Nestle

Maït : Nous cherchons à augmenter de 6% le taux de croissance

Dr Nesrine Choucri Lundi 22 Avril 2019-15:02:16 Economie
Le ministre des Finances, M. Maït s’entretient avec l’ambassadrice de Belgique au Caire, Mme Sibille de Cartier
Le ministre des Finances, M. Maït s’entretient avec l’ambassadrice de Belgique au Caire, Mme Sibille de Cartier

Le ministre des Finances Mohamed Maait a déclaré, samedi, que la politique monétaire visait à augmenter de 6% le taux de croissance économique, et à réduire le chômage et la dette publique, lors de l'exercice financier 2020, a rapporté la MENA. "Nous œuvrons actuellement à poursuivre le programme de réforme économique commencé depuis 2016, grâce auquel l’économie égyptienne est sur la bonne voie, et ce selon les résultats positifs des indices de la performance économique et du budget de l'Etat", a-t-il dit lors d'une réunion avec l'ambassadrice de Belgique au Caire, Mme Sibille de Cartier. Le ministre a ajouté que le gouvernement œuvrait à maintenir la stabilité de la situation économique et continuer à réaliser un excédent budgétaire, qui avait atteint 0.2% pour la première fois depuis dix ans, outre la baisse de la dette publique, qui avait enregistré 98% du PIB.  Le ministère des Finances, a-t-il dit, se soucie de créer un système fiscal juste, de manière à permettre à l'Etat d’améliorer les services offerts aux citoyens, notamment l'enseignement et la santé. Il a ajouté que la réforme de la politique monétaire et fiscale et sa stabilité étaient l'un des facteurs les plus importants pour attirer et augmenter les investissements, qui contribuent à la hausse des taux de croissance et à la baisse du chômage.  Le ministre a indiqué que la présidence égyptienne de l'Union africaine sous la conduite du président Abdel Fattah El-Sissi constituait l'un des aspects les plus importants qui montrent que l'Egypte a retrouvé son rôle leader en Afrique. Il a, dans ce contexte, jugé impérative l'activation, au plus vite possible, de l'accord sur la zone de libre-échange continentale.

Il a mis l'accent sur le souci du gouvernement égyptien de faire disparaître tous les obstacles dressés devant les investissements belges en Egypte, et d'approfondir la coopération économique entre les deux pays. Pour sa part, l'ambassadrice belge a fait l'éloge du succès du programme de la réforme économique et de l'amélioration du climat des investissements égyptiens, ce qui encouragera la hausse des investissements belges.

en relation