Nestle

Quand les chanteurs s’invitent dans la course des feuilletons du ramadan

Soha Gafaar Chaïmaa Abdel-Ilah Samedi 16 Juin 2018-16:05:51 Art
Quand les chanteurs s’invitent dans la course des feuilletons du ramadan
Quand les chanteurs s’invitent dans la course des feuilletons du ramadan

Le mois de ramadan constitue un temps fort pour tous les acteurs du monde arabe. Avec la profusion de feuilletons télévisés, la consommation télévisée augmente chaque année de 65 % ; un tiers des budgets publicitaires y est dépensé et les tarifs publicitaires se voient multipliés par trois. L’enjeu est donc de taille dans cette course folle où les acteurs mènent un rude combat pour tirer leur épingle du jeu. Il y a quelques années pourtant, les chanteurs eux-mêmes aussi s’invitent dans la course ramadanesque. Depuis le succès du générique de la série « Law » chanté par Elissa, ramadan est devenu tout aussi intéressant pour les stars de la pop qui trouvent prestigieux le fait de s’associer à des séries populaires suivies par des milliers.
Cette année, une dizaine de grandes stars chantent des génériques de feuilletons du ramadan. Au Liban, Nancy Ajram chante le générique de la série comique « Julia » de l’actrice Maguy Bou Ghosn. Elissa a opté pour la série égyptienne « Contre X » de l’actrice Ghada Abdelrazek. Tandis que Kazim el-Saher chante « al-Wak Wak », pour un feuilleton syrien comique.

Cette saison aura toutefois été marquée par un incident qui a secoué l’opinion publique libanaise : la sortie d’un titre chanté par Fadel Chaker, compagnon de route du cheikh salafiste Ahmad el-Assir et ex-chanteur poursuivi par la justice. Condamné par contumace à 15 ans de travaux forcés par le tribunal militaire pour avoir participé aux affrontements de Abra contre l’armée libanaise, il est depuis recherché par les autorités qui le soupçonnent de s’être réfugié dans le camp palestinien de Aïn el-Heloué. Quelle ne fut pas la surprise des Libanais à l’annonce de la sortie du générique de la série égyptienne de l’actrice Yousra « Nous avons d’autres choses à dire », d’y voir apparaître le nom de Fadel Chaker. Si certains de ses fans (surtout arabes) ont salué la nouvelle, elle a suscité chez d’autres une vague d’indignation sur les réseaux sociaux et de nombreuses interrogations : où Chaker a-t-il enregistré la chanson ? Pourquoi ce choix ? Et comment les producteurs ont-ils pu entrer en contact avec le fugitif ?

Interrogé par L’Orient-Le Jour, Medhat Adel, écrivain et porte-parole du Groupe el-Adel qui produit le feuilleton, a annoncé le retrait de la chanson qui ne sera plus adoptée comme générique. « Nous avons choisi Fadel Chaker pour des raisons purement artistiques, a-t-il déclaré, en estimant que sa voix et son sentiment sont les plus convenables pour la chanson que nous avons. Nous n’avions pas la moindre idée que cela allait poser un problème au Liban car nous avions entendu des chansons récentes enregistrées par Fadel en studio. » « Quand le titre est sorti, nous avons été surpris de voir que le public était divisé entre approbateurs et personnes consternées, a-t-il ajouté. Nous avons surtout été touchés par des messages envoyés par des mères de martyrs tombés à Abra, et avons préféré laisser tomber le titre qui reste un détail dans le projet du feuilleton sur lequel nous travaillons depuis un an. »

en relation