Opération “vélo” lancée… le marché se rafraîchit

Nevine Ahmed Lundi 09 Septembre 2019-14:11:34 Chronique et Analyse
Opération “vélo” lancée… le marché se rafraîchit
Opération “vélo” lancée… le marché se rafraîchit

L’Egypte a annoncé son intention de promouvoir le cyclisme afin de réduire la pollution et d’encourager des modes de vie plus sains dans le pays. Un communiqué gouvernemental a déclaré que l’initiative «Un vélo pour chaque citoyen» donnerait aux gens la possibilité d’acheter des vélos à des prix abordables, inférieurs au prix du marché.

 

La pratique du vélo, dans un cadre utilitaire devient petit-à-petit du quotidien des Egyptiens. Les chiffres montrent cependant que les adeptes de cette pratique représentent 5% de la population et que les 95% restants s’en remettent toujours encore aux voitures particulières et aux transports publics.

En Egypte, le vélo est souvent réservé aux milieux sociaux défavorisés pour faire les courses ou aux travailleurs peu qualifiés comme les gardiens d’immeubles ou les livreurs de plats commandés. Une idée bousculée après le lancement par le Président Abdel Fattah Al-Sissi de l’initiative “Un vélo pour chaque citoyen”, pour convaincre les citoyens que la pratique du vélo doit transcender les classes sociales.

Si dans la capitale, l’usage du vélo est jusque-là restreint et majoritairement réservé aux défavorisés, à la campagne c’est différent. Les enseignants et les salariés du secteur public prennent leurs vélos chaque jour pour se rendre au boulot. Là, les trajets sont courts et les transports publics inexistants.

Cependant, il y a peu, monter à vélo est devenu répandu parmi certaines classes aisées en Egypte et notamment parmi les jeunes. De nombreuses célébrités et personnes politiques même, à l’instar du Président Al-Sissi, se sont récemment mises à la bicyclette, pour convaincre le peuple que le vélo est un moyen de transport.

Sur les marchés, les commerçants se réjouissent. “L’initiative du gouvernement est un projet national positif qui fera le bonheur de notre business”, lâche Ahmed Higazi, un commerçant de vélos, dont la boutique est située au centre-ville. Il espère appliquer objectivement cette initiative et préparer la plateforme propice à cet objectif afin d’encourager les citoyens à adopter cette initiative et qu’elle ne soit pas lettre morte.

Cela exige d’abord plusieurs étapes avant de généraliser l’utilisation du vélo comme moyen de transport, souligne toujours Higazi. Et le commerçant d’expliquer : “Il faut établir d’abord des pistes cyclables garantissant une sécurité et une liberté aux cyclistes pour inciter ces derniers à cette pratique.”

Les rues égyptiennes ne s’en sont pas systématiquement dotées. En fait, ces pistes existent seulement à l’état expérimental dans quelques villes comme Charm El-Cheikh, Ménoufiya et Fayoum, outre quelques complexes privés de logements au Caire.

Le gouvernement avançait que dans les grandes agglomérations comme Alexandrie et Le Caire, les cyclistes ne sont pas aussi nombreux que ça pour faire cet aménagement. “Mais avec le lancement de cette importante initiative, la situation changera. Le vélo sera plus largement adopté et les autorités publiques pourront envisager cet équipement”, souligne Higazi. “Certains Egyptiens se sentaient embarrassés de se déplacer à vélo, mais après avoir vu le Président de la République pédaler, un afflux remarquable de la clientèle était à enregistrer”. Il  jette ainsi la lumière sur l’importance de cette initiative qui, d’une part réduit les encombrements au niveau de la circulation routière, et de l’autre réduit également les taux de pollution de l’environnement causée par les gaz d’échappement des véhicules.

Sensibiliser la population à cette pratique et inciter les cyclistes et les automobilistes à un respect mutuel pour la sécurité de tous, s’avère important pour accroître l’usage du vélo, notamment parallèlement à l’initiative présidentielle. Il est prévu de tenir, au mois de septembre prochain, une conférence de presse au cours de laquelle l’on annoncera le lancement officiel de l’initiative “Un vélo pour chaque citoyen”. Cette initiative sera mise en vigueur sur plusieurs phases, dont le début sera au Caire et à Guiza.

Higazi révèle, par ailleurs, la floraison du marché des vélos en Egypte, après l’annonce de ladite initiative. “Pas mal de clients se sont rendus les jours passés aux magasins de vélos pour acheter”, indique-t-il. “Pour les prix, ils varient d’après la qualité. Ils commencent à 750 LE et peuvent atteindre 2 à 3 mille LE. Chacun précise ses besoins et l’objectif pour lequel il achète le vélo”, ajoute-t-il, avant de conclure que l’Egypte importe les vélos et que l’industrie des pneus dépend de 10 usines.

en relation