Nestle

Madagascar : Replanter la mangrove pour améliorer le quotidien des pêcheurs

Dalia Hamam Dimanche 13 Mai 2018-13:10:52 Bonjour l'Afrique
Des bénévoles plantent de la mangrove près du village d'Amboanio dans la région de Melaky, à Madagascar, le 24 avril 2018
Des bénévoles plantent de la mangrove près du village d'Amboanio dans la région de Melaky, à Madagascar, le 24 avril 2018

Campés sur la terre meuble, des villageois malgaches progressent à reculons et plantent d'un geste ferme une tige verte dans le sol. Ils participent à un programme de replantation de la mangrove, indispensable à leur économie et pour lutter contre le réchauffement climatique. La campagne de reboisement a duré deux jours à Amboanio, un hameau d'une cinquantaine d'habitants de la région de Melaky, dans l'ouest de l'île. Parmi les volontaires, Clément Joseph Rabenandrasana, 36 ans. La mangrove "protège contre le changement climatique, la montée du niveau de la mer", explique ce pêcheur de crabes. C'est à quelques kilomètres de là, près du village de Beanjavilo isolé entre mer et mangroves, qu'il relève en pirogue ses filets à crabes, dans les canaux entre les palétuviers.

Sous l'impulsion du WWF, qui participe aussi à la restauration des mangroves, les pêcheurs sont incités à ramasser les crabes de plus de 10 centimètres, qui se vendront mieux, en épargnant les petits et les femelles avec des oeufs.

Réunis en coopérative pour avoir plus de poids, ils les vendent ensuite à la société industrielle Copefrito à un prix négocié.

Résultat, Clément Joseph Rabenandrasana a vu le prix de vente de ses crabes multiplié par quatre. Le but de ce programme: préserver la mangrove en améliorant la vie des pêcheurs dont les revenus évoluent entre 50 et 80 euros par mois. La région compte environ 50.000 hectares de mangroves, sur 320.000 pour toute l'île, dont une partie est menacée. "On a pris conscience très tardivement de l'importance de cet écosystème", explique Eric Ramanitra du WWF.

en relation