Nestle

Nigeria : Danse avec les croque-morts

Dimanche 13 Mai 2018-13:09:45 Bonjour l'Afrique
•Francisco en tête, la levée du corps se poursuit dans le voisinage et est l’occasion de se livrer à quelques premiers pas de danse
•Francisco en tête, la levée du corps se poursuit dans le voisinage et est l’occasion de se livrer à quelques premiers pas de danse

Depuis une vingtaine d’années, une pratique funéraire fait fureur à Lagos : faire danser les cercueils. Ce service, encore réservé à une élite, permet d'engager des porteurs de cercueils qui dansent lors de la procession jusqu'au cimetière. L’origine de cette pratique reste floue. On retrouve des danses similaires au Ghana et dans la communauté noire du sud des Etats-Unis (sous une forme plus solennelle). Il pourrait donc s’agir d’une réminiscence d’un rite païen propre à l’Afrique de l’Ouest et aux afro-descendants, mais rien n’est sûr. Pour Toyin Okusanya, 61 ans, l’oncle de Francisco et fils du fondateur de MIC, cela n’a rien à voir avec une tradition, l’idée reviendrait intégralement à son frère qui aurait créé le premier service de portage de cercueils au Nigeria dans les années 1980 et qui y aurait ensuite introduit la danse dans les années 1990.

Selon Francisco, les familles Ibo sont les plus demandeuses, mais de manière générale que ce soit chez les Yoruba ou les Ibo (les deux principales ethnies au Nigeria), dès que le défunt a atteint un âge canonique, sa famille se doit de fêter son décès avec faste. Ce genre de cérémonies porte un nom, celebration of life (fête de la vie), et c’est dans ce cas-là uniquement que Francisco et sa troupe peuvent exprimer tous leurs talents.

en relation