Liban : Les manifestants maintiennent la pression en bloquant des routes

Test Acount Mardi 05 Novembre 2019-13:07:02 Photo du jour
Les manifestants maintiennent la pression en bloquant des routes
Les manifestants maintiennent la pression en bloquant des routes

Les contestataires au Liban ont marqué hier lundi leur détermination à ne pas fléchir en bloquant plusieurs axes de circulation, au lendemain d’une nouvelle journée de mobilisation massive contre la classe politique, dont les promesses ne sont pas parvenues à enrayer ce soulèvement inédit.

Le mouvement de protestation entre dans sa troisième semaine alors que depuis le 17 octobre des centaines de milliers de manifestants ont envahi les places des principales villes pour crier leur colère face aux dirigeants accusés de corruption et d’incompétence, dans un pays en proie à une grave crise économique.

Utilisant des bennes à ordures, assis au milieu de la route, garant des voitures en travers de la chaussée, les manifestants ont bloqué lundi plusieurs autoroutes et des axes de circulation importants.

Les contestataires, de mieux en mieux organisés, ont installé des barrages routiers dans tout le pays ces derniers jours, se livrant au jeu du chat et de la souris avec la police antiémeute.

A Beyrouth, ils ont fermé le pont “Ring”, qui se trouve à un carrefour important du centre-ville, près de la place des Martyrs, et se sont rassemblés près de la Banque centrale, selon des correspondants de l’AFP.

“On ferme les routes pour faire pression sur le pouvoir, pour la formation du gouvernement”, lâche Steven, un manifestant de 34 ans.

“Personne ne nous écoute”, poursuit le jeune homme, au chômage depuis deux ans et qui travaillait autrefois dans l’immobilier.

Le soulèvement a entraîné la démission du Premier ministre Saad Hariri et de son gouvernement -- qui continue toutefois de gérer les affaires courantes.

Les manifestants attendent aujourd’hui la formation d’un gouvernement de technocrates.

en relation