, maisonnettes bleues, portes bleues… La cité entière est un camaïeu de bleu splendide!

 

Burano, Italie

Il est facile de repérer l’île vénitienne de Burano depuis la mer. Les maisons aux couleurs joyeuses jouent en quelques sortes le rôle de phare. Selon les traditions de l’île, les pêcheurs locaux ont commencé à peindre leurs maisons dans des couleurs vives (des tons d’orange, rouge, jaune et violet) afin qu’ils puissent les retrouver dans le brouillard au retour de la pêche et rentrer chez eux. Désormais, cette pratique est devenue une loi, et si vous habitez sur l’île et voulez peindre votre maison, vous devez demander la permission du gouvernement, qui va assigner une couleur à votre maison. Ces maisons attirent les voyageurs du monde entier.

 

Willemstad, Curaçao

Les couleurs éblouissantes qui ornent la capitale de cette île des Caraïbes proviennent d’une source peu probable de… maux de tête. Selon la légende locale, dans les années 1800, le gouverneur de la colonie hollandaise a décidé que la couleur blanche lui causait ses migraines. Il a émis un décret selon lequel les bâtiments devaient être peints autrement qu’en blanc. Aujourd’hui, cette ville colorée est une cité coloniale néerlandaise presque parfaitement préservée, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO (et une toile de fond idéale pour faire des photos de voyage).

 

Bo-Kaap, au Cap, Afrique du Sud

Anciennement connu sous le nom de quartier malais (c’est ici que vivent les descendants de populations originaires de l’actuelle Malaisie, d’Inde et d’Indonésie qui furent déportés par la Compagnie des Indes Orientales afin de servir de main-d’œuvre dans la colonie à partir du 18ème siècle), les bâtiments colorés de Bo-Kaap se démarquent parmi les structures plus traditionnelles du Cap. Les mosquées et les maisons à Bo-Kaap, un quartier historiquement musulman, sont un arc-en-ciel éblouissant de bleu, de fuchsia, de jaune, et de vert. Alors que le quartier est l’un des plus anciens de la ville (il remonte au 16ème siècle), les résidents ont récemment commencé à transformer leurs maisons. C’est une expression de liberté, une célébration du Ramadan et de l’Aïd, ou peut-être une simple envie d’exprimer son côté artistique…

 

La Boca, Buenos Aires, Argentine

Caminito, la célèbre rue kaléidoscopique de Buenos Aires, se trouve au bord de la rivière Riachuelo. Aussi fantaisiste que soit ce quartier, ses façades pleines d’imagination ont une explication très rationnelle: les maisons ont été construites à partir de déchets du chantier naval local et peintes avec les restes de peinture disponibles. Aujourd’hui, le bloc de couleurs vives illumine ce quartier de la classe ouvrière et en fait une destination touristique pour les visiteurs venus de partout dans le monde.

 

Situé dans la province cubaine de Sancti Spíritus, les bâtiments de la ville de Trinidad, datant du 16ème siècle, reflètent l’environnement naturel: le vert de la canne à sucre, le bleu de l’océan et le jaune du soleil, parfois tous mélangés sur la façade du même bâtiment. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Trinidad a été construite grâce à de l’argent provenant en grande partie de la traite des esclaves, et la culture afro-cubaine qui en résulte est représentée dans les rues colorées. Parmi les visites incontournables à voir à ici, citons l’ancien couvent de San Francisco, le Palacio Brunet et le Palacio Cantero.

 

Pachuca, Mexique

Dans le quartier de Palmitas, à Pachuca, au Mexique, une fresque énorme, couvrant 20.000 m² de surface sur 209 maisons et leurs façades, a vu le jour en 2015. Elle égaie non seulement la favela construite sur cette colline, mais le projet a éradiqué la violence chez les jeunes et créé plusieurs emplois. Dans l’ensemble, il a fallu cinq mois pour réaliser la fresque.

en relation