Macron devant le Congrès des maires à quatre mois des municipales

Walaa Al-Assrah Mercredi 20 Novembre 2019-13:54:17 Actualités Internationales
Emmanuel Macron, lors de la cérémonie de décorations à des maires, le 18 novembre 2019
Emmanuel Macron, lors de la cérémonie de décorations à des maires, le 18 novembre 2019

Emmanuel Macron a ouvert solennellement  hier après-midi le Congrès des maires de France, devant plusieurs milliers d’élus toujours remontés malgré les efforts de l’exécutif pour retisser les liens à quatre mois des municipales, selon l’AFP.

Changement de pied. En 2018, le chef de l’Etat avait fait l’impasse sur le rendez-vous avec les maires Porte de Versailles à Paris, dans un climat tendu avec les élus locaux.

Depuis, il s’est appuyé sur les maires lors du grand débat national pour sortir de la crise des “gilets jaunes” et multiplie les signes en direction des élus, au moment où le Parlement examine un projet de loi qui se veut une réponse à leurs attentes.

Transition écologique, défense des valeurs de la République, et des services publics: sur tous ces sujets “le président de la République et les maires sont dans le même bateau, le bateau France”, a fait valoir le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu hier mardi sur France Inter.

Emmanuel Macron a donné le coup d’envoi de la séquence dès lundi soir à l’Elysée en décorant quatre maires de la Légion d’honneur. Parmi eux, l’ancien secrétaire national du PCF Robert Hue dont le président a dit être “toujours admiratif” de l’”engagement”.

Un accueil respectueux allait être réservé par les maires au chef de l’Etat, assurait le président de l’Association des maires de France (AMF), François Baroin (LR).

Les deux hommes se sont entretenus la semaine dernière pour préparer l’ouverture de ce 102e congrès de l’AMF, le dernier avant le scrutin de mars et la fin de la mandature des maires élus en 2014.

Emmanuel Macron voulait “retrouver le dialogue de proximité qui est l’héritage du grand débat” et son discours a porté sur “les grands enjeux” pour la seconde partie du quinquennat, indiquait la présidence. Il était très attendu sur ses intentions en matière de décentralisation, avant la nouvelle étape annoncée pour 2020. Un domaine où, selon le président de l’AMF, “tout est à écrire” entre l’Etat et les collectivités.

Ce mercredi soir, le chef de l’Etat recevra, comme en 2018, environ 1.500 maires à l’Elysée et le Premier ministre Edouard Philippe interviendra “sur le volet opérationnel” jeudi en clôture du congrès.

en relation