Livres pour enfants : pourquoi faut-il relire « Roule galette

Ghada Choucri Mercredi 24 Juin 2020-16:57:46 Jeunesse
Livres pour enfants : pourquoi faut-il relire « Roule galette
Livres pour enfants : pourquoi faut-il relire « Roule galette

 

Denis Cheissoux vous conseille ce classique de la littérature jeunesse paru en 1931 en album du Père Castor. Une histoire à lire ou à relire pour le plaisir du texte et des images. Tout le monde a lu ces petits livres cartonnés créés en 1931 par Paul Fauché. On ne le sait pas toujours, mais les éditions du Père Castor sont à l’origine des livres de jeunesse que l'on connaît aujourd'hui. L'éditeur faisait partie du mouvement d’éducation nouvelle, une sorte « d’auto pédagogie » qui voulait que l’enfant soit actif dans l’apprentissage de sa lecture. Il crée donc des livres pour qu'ils soient lus non par les parents, mais par les enfants eux-mêmes.

Les albums devaient être des histoires sans lourdeur démonstrative. Il n'étaient pas chers, cartonnés, souvent reliés avec deux agrafes. C'était de la lecture novatrice bon marché, donc pour tous. En France, même s'il existait déjà des livres de jeunesse, ce fut un vrai décollage.

Roule galette est l'adaptation d'un conte traditionnel russe raconté par Natha Caputo sur des images de Pierre Belvès.

Pourquoi (re)lire ce classique jeunesse ? 

Nulle morale à tirer de notre affaire, une galette est faite pour se faire boulotter. Elle a vécu une aventure avant l’issue finale.  Le plaisir du texte et des images sont largement suffisants.

Les dessins sont intemporels, même s'il traîne un fourneau à bois dans la cuisine. Le dessinateur Pierre Belvès avait une jolie façon de styliser les choses, les images restent assez contemporaines.

Les images sont cadrées dans des sortes de grands médaillons. Chaque rencontre avec un animal fait l’objet de deux doubles pages. Sur la première page de gauche, l’animal voit la galette et dit qu’il va la manger, puis sur la page d’en face, la galette file vers la droite.

Un conte qui met en garde contre les séducteurs qui usent de la flatterie pour arriver à leur fin.

C’est surtout une jolie ritournelle que l’enfant répète avec bonheur. 

Les albums du Père Castor se transmettent de générations en générations. C'est grâce à ce rapport texte/image fort. Ces deux langages se parlent. La façon dont la narration de l’image est amenée renforce la portée émotionnelle du texte.

 

 

en relation