Nestle

Musée Naguib Mahfouz Pacha : Une visite hors pair dans un lieu atypique!

Hanaa Khachaba Lundi 07 Mai 2018-12:21:43 Chronique et Analyse

Avez-vous déjà entendu parler du Musée de Naguib Mahfouz Pacha ou Musée de gynécologie du Caire? Ce musée d’anatomie pathologique, rouvert en mars 2018, se cache derrière les hauts murs de la Faculté de médecine de l’Université du Caire, plus connu sous le nom Al-Qasr Al-Aïni. Il abrite en son sein d’étranges bocaux de formol. Son histoire mouvementée fait de ce musée un lieu un peu effrayant (âmes sensibles s’abstenir), mais duquel ressort une impressionnante collection de bocaux logeant fœtus difformes et atteints de pathologies parfois disparues aujourd’hui.

 

 

Ces fœtus ou nouveaux-morts-nés sont étalés à la curiosité, particulièrement,des étudiants en gynécologie et des gynécologues. Organes génitaux externes et internes, matrice à l’état de gestation, œuf, placenta, embryon, fœtus, glande mammaire…tout cela fait-il le contenu d’un musée? Un peu bizarroïde! Une série d’embryons et de fœtus, depuis l’âge de six semaines à peu près, jusqu’à celui de neuf mois révolus, des placentas simples et multiples et la vésicule ombilicale dans ses divers états démontrent tout ce qui se rattache à l’évolution du germe, depuis le moment de son apparition jusqu’à son entière maturité. Une richesse que nous dévoile ce musée le plus grand au Proche-Orient et en Afrique. Le Musée de Naguib Mahfouz Pacha s’apparente au Musée Dupuytren à Paris.

Ce musée contient 1300 échantillons d’embryons difformes servant les recherches et les études scientifiques conduites en matière de tératologie. Cette dernière est la science des monstruosités (au sens médical). Elle étudie les malformations du sujet dont la conformation s’écarte de celle qui est naturelle à son espèce ou à son sexe. Les monstruosités sont dues à des anomalies de développement. Bien sûr il existe bien d’autres types de malformations majeures ou mineures. Le Musée de Naguib Mahfouz Pacha à Al-Qasr Al-Aïni en abonde.

Fondé il y a 90 ans par le gynécologue Naguib Mahfouz Pacha en 1929, ce musée a été inauguré en mars dernier après sa modernisation. Il ne faut cependant pas confondre Naguib Mahfouz le Prix Nobel de littérature, auteur de la trilogie du Caire : Al-Sokkaria, Qasr Al-Chouq et Bayn Al-Qasrein, et Naguib Mahfouz Pacha ce célèbre gynécologue égyptien dont le nom fut donné à l’écrivain égyptien de renommée mondiale. Naguib Mahfouz, le gynécologue, fut le premier à fonder un service spécialisé d’assistance à l’accouchement en Egypte. Il est aussi l’auteur d’un atlas en trois tomes publié en Grande-Bretagne en 1947. Son renom fut étendu lorsque le roi Farouq d’Egypte le convoqua pour assister à la naissance des reines Nazli et Farida. Depuis lors, il devient le gynécologue de la famille royale. Il y a une anecdote expliquant la ressemblance de nom des deux Naguib. En 1911, le Prix Nobel de littérature allait venir au monde. L’accouchement étant laborieux et pénible, le père du futur écrivain interpella le docteur Naguib Mahfouz Pacha. Ce dernier sauva le bébé à qui on donna le nom de son accoucheur.

Dr Mohamed Momtaz, président du Département de gynécologie d’Al-Qasr Al-Aïni, en est ravi. Il indique qu’il s’agit du plus grand dépôt au Proche-Orient et en Afrique contenant des fœtus difformes et d’échantillons de pathologiques rares qui vont contribuer à l’avancement de la médecine en l’occurrence. Le musée comprendra aussi une librairie numérique pour permettre aux étudiants et aux médecins d’avoir facilement accès aux sujets étalés.

L’idée d’un musée pareil peut toutefois choquer au point de pousser certaines personnes à se demander la dignité humaine elle est où dans tout cela. Et à considérer également que c’est relevant de l’irrespect pour les familles de ces enfants même si elles sont décédées depuis longtemps. Compte tenu de l’anormalité des fœtus, les scientifiques, eux, doivent être très heureux en y passant, car au service du savoir et du développement scientifique, leur régal se justifiera. Anatomiquement parlant, expliquer clairement aux étudiants et aux visiteurs les monstruosités de ce qu’ils regardent, ils devront comprendre ce qui s’est passé pour en arriver là. Si le mystère est percé, on pourra probablement en éviter la cause, si c’est possible, dans l’avenir.

en relation