Nestle

Par ses projets et exploits, l’Egypte se rebâtit

Hanaa Khachaba Mercredi 10 Avril 2019-15:30:53 Chronique et Analyse
Le Président Al-Sissi tient à se rendre sur les chantiers des grands projets nationaux pour suivre en personne le déroulement des travaux
Le Président Al-Sissi tient à se rendre sur les chantiers des grands projets nationaux pour suivre en personne le déroulement des travaux

L’Egypte lutte sans relâche pour se faire une place dont elle est digne sur l’échiquier international. Son rôle africain et son influence régionale sont également dans le viseur des autorités politiques qui décident d’introduire des changements profonds afin d’atteindre ces précieux objectifs. Les transformations touchent à fond les structures politiques, économiques et sociales du pays. L’Egypte est sur la bonne voie, investissant dans sa jeunesse et mettant à profit tous ses atouts pour accélérer son développement. Elle continue à réformer son économie, à mener à bien des projets titanesques partout sur son sol afin d’améliorer, entre autres, le climat pour les investissements, sans manquer de rappeler la lutte contre le terrorisme.

Voici, dans les lignes suivantes, certains de ces projets gigantesques dont l’objectif est de créer davantage d’emploi et, subséquemment, redresser la courbe du chômage et améliorer le niveau de vie des citoyens. L’Egypte avance et se rebâtit grâce à ses enfants !

Gisement Zohr : De l’importation à l’exportation du gaz

L’Egypte dispose de réserves de gaz inshore et offshore très importantes : 2200 milliards de m3 en janvier 2015. Entre 2000 et 2011, l’Egypte a triplé sa production de gaz, lui permettant de l’exporter. Les champs gaziers se situent principalement dans le bassin du delta du Nil. L’Egypte s’est également ouverte aux compagnies étrangères d’exploitation comme ENI et BP. Le gisement de Zohr est le plus grand gisement de gaz trouvé dans l’Est méditerranéen, avec des ressources estimées de l’ordre de 850 milliards de m3. Il se situe sur le territoire maritime de l’Egypte à la frontière avec celui de Chypre. Il a été découvert en août 2015 par la compagnie italienne ENI. Cette dernière en assure l’exploitation et détient la majorité des actions (60%). Elle a vendu le reste à Rosneft (30%), une compagnie russe, et à BP (10%). Il faut notamment savoir que les intérêts de la compagnie ENI sont nombreux en Egypte. Par sa taille, ce gisement pourrait assurer l’indépendance énergétique de l’Egypte en matière de gaz. De plus, ce gisement pourrait remettre l’Egypte au cœur du hub gazier.

Station de production d’électricité à Borollos, la plus grande au MO

La station de production d’électricité à Borollos, située dans le gouvernorat de Kafr Al-Cheikh, est considérée comme l'une des plus grandes et des plus importantes dans la région du Proche-Orient. Elle alimente le réseau principal de 4800 mégawatts et s’étend sur 250 feddans.

Cette station est un véritable exploit qui a vu le jour grâce à un travail laborieux de deux ans et demi. 47 millions d’heures pour achever cet ouvrage grandiose. La station de Borollos a le privilège d’alimenter en électricité les projets faramineux qui verront le jour dans son pourtour dont la zone d’investissement se prolongeant sur environ 10 mille feddans. La station est située à 16 km du port maritime de Borollos.

La centrale de Gabal Al-Zeit, le plus grand parc éolien en Afrique et au MO

L’Egypte a inauguré en 2018 la plus grande station de production d’électricité éolienne en Afrique et au Moyen-Orient et une des dix plus importantes au monde. La centrale de Gabal El -Zeit est située en Mer Rouge, la région la plus venteuse d'Egypte. Le parc est composé de 300 éoliennes qui produisent 580 mégawatts d'électricité, soit 5 % de l'électricité consommée en Egypte. Autant que celle produite par le Haut-Barrage d'Assouan. La station pourrait voir sa production augmenter avec l'installation de nouvelles éoliennes.

Projet Benaban à Assouan, plus grande centrale solaire au Moyen-Orient

Les nouvelles centrales solaires, construites dans le sud-est de l’Egypte, vont produire en tout 186 mégawatts qui seront ensuite mis dans le réseau de distribution du pays. Ces centrales ont été construites par un consortium de quatre pays : l’Egypte, la Chine, l’Espagne, et l’Arabie Saoudite.

Elles s’inscrivent dans un vaste projet baptisé Benaban, du nom d’un petit village du Nil situé près de la centrale hydroélectrique d’Assouan. Ce projet est d’un grand enjeu pour le gouvernement égyptien qui veut en faire l’une des plus grandes centrales solaires au monde. L’ensemble des centrales du projet Benaban mis en service permettra de produire 1800 mégawatts par jour. Cette capacité de production correspond à 90 % de celle du barrage d’Assouan sur le Nil. Ce projet permettra à terme à l’Egypte de se poser comme leader en termes de production d’énergie verte. D’ici fin 2019, toutes les centrales solaires de cette région produiront entre 1,6 et 2 gigawatts selon Ahmad Fathy, chef secteur du projet de  Egyptian Electricity Holding Company, la compagnie de distribution d’électricité. A l’horizon 2022, 20 % de l’électricité produite en Egypte sera solaire.

 

 

 

 

 

 

en relation